Primeur: une boîte à outils pour devenir une entreprise à impact social

Publié le 29/03/2018 à 14:04

Primeur: une boîte à outils pour devenir une entreprise à impact social

Publié le 29/03/2018 à 14:04

Yann Pezzini, conseiller stratégique en impact social chez Credo, en compagnie de la première cohorte de la formation "Intégrer l'impact social au coeur de son modèle d'affaires".(Crédit: Arnaud Gendreau)

Pourquoi avez-vous initié votre projet entrepreneurial?


Anie Rouleau, elle, l’a fait pour travailler en accord avec ses valeurs, tout simplement. La fondatrice de Baléco n’a jamais pensé que mettre l’impact sociétal au cœur de son modèle d’affaires (elle commercialise des produits nettoyants écoresponsables, depuis l’approvisionnement jusqu’à l’emballage) l’aiderait à décrocher des contrats. Il faut dire qu’Anie est une pionnière de l’entrepreneuriat social québécois. Elle a démarré Baléco en 2011. À l’époque, on en savait bien peu sur cette façon de faire des affaires.


Et puis, il y a eu cet appel, «Nous cherchons un fournisseur de produits nettoyants certifié B-Corp.» La certification B-Corp, accordée par l’organisme B-Lab, reconnaît qu’une organisation vise un rendement triple: financier, social et environnemental.


On en convient de plus en plus, inclure l’impact social dans un modèle d’affaires - et non en marge de celui-ci à travers la philanthropie, par exemple - rapporte au-delà de l’image.


«La création de valeur sociale est un facteur de succès financier et un levier d’innovation», souligne Yann Pezzini, conseiller stratégique en impact social chez Credo.


Credo a créé une «Boîte à outils pour entrepreneurs d’impact». Il s’agit d’une guide pratique pour intégrer l’impact social au cœur de son modèle d’affaires. Vous pouvez le consulter ici.


"On voit le mot "entrepreneur d'impact" être utilisé dans de nombreux contextes, pour signifier différentes choses. Avec cette boîte à outils, on aimerait faire comprendre l'étendue de ce que implique une démarche d'impact social et les opportunités immenses de jouer un rôle plus grand d'acteur de changement social, au delà de ce qui est traditionnellement entendu par "impact"." Yann Pezzini, conseiller stratégique en impact social, Credo


Crédit: Arnaud Gendreau


Credo a aussi développé une formation de trois jours associée à ce guide. J’ai assisté à la première journée, qui portait sur l’identification de la raison d’être d’une entreprise et sa stratégie d’impact.


Ce qui suit est un résumé de ce que j'ai appris. Je crois que plusieurs d’entre vous y trouveront une source d’inspiration afin de donner, ou redonner, un sens et une pertinence à leur projet d’entreprise.


Voici ce que je vous propose. Avant de débuter les exercices pratiques, vsionnez quelques minutes de cette conférence de Daniela Papi Thronton, directrice du Skoll Center for Social Entrepreneurship. Son proppos est à la fois inspirant et très concret. Le message est le suivant, «Nous n'avons pas besoin de plus d'entreprises sociales. Nous avons besoin de plus d'impact social.» La vidéo dure 20 minutes, arrêtez-vous lorsque vous sentez suffisamment inspiré pour entamer la déconstruction/reconstruction de votre modèle d'entreprise. Vous pourrez compléter le visonnement à la fin, je remettrai le lien.



À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueuse au journal Les Affaires et a dirigé le magazine Commerce pendant sept ans. Elle est régulièrement invitée à commenter l'actualité économique dans les médias. Auteure de trois livres (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi et J'ai perdu ma montre au fond du lac), elle emploie son énergie débordante à transmettre sa passion du monde des affaires et de l'économie. «Le fil de Diane» vous aidera à trouver votre chemin à travers la masse d'informations économiques disponibles sur Internet.

Diane Bérard

Blogues similaires

Regain de vie chez les PME manufacturières québécoises

Édition du 19 Mai 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. La vie n'est pas toujours facile dans le secteur manufacturier, et par le passé, bien des PME québécoises ...

Netflix : 650 $ US ou 125 $ US ?

Édition du 12 Mai 2018 | François Pouliot

CHRONIQUE. Combien vaudra Netflix (NFLX, 313,36 $ US) dans 12 à 18 mois : 650 $ US ou 125 $ US ? La question nous est...

Comment trouver la lumière au travail?

BLOGUE. Peut-être bien en rencontrant des gens passionnés et passionnants, à l'image de Dan Ariely, au C2 Montréal.