Pouliot - Que se passe-t-il chez Desjardins?

Publié le 26/02/2013 à 09:43, mis à jour le 26/02/2013 à 09:43

Pouliot - Que se passe-t-il chez Desjardins?

Publié le 26/02/2013 à 09:43, mis à jour le 26/02/2013 à 09:43

Photo:LesAffaires

BLOGUE. On a été un peu surpris, il y a quelques jours, de la faiblesse des résultats du Mouvement Desjardins. En haut de communiqué, l'exergue va ainsi: « Desjardins poursuit sa croissance au bénéfice de ses membres et clients et maintient sa position de leader dans ses différents segments de marché ». L'illustration même que la rentabilité connaît des ratés.


Officiellement, les excédents avant ristournes sont identiques à ceux de 2011. Il ne faut cependant pas beaucoup de temps pour s'apercevoir que la marque est atteinte en raison d'une variation positive de nombre d'éléments qui ne sont pas centraux aux activités de Desjardins, et qui, dans l'état financier apparaissent sous l'appellation « Autres ».


En excluant ces éléments, les excédents avant ristourne sont en recul de 13% sur l'exercice 2012. Ce qui explique que l'enveloppe de ristournes baisse de près de 8%.


SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT


L'assurance générale, le troisième secteur à contribuer à la rentabilité de Desjardins, rapporte des résultats en croissance et semble bien se porter. Ailleurs, les choses sont cependant plus difficiles.


Dans la division Gestion de patrimoine et assurances de personnes, deuxième secteur de force de Desjardins, comme partout ailleurs les bas taux d'intérêt et les faibles rendements pèsent sur les résultats. S'il faut en croire l'expérience observée chez l'Industrielle-Alliance, il y a cependant probablement moyen de régulariser pour un temps en ajustant les politiques d'investissement.


C'est surtout le secteur Particuliers et Entreprises qui est en fait de nature à préoccuper. Les excédents avant ristourne sont en recul de 10% sur l'année, et il s'agit du moteur le plus important de Desjardins (65% des excédents des trois divisions du Mouvement).


La concurrence est apparemment forte dans le secteur des prêts aux particuliers et aux entreprises. Desjardins indique qu'un certain nombre de banques ont recentré leurs activités au Canada et au Québec et guerroient assez férocement sur les taux d'emprunt. Les volumes augmentent, mais les marges sont à ce point compressées que la rentabilité diminue.


Le même phénomène est observable à la Banque Laurentienne chez qui la rentabilité de la division Particuliers et PME-Québec est en baisse de plus de 15% au dernier exercice (qui ne s'étale cependant pas sur les mêmes mois que Desjardins).


On notera que la Nationale semble cependant pendant ce temps avoir réussi à tirer son épingle du jeu, probablement en compressant les coûts. Ses bénéfices sont en effet en hausse de 10,5% (encore ici avec un exercice se terminant au mois d'octobre plutôt que décembre).


Les ristournes peuvent-elle revenir de l'arrière cette année?


À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

François Pouliot
Sujets liés

Bourse

Sur le même sujet

Monique Leroux en mode séduction chez les Britanniques

05/03/2015 | Marie-Claude Frenette

La patronne de Desjardins, en visite à Londres, vante les mérites de la métropole québécoise.

10 choses Ă  savoir lundi

02/03/2015 | Gaële Fontaine et Yannick Clérouin

Desjardins et la Nationale gagnent en valeur, une crème canadienne qui efface les tatous et Ikea recharge votre iPhone.

Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

Quand Berkshire Hathaway vaudra 1000 milliards...

Édition du 07 Mars 2015 | Bernard Mooney

BLOGUE. En lisant le rapport annuel de Berkshire Hathaway, j'ai compris qu'elle atteindra une valeur de 1 000 milliard.

Une tempête parmi tant d'autres. Espérons-le

BLOGUE. Les investisseurs réalisent que le dividende du pétrole prendra du temps à agir sur les consommateurs.  

Les réserves d'assurance ont-elles un attrait particulier?

BLOGUE. On semble croire que les réserves d'assurance valent leur pesant d'or. Nous voyons les choses différemment.