L'art perdu du téléphone

Publié le 18/04/2012 à 10:17, mis à jour le 23/04/2012 à 14:32

L'art perdu du téléphone

Publié le 18/04/2012 à 10:17, mis à jour le 23/04/2012 à 14:32

Par Marc Dutil, Katia Renaud, Franck Nicolas et Nathaly Riverin

BLOGUE. Il ne se passe pas une semaine sans que quelqu’un me remercie d’avoir retourné un appel, et parfois on s’étonne même que je réponde à mon propre téléphone. 


Il s’agit en fait d’une vieille leçon de vie héritée de mon père qui disait souvent: dis la vérité, traite les gens correctement et retourne tes appels!


Le clavier c’est bien beau mais quand je me surprends à rédiger un courriel comme s’il s’agissait du prochain roman de Shakespeare, j’ai appris à me dire « Wo… time out… on va régler ça au téléphone. »


Vous voyez, les textos et courriels c’est parfait pour un échange sans émotion, avec des enjeux mineurs où il n’y pas de risque de malentendu mais autrement, je fais vraiment un effort pour tenter de rejoindre les gens par téléphone.


Et c’est alors que mes tourments débutent… avoir à deviner absurdement si un appel dans le 450 ou 514 doit commencer par un « 1 »... affronter le système automatisé, tenter d’élucider si « écrivez le nom » signifie nom ou prénom, appuyer sur « 0 » pour parler à quelqu’un, décider si je laisse un message ou j’essaie plutôt le portable. 


Bref, cette nouvelle ère de la connectivité c’est bien beau, mais ça donne quoi si on ne peut pas parler à personne ?


Alors, humble suggestion, tentons de se rendre facile à rejoindre et retournons nos appels sans faute, nous serons alors les premières personnes qu’on appelle pour inviter au concert, pour offrir ses services ou, encore mieux, pour refiler un précieux renseignement.


Par Marc Dutil, président fondateur, École d'Entrepreneurship de Beauce 


Ce texte fait partie d’une série hebdomadaire que signeront tour à tour les membres de l’équipe de EEB. Ces derniers côtoient les grands entrepreneurs du Québec jour après jour, construisant avec eux des formations sur mesure pour la relève entrepreneuriale du Québec. Le blogue de l'École d’Entrepreneurship de Beauce (EEB), nommé Entrepreneurs de tête, entrepreneurs de cœur vise à partager ses rencontres uniques. Nous vous parlerons d’anecdote, de comportements, de valeurs et d’attitudes. Et surtout pas de statistiques ! Découvrez avec nous l’essence même de l’esprit entrepreneurial du Québec.

Sur le même sujet

Conciliation travail-famille: mythe ou réalité ?

02/12/2015 | Nicolas Duvernois

BLOGUE. Trouver l'équilibre entre le travail et la famille quand on est entrepreneur? Mission presque impossible.

Entrevue n°269 : Oscar Farinetti, fondateur, Eataly

Édition du 28 Novembre 2015 | Diane Bérard

PERSONNALITÉ INTERNATIONALE. Il a dirigé la plus grande chaîne italienne d'électroménagers, UniEuro. Depuis 2007, il ...

OPINION Douze Québécoises parmi les femmes les plus influentes du Canada
Édition du 28 Novembre 2015 | Claudine Hébert
Entrepreneurs : êtes-vous suffisamment assurés ?
Édition du 28 Novembre 2015 | Dominique Lamy
Que faut-il pour être entrepreneur?
Mis à jour le 25/11/2015 | Nicolas Duvernois

À la une

Le marché de la pitoune s'effondre en Beauce-Etchemins-Estrie

04/05/2016 | François Pouliot

BLOGUE. Le marché du bois de 4 pieds, cette ressource expédiée aux papetières, vient de subitement s'effondrer.

Intact a les yeux rivés sur Fort McMurray et s'adapte à Uber

04/05/2016 | Stéphane Rolland

Même si Québec bloque Uber, Intact devra s’adapter à l’économie de partage, croit Charles Brindamour.

Incendie de forêt: toute la ville de Fort McMurray a été évacuée

L'incendie de forêt qui brûle près de Fort McMurray, en Alberta, a détruit environ 1600 structures dans la ville.