Pour chasser le cynisme au travail...

Publié le 23/11/2012 à 10:22, mis à jour le 26/11/2012 à 12:09

Pour chasser le cynisme au travail...

Publié le 23/11/2012 à 10:22, mis à jour le 26/11/2012 à 12:09

Le cynisme alourdit l'ambiance de travail... Photo: DR

BLOGUE. Êtes-vous cynique envers votre travail? Moi, si j’étais l’un des 28 000 employés de la Ville de Montréal, je crois qu’en ce moment, je le serais. Ingénieurs corrompus, pagaille chez les élus et succession de révélations à la Commission Charbonneau, ça fait beaucoup d’éléments pour une organisation en l’espace de quelques mois. Bref, tout est réuni pour alourdir le climat de travail.


Réfléchissez quelques instants. Si vous étiez un col bleu, auriez-vous encore confiance en votre chef de chantier? Si vous étiez ingénieur, suspecteriez-vous vos collègues? Et, si vous aviez à affronter les questions et commentaires des contribuables tous les jours, seriez-vous motivé à vous rendre au travail le matin? Je me doute bien de vos réponses…


La Ville de Montréal a souvent fait les manchettes pour son climat de travail houleux. D’ailleurs, je ne crois pas me tromper en disant que la signature de la convention collective des cols bleus en octobre dernier, trois mois avant son échéance, a été une surprise pour plusieurs. Si cette signature était le signe d’une amélioration du climat de travail à la Ville, les événements des dernières semaines laissent entrevoir de nouvelles difficultés.


Comment rétablir le climat?


Cela nous ramène à l’importance pour une organisation d’avoir un climat de travail fort, basé sur la confiance, le respect et la communication. Les syndicats de la Ville ont en quelque sorte repris le flambeau, le 8 novembre dernier, en publiant une lettre ouverte rappelant à la population que la vaste majorité des employés et fonctionnaires de la Ville font bien leur travail... et de manière honnête.


En publiant cette lettre, je crois que les syndicats ont pris une excellente initiative. Il était important de donner du crédit aux travailleurs de la Ville et de leur rappeler qu’ils peuvent être fiers de leur travail. En agissant de la sorte, les syndicats ont fait preuve de beaucoup de leadership et de loyauté envers la Ville de Montréal. Chapeau!


À moyen terme, cela ne suffira malheureusement pas à rétablir le climat de travail. L’avenir repose maintenant entre les mains des dirigeants et des gestionnaires de la Ville de Montréal. Maintenant qu’un maire intérimaire est nommé et que la volonté de faire les choses correctement semble s’être installée, les gestionnaires de la Ville doivent rallier leurs troupes et faire fuir le sentiment de méfiance qui a pu s’installer.


Comment, me demanderez-vous? La communication est la clé dans une situation de ce genre. Les gestionnaires doivent démontrer aux membres de leurs équipes qu’ils sont sensibles à la situation et qu’ils n’acceptent pas de pratiques contraires à l’éthique. Rien ne sert de jouer à l’autruche, cela ne fera qu’envenimer la situation et générer encore plus de désillusion et de cynisme chez les employés. Aussi, des mesures doivent être prises par les dirigeants de la Ville afin d’enrayer les activités de collusion. Autrement, les supérieurs perdront toute crédibilité aux yeux de leurs employés et il y a fort à parier qu’il faudra plus qu’une lettre ouverte pour éteindre le feu la prochaine fois…


Si vous étiez gestionnaire à la Ville de Montréal, que feriez-vous?


***** 


À propos de Florent Francoeur


Florent Francoeur, CRHA est président-directeur général de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés depuis 1992. Sous sa direction, l’Ordre est passé de 800 à plus de 11 000 membres et a notamment obtenu le Grand Prix québécois de la qualité en 2005 et en 2008.


Administrateur de société certifié, monsieur Francoeur siège au conseil d’administration de la Commission des normes du travail et de la Commission des partenaires du marché du travail. Il est également vice-président de la Commission de la fonction publique de la ville de Montréal. De plus, il a été le premier Canadien à présider la World Federation of Personnel Management Associations (WFPMA), de 2006 à 2008.


Monsieur Francoeur a donné, au fil des années, des centaines de conférences et d’entrevues mettant en valeur les bonnes pratiques de gestion du personnel et de relations du travail dans les entreprises.


 

À propos de ce blogue

Florent Francoeur, CRHA est président-directeur général de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés depuis 1992. Sous sa direction, l’Ordre est passé de 800 à plus de 11 000 membres et a notamment obtenu le Grand Prix québécois de la qualité en 2005 et en 2008. Monsieur Francoeur a donné, au fil des années, des centaines de conférences et d’entrevues mettant en valeur les bonnes pratiques de gestion du personnel et de relations du travail dans les organisations.

Florent Francoeur

Sur le même sujet

Mot d'ordre : collaborer!

Mis à jour le 30/01/2014 | Florent Francoeur

Avez-vous déjà pris le temps de regarder attentivement un arrêt au puits lors d’une course de ...

Comment changer d'idée sans passer pour une girouette

30/10/2013

BLOGUE. Si vous êtes cadre, dirigeant, gestionnaire ou chef d’équipe, ça finira par vous ...

Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

L'occasion est belle pour Apple de se comporter Ă  nouveau comme Wayne Gretzky

01/09/2014 | René Vézina

Pour illustrer le sens de l'innovation chez Apple, Steve Jobs aimait citer Wayne Gretzky. Celui qui est encore ...

38 cartes pour voir l'Ă©conomie mondiale autrement

26/08/2014 | Diane BĂ©rard

Il faut consulter d'autres indicateurs que le classique PIB/habitant pour comprendre l'Ă©conomie mondiale.

Holvi, la start-up finlandaise qui veut remplacer les banques

31/08/2014 | Julien Brault

BLOGUE. Rencontre avec un jeune entrepreneur qui a lancé une banque en ligne.