SNC-Lavalin: un autre Lamarre se vide le coeur

Publié le 12/04/2012 à 10:10, mis à jour le 12/04/2012 à 12:53

SNC-Lavalin: un autre Lamarre se vide le coeur

Publié le 12/04/2012 à 10:10, mis à jour le 12/04/2012 à 12:53

BLOGUE. «Les administrateurs de SNC-Lavalin sont très bien payés et ils ne font pas leur “job”. Ils doivent réaliser qu’avec la paie viennent des responsabilités. Il faut être présent. Mais il faut croire que les administrateurs de SCN-Lavalin n’ont pas le temps de s’occuper de ce qui se passe dans l’entreprise. Il semble qu’ils soient trop occupés, qu’ils ont eux-mêmes des entreprises à gérer.»


Jean Lamarre, un administrateur de sociétés qui est le fils de Bernard Lamarre, ex-pdg de Lavalin, et neveu de l'ex-pdg de SNC-Lavalin Jacques Lamarre, s'est vidé le coeur lors d’un petit déjeuner de l’Institut des administrateurs de sociétés tenu à Montréal jeudi.


«Je suis très peiné par ce qui se passe présentement chez SNC-Lavalin. Mais je suis encore plus peiné devant la tristesse de mon père, Bernard», a lancé le président de Lamarre Consultants.


Il faut dire que le thème de l’évènement était particulièrement propice à une telle sortie: la rémunération des administrateurs.


Combien faut-il payer un administrateur? Dans le cas des 100 plus grandes sociétés du TSX, la rémunération médiane varie entre 110 000$ et 120 000$. Dans les autres sociétés ce serait plutôt entre 60 000$ et 80 000$. Dans les PME cela peut se limiter à 10 000$. Et dans les OBNL… à -10 000$ «puisqu’on vous demande souvent de contribuer à la campagne de financement»!


Quand paie-t-on trop ou trop peu? On paie trop lorsque la rémunération de l’administrateur devient telle qu’il en perd son indépendance et se tait, refusant de mordre la main qui le nourrit. Quant au trop peu, il semble ne pas exister. Les panélistes ont été limpides: la rémunération n’est pas, ne devrait pas, être un critère de choix pour siéger à un CA.


Quelle forme devrait prendre cette rémunération : fixe ou variable? Et les actions: l’administrateur-actionnaire est-il un meilleur administrateur? Il semble que non… au contraire.


À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueuse au journal Les Affaires et a dirigé le magazine Commerce pendant sept ans. Elle est régulièrement invitée à commenter l'actualité économique dans les médias. Auteure de trois livres (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi et J'ai perdu ma montre au fond du lac), elle emploie son énergie débordante à transmettre sa passion du monde des affaires et de l'économie. «Le fil de Diane» vous aidera à trouver votre chemin à travers la masse d'informations économiques disponibles sur Internet.

Diane Bérard

Sur le même sujet

Grands honneurs pour 3 CA exemplaires

02/04/2015 | Matthieu Charest

Voici les conseils honorés lors de la première édition de la Grande soirée de la gouvernance organisée par Les Affaires.

Bérard - La communauté d'affaires américaine déchire sa chemise pour Jamie Dimon

Mis à jour le 14/05/2013

BLOGUE – Mardi prochain, le 21 mai, les actionnaires de JPMorgan Chase voteront sur la nécessité ...

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Sortir du bois ou entrer dedans ?

Édition du 13 Octobre 2018 | François Pouliot

CHRONIQUE. Il y a de l'action en forêt. Depuis la mi-septembre, plusieurs titres forestiers sont sous pression.

Leaders, voici pourquoi vos conseils ne sont jamais écoutés!

BLOGUE. À force d'agir en expert «qui sait toujours tout sur tout», les oreilles des autres deviennent sourdes.