Pourquoi ce pilote a beaucoup à vous apprendre sur le rôle de l’intuition au travail

Publié le 22/09/2016 à 11:55

Pourquoi ce pilote a beaucoup à vous apprendre sur le rôle de l’intuition au travail

Publié le 22/09/2016 à 11:55

Photo: Warner Bros Pictures

Récemment, je suis allé voir au cinéma la dernière réalisation de Clint Eastwood, Sully mettant en vedette le talentueux Tom Hanks, et c’est cet excellent film qui m'a inspiré ce billet.


Sully raconte l’incroyable histoire de Chesley "Sully" Sullenberger, qui devint un héros après avoir miraculeusement amerri un avion sur la rivière Hudson, sauvant ainsi les 155 passagers et membres de l’équipage à bord.





À peine 3 minutes après le décollage, l’avion, un Airbus 320, frappa une importante envolée d’oies sauvages, ce qui causa d’important dommages sur chacun des deux réacteurs, les rendant ainsi inopérables. Après avoir analysé les options de retour et les procédures d'urgence, le capitaine prit finalement la décision d'amerrir sur la rivière Hudson. Aucune des procédures ne suggérait une telle décision, mais avec le peu de temps qu’il avait, il décida de faire confiance à l’option que lui pointaient son expérience et à son intuition.  Cette décision s’avéra la meilleure, bien qu’aucun avion de cette taille auparavant ne s’était tiré d’un amerrissage sans dommages ni victimes.





La leçon à tirer de cette histoire, c’est que les procédures mises en place et les outils d’analyse formelle ne sont pas infaillibles ; l’intuition et l’expérience combinées sont des outils non négligeables qui peuvent nous aider à prendre de meilleures décisions.


Bien sûr, je ne vous suggère pas de prendre vos décisions à l’aveuglette et de faire fi des analyses et de l’aspect rationnel pour prendre des décisions rapides. En effet, les décisions intuitives doivent quand même basées sur des analyses et des statistiques. Par contre, l’intuition peut être très utile pour déceler si une situation ne tourne pas rond, si les conclusions d’une analyse sont véridiques ou si une solution fonctionnera.


En fait, plusieurs ont une définition floue de ce qu’est l’intuition. Nous l’associons souvent à tort avec l’irrationalité et la paresse, mais elle est en fait plus proche du côté rationnel qu’on ne pourrait le penser.


Comme l’écrit Daniel Isenberg dans un article du Harvard Business Review, l’intuition ne serait pas une supposition aléatoire, mais plutôt un véritable processus cognitif rationnel acquis au cours des années durant lesquelles l’individu a fait face à diverses situations qui ont formé son sens critique. Justement, une scène du film nous montre que Sully avait déjà fait face à des problèmes de vols lorsqu’il était un pilote pour l’armée, et il avait appris à reconnaître les signes qu’un réacteur ne fonctionne plus. C’est cette situation, combinée à une multitude d’autres, qui lui ont permis d’évaluer des situations similaires dans le futur et de réagir efficacement.


Tout comme Sully, la majorité de notre savoir provient de notre expérience pratique sur le terrain. Si on voulait représenter notre savoir à l’aide d’un iceberg, la partie submergée, soit la majorité, serait le savoir acquis par la pratique et les expériences concrètes sur le marché du travail. La pointe serait le savoir acquis par l’apprentissage sur les bancs d’école. Malgré son faible apport, l’apprentissage sur les bancs d’école n’est pas futile, puisque notre subconscient le garde en mémoire et nous informe à propos des situations auxquelles nous ferons face et de mieux s’y préparer.


Autrement dit, notre intuition s’améliore au fil du temps et de l’expérience que l’on acquiert dans un domaine. D’ailleurs, les décisions intuitives sont plus fiables chez les spécialistes qui ont acquis beaucoup d’expérience dans un domaine particulier (que ce soit le marketing, la gestion, les finances, etc.) que chez ceux qui ont occupé plusieurs emplois dans différents domaines.  Il ne fait pas de doute que les quarante années d’expérience en vol de Sully ont joué un rôle crucial afin d’éviter la catastrophe. 


Bref, nous possédons une formidable faculté que les ordinateurs n’auront jamais et qui rend les êtres humains uniques : l’intuition. Je ne parle pas ici des voix négatives qui vous ressassent vos peurs, mais de cette voix intérieure, ce pressentiment très fort qui vous tire vers une direction et qui vous indique que ce chemin est la bonne route à suivre.


Faites-lui confiance afin de vous guider en affaires, puisqu’après tout, le jugement de cette voix intérieure s’appuie sur des expériences passées, et faites mentir les sceptiques, tout comme Sully!


Lisez mes billets précédents


Suivez l'Institut de leadership sur Facebook


 

À propos de ce blogue

Éric Paquette est Président-cofondateur de l'Institut de leadership en gestion (www.institutleadership.ca), une école de formation de haut niveau destinée aux gestionnaires québécois où plusieurs personnalités de renom viennent partager leur expérience. «S'inspirer pour mieux gérer» est un blogue qui présente des cas vécus et en fait sortir un principe ou un modèle s'appliquant à d'autres situations en contexte de gestion.

Éric Paquette

Sur le même sujet

La musique vous rend-elle plus productif?

19/09/2018 | Olivier Schmouker

BLOGUE. La plupart du temps, elle nous aide à travailler «vite et bien», selon une étude.

Comment bien exprimer votre reconnaissance au travail?

18/09/2018 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Être reconnu des autres, ça permet de s'extraire du flou du quotidien au bureau. Ce qui est carrément vital.

Blogues similaires

Entrepreneurs, osez vous surpasser!

18/09/2018 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Du haut de ses 90 ans, Philippe de Gaspé Beaubien II peut encore captiver les audiences.