François Pouliot : quel avenir pour Van Houtte?

Publié le 15/09/2010 à 07:15, mis à jour le 15/09/2010 à 14:33

François Pouliot : quel avenir pour Van Houtte?

Publié le 15/09/2010 à 07:15, mis à jour le 15/09/2010 à 14:33

Le chroniqueur François Pouliot se joint à lesaffaires.com. Suivez ses blogues quotidiens. Photo : Gilles Delisle

(Voici le 1er blogue de notre nouveau collaborateur François Pouliot) Au terme d'une mise à l'enchère, Van Houtte passe d'une américaine à une autre, et laisse sur les lignes de côté le Fonds de solidarité du Québec. Faut-il s'inquiéter?


En 2007, une première inquiétude était arrivée avec la privatisation de Van Houtte par le fonds d'investissement privé Littlejohn & Co. Le Fonds de solidarité conservait alors une participation minoritaire non divulguée (que l'on évalue à autour de 12-13%).


La crainte était à l'époque naturelle, mais plus ou moins fondée. S'il veut obtenir un rendement potable, un fonds privé peut certes exiger de la rationalisation, mais il n'a guère le choix d'aussi miser sur la croissance et l'expansion.


C'est ce qui fut. L'effectif de Van Houtte demeura relativement le même, mais son bénéfice d'exploitation grimpa significativement. Le BAIIA (bénéfice avant intérêts, impôt et amortissement) passa de 72 à 92 M$, ce qui, avec un multiple en expansion (de 8 à 10) permet aujourd'hui à Littlejohn (et au Fonds) de faire un rendement de plus de 50% sur la période.


Changement de donne


La vente à Green Mountain vient cependant changer la donne. La société propriétaire n'est plus une société de placement, mais une société du monde du café, comme Van Houtte. Elle est en outre beaucoup plus grosse: sa capitalisation boursière atteint 4,5 G$, plus de quatre fois celle du fleuron québécois. La question n'est donc plus maintenant comment faire croître Van Houtte, mais comment faire croître Green Mountain?


Dans notre jeunesse, notre patelin d'origine était doté d'une laiterie qui fabriquait un excellent fromage, lauréat d'un prix d'appréciation du public, et qui gagnait des parts de marché. La laiterie fut achetée par un grand groupe et, au bout de quelque temps, tout ce qui resta fut le fromage. Le groupe avait compris qu'il pouvait utiliser l'excédent de capacité dont il disposait dans d'autres usines tout en continuant à tabler sur la recette et la marque. Le patelin perdit plusieurs emplois.


Est-ce ce qui menace Van Houtte?


Telle est évidemment la question. Particulièrement lorsque le Fonds de solidarité indique qu'il aurait aimé rester au capital de Van Houtte et formule le souhait que l'effectif ne sera pas affecté.


Green Mountain, qui n'a de présence canadienne qu'avec la torontoise Timothy's, a indiqué à lesaffaires.com qu'elle entendait notamment utiliser le savoir-faire et les produits de Van Houtte pour poursuivre son expansion au Canada anglais, notamment en Ontario et dans l'Ouest.


Voilà qui semble à tout le moins envoyer un signal de stabilité pour l'effectif québécois dans les unités de production et au siège social. D'autant que le grand patron Gérard Geoffrion demeure aux commandes, et que l'on a fait à quelques reprises référence à ses capacités de développement lors de la conférence avec les analystes.


On notera cependant qu'en entretien avec lesaffaires.com, le président de Green Mountain, Lawrence Blanford, s'est montré plus nébuleux lorsqu'il s'est agi de discuter de l'expansion des produits de Van Houtte aux États-Unis. On sait qu'il continuera d'y en avoir, mais avec quelle force? Le développement et la production de nouveaux cafés passera-t-elle encore par le Québec? Ce n'est pas très sûr.


Jusqu'à hier, l'effort de développement de nouveaux produits et leur mise en marché avait une haute probabilité de passer par le Québec. Les stratégies d'expansion aux États-Unis aussi (en cours tout comme au Canada). Aujourd'hui, la chose apparaît beaucoup moins probable


Si elle ne fait pas nécessairement reculer Van Houtte et le Québec, cette transaction apparaît cependant leur couper une bonne partie de ce qu'était leur potentiel de développement


Une fusion, sans infusion…


 


 


 


 

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

François Pouliot
Sujets liés

Bourse

Sur le même sujet

Stingray a le feu vert du CRTC pour acquérir Newfoundland Capital

Stingray met la main sur 82 bandes FM, 19 bandes AM et 72 stations de radio locales.

Les entreprises québécoises brillent sur le marché des acquisitions

Édition du 13 Octobre 2018 | Marie-Pier Frappier

Le sondage «L'acquisition : un levier de croissance privilégié pour nos entreprises» réalisé par Léger pour le ...

Blogues similaires

Le secret de la réussite en Bourse

Édition du 20 Juin 2015 | Bernard Mooney

BLOGUE. Il y a deux semaines, j'ai annoncé aux dirigeants de Les Affaires que cette chronique serait ma dernière. Il ...

L'Action de grâce arrive tôt en Bourse

BLOGUE. Les investisseurs en mal de bonne nouvelles ont eu droit à une véritable superfecta pour terminer la semaine.

Est-ce un mauvais moment pour investir en Bourse?

BLOGUE INVITÉ. Devriez-vous vendre vos titres lorsque les experts prédisent une correction boursière?