L'art perdu du téléphone

Publié le 18/04/2012 à 10:17, mis à jour le 23/04/2012 à 14:32

L'art perdu du téléphone

Publié le 18/04/2012 à 10:17, mis à jour le 23/04/2012 à 14:32

Par Marc Dutil, Katia Renaud, Franck Nicolas et Nathaly Riverin

BLOGUE. Il ne se passe pas une semaine sans que quelqu’un me remercie d’avoir retourné un appel, et parfois on s’étonne même que je réponde à mon propre téléphone. 


Il s’agit en fait d’une vieille leçon de vie héritée de mon père qui disait souvent: dis la vérité, traite les gens correctement et retourne tes appels!


Le clavier c’est bien beau mais quand je me surprends à rédiger un courriel comme s’il s’agissait du prochain roman de Shakespeare, j’ai appris à me dire « Wo… time out… on va régler ça au téléphone. »


Vous voyez, les textos et courriels c’est parfait pour un échange sans émotion, avec des enjeux mineurs où il n’y pas de risque de malentendu mais autrement, je fais vraiment un effort pour tenter de rejoindre les gens par téléphone.


Et c’est alors que mes tourments débutent… avoir à deviner absurdement si un appel dans le 450 ou 514 doit commencer par un « 1 »... affronter le système automatisé, tenter d’élucider si « écrivez le nom » signifie nom ou prénom, appuyer sur « 0 » pour parler à quelqu’un, décider si je laisse un message ou j’essaie plutôt le portable. 


Bref, cette nouvelle ère de la connectivité c’est bien beau, mais ça donne quoi si on ne peut pas parler à personne ?


Alors, humble suggestion, tentons de se rendre facile à rejoindre et retournons nos appels sans faute, nous serons alors les premières personnes qu’on appelle pour inviter au concert, pour offrir ses services ou, encore mieux, pour refiler un précieux renseignement.


Par Marc Dutil, président fondateur, École d'Entrepreneurship de Beauce 


Ce texte fait partie d’une série hebdomadaire que signeront tour à tour les membres de l’équipe de EEB. Ces derniers côtoient les grands entrepreneurs du Québec jour après jour, construisant avec eux des formations sur mesure pour la relève entrepreneuriale du Québec. Le blogue de l'École d’Entrepreneurship de Beauce (EEB), nommé Entrepreneurs de tête, entrepreneurs de cœur vise à partager ses rencontres uniques. Nous vous parlerons d’anecdote, de comportements, de valeurs et d’attitudes. Et surtout pas de statistiques ! Découvrez avec nous l’essence même de l’esprit entrepreneurial du Québec.

Sur le même sujet

La revanche des régions

24/10/2014 | Marc Gosselin

En manchette cette semaine, Les Affaires présente un palmarès des villes les plus entrepreneuriales du ...

Les jeunes entrepreneurs à l'honneur avec François Hollande et Philippe Couillard : à qui la chance ?

Édition du 25 Octobre 2014 | Géraldine Martin

Le 4 novembre, le président français François Hollande sera de passage à Montréal dans le cadre d'une visite ...

OPINION Des petits pains pour Harvard
Édition du 25 Octobre 2014 | Claudine Hébert
Pleins feux sur les start-ups de Montréal
Édition du 25 Octobre 2014 | Matthieu Charest
L'avenir par le Nord, oui, mais un peu plus tard
Édition du 25 Octobre 2014 | René Vézina
Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Procter & Gamble, ou ce qu'il faut éviter de faire de son portefeuille

24/10/2014 | Philippe Leblanc

BLOGUE. Hier matin, le géant Procter & Gamble a annoncé qu’il comptait se séparer de sa ...

Les marchés doivent-ils craindre l'Ebola?

24/10/2014 | Pierre Czyzowicz

BLOGUE. L'épidémie actuelle d'Ebola est la plus importante depuis la découverte du virus en 1976. Au-delà de la tragédie humaine, quels sont les impacts financiers et économiques?

La marche est haute pour les Québécoises BRP et Uni-Sélect

Face à leurs rivales Polaris et O'Reilly, la marche est vraiment haute pour BRP et Uni-Sélect.