SNC-Lavalin: les 6 défis du nouveau président du CA

Publié le 16/03/2015 à 15:43

SNC-Lavalin: les 6 défis du nouveau président du CA

Publié le 16/03/2015 à 15:43

Le nouveau président du conseil de SNC-Lavalin, Lawrence N. Stevenson. (Photo: SNC-Lavalin)

BLOGUE. Hier, Ian Bourne était président du conseil de SNC-Lavalin. Aujourd’hui, son nom a complètement disparu du site internet de l’entreprise. Ian Bourne n’est plus président du CA. Il ne siège même plus au CA. On l’a remplacé par Lawrence N. Stevenson, qui siège au CA depuis 1999.


Lawrence N. Stevenson a, entre autres, piloté la fondation de la librairie Chapters, en 1995. La même année, il s’est classé au Top 40 under 40. On lui a attribué le prix « Innovative retailer of the year », en 2000. Aujourd’hui, il est directeur de Callisto Capital.



Pourquoi un nouveau président au CA de SNC-Lavalin?


J’ai interviewé Richard Leblanc à ce sujet. Richard est un des principaux experts de la gouvernance au Canada.


« Tous les présidents de conseil ont une date d’expiration, c’est normal, dit Richard. Mais on ne peut s’empêcher d’établir un lien entre les accusations criminelles récemment déposées par la GRC contre SNC et le changement subit de président. »


Au Canada, le président de conseil porte de plus en plus le rôle de communicateur. En temps de crise, les projecteurs sont braqués sur lui. Le CA de SNC-Lavalin a décidé qu'Ian Bourne n'était plus la bonne personne sur qui braquer les projecteurs, compte tenu que la chaleur de ceux-ci vient de grimper de plusieurs degrés...


Un nouveau président au CA de SNC: bonne ou mauvaise nouvelle?


Selon Richard Leblanc, le changement  de président peut lancer deux messages au marché et aux parties prenantes :


1-un message inquiétant : le CA ne sait plus quoi faire, il rebrasse les cartes pour donner le sentiment que les choses bougent, que des décisions se prennent;


2- un message de confiance : SNC prend les accusations criminelles de la GRC au sérieux. Le CA est conscient que laisser Ian Bourne en poste aurait lancé un message dangereux. Ian Bourne aurait tenu à la fois le rôle de juge et partie. Le nouveau système d’éthique ayant été développé sous son règne, Bourne ne pouvait le défendre de façon objective. Une situation aussi sérieuse qu’une enquête criminelle exige un président indépendant.


Elle exige aussi un président disponible. Les prochains mois occuperont certainement le président à mi-temps. Cette réalité a certainement été prise en considération pour la relève cette relève de la garde subite.


Les 6 défis  nouveau président du conseil de SNC-Lavalin

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueuse au journal Les Affaires et a dirigé le magazine Commerce pendant sept ans. Elle est régulièrement invitée à commenter l'actualité économique dans les médias. Auteure de trois livres (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi et J'ai perdu ma montre au fond du lac), elle emploie son énergie débordante à transmettre sa passion du monde des affaires et de l'économie. «Le fil de Diane» vous aidera à trouver votre chemin à travers la masse d'informations économiques disponibles sur Internet.

Diane Bérard

Blogues similaires

La chasse aux orignaux et aux entreprises canadiennes est ouverte

Édition du 14 Octobre 2017 | René Vézina

CHRONIQUE. Si seulement les Améri- cains avaient besoin d'un permis s'en prendre à leurs rivaux canadiens ! Dans ...

Airbus prend le contrôle du CSeries: bonne ou mauvaise nouvelle?

16/10/2017 | François Pouliot

Bonne ou mauvaise nouvelle? Des questions demeurent sur la valeur du placement du gouvernement du Québec. Mais, bonne.

Le succès, c'est juste 20% de talent, dit Tony Robbins

Mis à jour le 13/10/2017 | Olivier Schmouker

BLOGUE. À votre avis, que sont les 80% restants? Attendez-vous à une sacré surprise...