Êtes-vous obligé d'accepter une promotion?

Publié le 19/11/2018 à 10:44

Êtes-vous obligé d'accepter une promotion?

Publié le 19/11/2018 à 10:44

(Photo: 123rf.com)

BLOGUE INVITÉ. Une promotion est une marque de reconnaissance de votre employeur et vous en serez fort probablement flatté. Votre imaginaire s’emballe et vous voyez la possibilité pour vos plus folles ambitions de prendre forme. Mais attention… Que signifie la promotion dans les faits? Qu’est-ce que votre employeur en tire? Est-ce que vous serez heureux dans ce nouveau rôle? Vous y sentez-vous prêt? Il est essentiel de bien comprendre ce que représente la promotion, ses implications ainsi que son impact sur votre cheminement de carrière et sur votre vie personnelle. 


En souhaitant vous attribuer de nouvelles fonctions, votre employeur vous démontre de la reconnaissance, certes. Il voit aussi en vous la solution à des besoins de gestion à combler ou des responsabilités à attribuer. Les plans d’affaires des entreprises sont parfois remplis de défis et de risques, mais ces éléments sont essentiels pour que l’entreprise se distingue. La promotion vient habituellement avec un mandat précis, et des responsabilités accrues. Comme chasseuse de têtes, ces mandats nous sont clairement exposés, et c’est de là que part notre recherche de candidats. Nous allons donc au-delà du rôle pour bien comprendre vos ambitions, votre gestion des risques, votre aisance dans les zones grises… Évidemment, le titre et la rémunération suivent habituellement et peuvent être alléchants, mais tout a un prix. Surtout lorsque vous choisissez la chaise du gestionnaire.


Trop souvent, les rôles de gestion sont vus comme l’unique façon de progresser. Attention! Ils ne sont pas faits pour tout le monde. Gérer une équipe est un vrai don de soi, une imputabilité plus grande, de la pression et un impact qui doit être mesuré. Êtes-vous prêts à ça? La réflexion autour d’une promotion est un exercice de grande humilité. Une fois passées les premières minutes où la flatterie prend le dessus, il faut vous poser les vraies questions qui vont au-delà de votre ambition financière, votre besoin de reconnaissance ainsi que l’image projetée par un titre plus élevé. Votre famille? Votre forme physique? Vos projets personnels? Où se retrouveront-ils dans ce nouvel équilibre que vous devrez créer?


Dans certains cas, la bonne chose à faire est de refuser une promotion. Il est possible que ce soit vu positivement ou négativement. Dans une telle situation, essayez de comprendre les réelles raisons de la promotion, et si c’est la seule qui s’offrira à vous. Est-ce que de gérer une équipe est la seule façon de progresser? Est-ce qu’un mouvement horizontal serait plus motivant pour vous? Est-ce que votre employeur est prêt à investir en vous pour vous permettre de développer de nouvelles compétences? Essayez d’avoir une discussion ouverte avec votre employeur, mais soyez prêt à ce que cette discussion implique quelquefois de révéler des détails de votre vie privée ou d’un projet personnel comme de fonder une famille.


Si vous refusez, est-ce que votre employeur vous en tiendra rigueur? Vous mettra-t-il de côté pendant plusieurs années ? Tout dépend de votre approche et de son style de gestion. Par exemple, si vous pensez que vous en avez déjà assez sur les épaules avec deux jeunes enfants pour vous investir davantage dans votre travail, les prochaines années seront peut-être plus propices à accroître vos responsabilités. La transparence sera votre alliée. Et si vous refusez, apportez des solutions à votre supérieur, parce qu’il restera avec le siège vide que vous déclinez.


Cela dit, si vous êtes allé au fond des choses et que vous vous en sentez le courage, allez-y! Plongez! Mais gardez en tête que c’est votre choix. Vous seul êtes maître de votre carrière.

À propos de ce blogue

Élise Boutin Michaud est chasseuse de têtes chez Fauve et Associés depuis quelques années. Sa mission ici est de présenter la perspective d’un chasseur de têtes de cadres et d’exécutifs sur la transition, le développement et la gestion proactive de carrière en fonction de la réalité du marché, du monde des affaires et des statistiques.

Élise Boutin Michaud