Pourquoi le Japon est en train de sombrer

Publié le 13/06/2015 à 08:17

Pourquoi le Japon est en train de sombrer

Publié le 13/06/2015 à 08:17

ANALYSE DU RISQUE - Le Japon n'a connu que le marasme économique depuis l'éclatement de la bulle boursière et immobilière au début des années 1990. Et le pays du soleil levant s'apprête à connaître encore plusieurs années, voire décennies, extrêmement difficiles, selon la Financière Banque Nationale.


« Nous pensons que la troisième économie du monde restera à la traîne dans l'avenir prévisible, en raison de son lourd endettement, de sa population vieillissante, de sa forte résistance à l'immigration et de ses coûts énergétiques élevés », écrivent dans une analyse Angelo Katsoras, premier associé, et Pierre Fournier, analyste géopolitique, à la FBN.


L'an dernier, l'économie japonaise s'est contractée de 0,1%. Cette année, le PIB se limitera à une croissance de 1%, une croissance qui pourrait atteindre 1,2% en 2016, selon le Fonds monétaire international (FMI).


Bref, la croissance demeure anémique, malgré tous les efforts déployés par le gouvernement pour remettre l'économie sur les rails.


Plusieurs facteurs font en sorte que le Japon est en train de sombrer, dont sa dette publique astronomique.


Actuellement, elle représente 226% du PIB, soit le ratio le plus élevé au monde. Pourtant, le pays ne vit pas une crise de la dette comme la Grèce, qui affiche un ratio inférieur à celui du Japon à 180%.


Pourquoi? Tout simplement parce que le Japon finance la quasi-totalité de sa dette sur le marché intérieur (dont les banques, les caisses de retraite et la banque centrale), ce qui lui permet de réduire ses coûts d'emprunt.


À la fermeture des marchés le 11 juin, le taux sur les obligations d'État du Japon de dix ans s'établissait à 0,52%, comparativement à 1,84% pour celles du Canada.


Les coûts d'emprunt du gouvernement japonais risquent toutefois d'augmenter, font remarquer Angelo Katsoras et Pierre Fournier.


D'une part, parce que la Banque du Japon pourrait diminuer ses rachats d'obligations gouvernementales, ce qui pourrait faire bondir les taux et causer des turbulences sur les marchés.


D'autre part, parce que les retraités - de plus en plus nombreux - pourraient collectivement prélever à long terme plus d'épargne qu'aujourd'hui, ce qui obligerait le Japon à emprunter à l'étranger à des taux plus élevés.


Deux risques réels dans un contexte où la dette japonaise continue d'augmenter. D'ailleurs, si la tendance se maintient, elle pourrait même atteindre 400% du PIB en 2040, selon l'Organisation de coopération et développement économiques (OCDE).


Une véritable bombe à retardement. Mais ce n'est pas la seule bombe qui menace l'économie du pays.


À propos de ce blogue

Dans son analyse hebdomadaire Zoom sur le monde, François Normand traite des enjeux géopolitiques qui sont trop souvent sous-estimés par les investisseurs et les exportateurs. Journaliste au journal Les Affaires depuis 2000 (il était au Devoir auparavant), François est spécialisé en affaires internationales, en énergie & ressources naturelles, et en analyse géopolitique. Ce passionné de relations internationales écrit actuellement un livre sur l’économie chinoise. François est historien de formation, en plus de détenir un certificat en journalisme de l’Université Laval. Il a réussi le Cours sur le commerce des valeurs mobilières au Canada (CCVM) de l’Institut canadien des valeurs mobilières et il a fait des études de 2e cycle en gestion des risques financiers à l’Université de Sherbrooke durant 15 mois. Actuellement, il est inscrit au MBA à temps partiel à l'Université de Sherbrooke. Depuis une vingtaine d’années, François a réalisé plusieurs stages de formation à l’étranger: stage à l’École supérieure de journalisme de Lille, en France (1996); stage auprès des institutions de l'Union européenne, à Bruxelles (2002); stage auprès des institutions de Hong Kong (2008); participation à l'International Visitor Leadership Program du State Department, aux États-Unis (2009). En 2007, il a remporté le 2e prix d'excellence Caisse de dépôt et placement du Québec - Merrill Lynch en journalisme économique et financier pour sa série « Exporter aux États-Unis ».

François Normand

Sur le même sujet

Une bonne vitesse de croisière pour l'économie canadienne

Édition du 22 Septembre 2018 | Mathieu D'Anjou

EXPERT INVITÉ. Les comptes économiques nationaux publiés à la fin août ont révélé que l'économie canadienne avait ...

Bonjour le postcapitalisme !

Édition du 22 Septembre 2018 | Olivier Schmouker

Le capitalisme est en train de mourir, là, sous nos yeux, mais nous refusons de le voir.Regardez ces typhons, ces ...