DĂ©passer ses limites professionnelles, c'est possible!

Publié le 16/10/2012 à 13:42, mis à jour le 18/10/2012 à 13:49

DĂ©passer ses limites professionnelles, c'est possible!

Publié le 16/10/2012 à 13:42, mis à jour le 18/10/2012 à 13:49

BLOGUE. Comme moi, dimanche, vous avez probablement suivi le saut de Felix Baumgartner, de près de 40 kilomètres d’altitude. On peut affirmer sans risque de se tromper que monsieur Baumgartner, parachutiste de métier, a dépassé ses limites professionnelles!


Il n’est cependant pas nécessaire de se jeter dans le vide pour aller au delà de ses limites. Que ce soit en changeant de carrière, en s’engageant dans un nouveau projet ou en acceptant une promotion, chaque individu peut se dépasser.


Mais c’est plus facile à dire qu’à faire... En effet, plusieurs conditions reliées à l’individu lui-même et aussi à son organisation doivent être en place.


 


Motivation personnelle


Tout d’abord, il est essentiel que le travailleur soit motivé. Sans motivation personnelle, même une personne très douée dans son domaine ne pourrait arriver à dépasser ses limites. Il faut aussi une ouverture et une volonté de surmonter les obstacles qui pourraient se trouver sur son chemin. Ainsi, Felix Baumgartner, ancien parachutiste au sein de l’armée autrichienne, était déjà ouvert à ce genre de défi et prêt à faire ce qu’il fallait pour le relever.


 


Bougie d’allumage


Ensuite, je ne vous apprends rien en vous disant qu’il faut parfois, contrairement à l’adage, réveiller le chat qui dort. Par exemple, un gestionnaire peut pousser un employé à se dépasser en lui proposant un nouveau poste ou un projet ambitieux. Être la bougie d’allumage, c’est entre autres reconnaître le potentiel chez les individus. Si nous revenons à notre passionné de parachutisme, c’est l’entreprise Red Bull qui a vu en lui le potentiel pour réaliser le projet et qui l’a sollicité. On peut penser que sans l’intervention de Red Bull, Felix Baumgartner n’aurait peut-être jamais pensé à s’élancer de la stratosphère.


 


De la structure et du soutien


Pour qu’une personne arrive à dépasser ses limites, elle doit être bien structurée. En ce sens, il est important qu’elle se fixe plusieurs objectifs clairs et réalistes et qu’elle chemine par étape vers leur réalisation. L’entreprise peut être une source importante de structure, par un programme de formation ou de gestion de carrière.


Le soutien est un autre élément important. La famille, les amis, les collègues ou le superviseur peuvent tous contribuer, par leur appui, au dépassement des limites d’un individu. Pour son saut, Felix Baumgartner pouvait compter sur une équipe de plusieurs dizaines de personnes. Durant près de cinq ans, ils ont travaillé à rendre ce projet possible. Il est d’ailleurs fort probable que plusieurs d’entre eux aient surmonté leurs propres limites professionnelles durant ce temps.


Et vous, avez-vous déjà dépassé vos limites dans un cadre professionnel?


---


À propos de Florent Francoeur


Florent Francoeur, CRHA est président-directeur général de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés depuis 1992. Sous sa direction, l’Ordre est passé de 800 à plus de 11 000 membres et a notamment obtenu le Grand Prix québécois de la qualité en 2005 et en 2008.


Administrateur de société certifié, monsieur Francoeur siège au conseil d’administration de la Commission des normes du travail et de la Commission des partenaires du marché du travail. Il est également vice-président de la Commission de la fonction publique de la ville de Montréal. De plus, il a été le premier Canadien à présider la World Federation of Personnel Management Associations (WFPMA), de 2006 à 2008.


Monsieur Francoeur a donné, au fil des années, des centaines de conférences et d’entrevues mettant en valeur les bonnes pratiques de gestion du personnel et de relations du travail dans les entreprises.


 

À propos de ce blogue

Florent Francoeur, CRHA est président-directeur général de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés depuis 1992. Sous sa direction, l’Ordre est passé de 800 à plus de 11 000 membres et a notamment obtenu le Grand Prix québécois de la qualité en 2005 et en 2008. Monsieur Francoeur a donné, au fil des années, des centaines de conférences et d’entrevues mettant en valeur les bonnes pratiques de gestion du personnel et de relations du travail dans les organisations.

Florent Francoeur

Sur le même sujet

Faire carrière en philanthropie, pourquoi pas?

22/09/2014 | Alexandre Raymond

BLOGUE. Qui aurait cru qu’un jour la philanthropie serait une avenue intéressante pour y faire carrière?

Et si vous Ă©coutiez vraiment vos Ă©motions au travail...

19/09/2014 | Olivier Schmouker

BLOGUE. La colère, l'angoisse, la peur… Au travail, nous taisons nos émotions fortes. Mais pourquoi donc, au juste?

Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

Des villes plus intelligentes pour des citoyens mieux servis

Édition du 01 Novembre 2014 | RenĂ© VĂ©zina

BLOGUE. Près de 200 personnes ont participé à la récente conférence Les Affaires sur l'enjeu des villes ...

Pourquoi ces 10 entreprises sont les meilleurs employeurs des États-Unis

29/10/2014 | Diane BĂ©rard

Le 6e palmarès Glassdoor, basé sur les commentaires des employés, désigne Bain&Co comme meilleur employeur américain.

Patrick Pichette accueille la Maison Notman au sein de Google for Entrepreneurs

24/10/2014 | Julien Brault

La Maison Notman, le haut lieu des start-ups à Montréal, devient aujourd’hui le deuxième hub ...