Les troubles de sommeil de vos employés vous empêchent-ils de dormir?

Publié le 16/10/2017 à 14:55

Les troubles de sommeil de vos employés vous empêchent-ils de dormir?

Publié le 16/10/2017 à 14:55

La qualité du sommeil des travailleurs n’est habituellement pas la priorité des entreprises. Toutefois, les troubles du sommeil peuvent leur coûter cher. Les pertes en productivité atteignent en effet une moyenne de 5000 $ par année par employé affecté.   


Plus de 40 % des adultes souffriraient d’insomnie, d’apnée obstructive, du syndrome de jambes sans repos ou d’un autre trouble du sommeil. Or, mal dormir entraîne de l’absentéisme et du présentéisme. « Les gens qui ont un trouble du sommeil font environ 28 jours par année de présentéisme au travail, contre 3 jours pour les bons dormeurs », indique Josée Dixon, première vice-présidente Assurance pour les groupes et les entreprises chez Desjardins Assurances. Sans compter qu’ils sont aussi plus à risque d’avoir d’autres problèmes de santé, comme l’anxiété, la dépression, le diabète et l’hypertension.


« Les stratégies des employeurs sur la santé des employés ciblent surtout des aspects comme l’alimentation, l’activité physique et le stress, mais les problèmes de sommeil devraient aussi en faire partie », poursuit celle qui a récemment discuté du sujet lors de la conférence Santé et sécurité du travail des Événements Les Affaires.


Desjardins Assurances propose depuis peu aux entreprises un programme de dépistage et de traitement des troubles du sommeil offert par Solutions santé préventive Haleo. Programme qu’elle a testé auprès de ses propres employés lors d’un projet-pilote. Parmi ceux ayant voulu participer, 58 % se sont avérés à risque de souffrir d’au moins un trouble du sommeil.


Clinique virtuelle


Haleo, une entreprise québécoise fondée en 2015, a développé une plateforme d’éducation et de dépistage en ligne, en collaboration avec le Sleep Health Institute, de Boston. Les participants répondent d’abord à un questionnaire. S’ils sont à risque des souffrir d’un trouble du sommeil, Haleo peut ensuite les aider à explorer les options de diagnostic et de traitement.


« Pour l’insomnie, la thérapie cognito-comportementale a fait ses preuves, affirme Bradley Smith, président de l’entreprise québécoise fondée en 2015. Toutefois, les gens ont souvent de la difficulté à trouver un psychologue ou un psychothérapeute spécialisé dans les troubles du sommeil. C’est l’une des barrières les plus importantes au traitement. Nous avons donc constitué une équipe de professionnels formés dans le domaine. »


La thérapie, qui s’attaque aux causes de l’insomnie liées aux comportements, est offerte par vidéoconférence. Habituellement, il suffit de cinq à six séances pour que l’employé améliore son hygiène de sommeil.


Chez Desjardins, les résultats ont été probants : 89 % des employés insomniaques dorment maintenant mieux et 54 % se sont même complètement débarrassé du problème. Près de la moitié d’entre eux présentent aussi moins de symptômes de détresse psychologique.


Pour les entreprises, l’intégration d’un programme sur le sommeil à la stratégie globale en santé peut être rentable. Sur trois ans, la diminution des coûts associés à l’absentéisme et au présentéisme représente dix fois l’investissement dans le dépistage et les traitements, selon Desjardins.    


Apprenez-en davantage sur la santé psychologique au travail lors de notre prochaine conférence le 24 janvier 2018.


 



 

À propos de ce blogue

En coulisses est le blogue des Événements Les Affaires. Nous vous proposons un accès privilégié aux meilleures pratiques de la communauté d’affaires québécoises qui sont partagées lors de nos conférences. Notre mission : vous présenter des idées concrètes afin de vous aider dans votre réflexion et répondre à certaines de vos préoccupations d'affaires.