Le Québec aura son accélérateur d'artisans

Publié le 10/11/2016 à 09:51

Le Québec aura son accélérateur d'artisans

Publié le 10/11/2016 à 09:51

Julie Comtois, fondatrice de Mariposa, appartient à la communauté d'artisans/entrepreneurs visée par l'accélérateur Quartier Artisan

Le Québec accueille son premier accélérateur d’entreprises artisanales, Quartier Artisan. La première cohorte, qui comptera huit artisans/entrepreneurs débutera le 1er février. Elle s’étendra sur une période de neuf mois, sous la forme de six sessions de trois à quatre jours chacune. L’appel de candidatures s’étend du 10 novembre au 6 janvier. Le pogramme s'adresse à tous les artisans québécois, peu importe la municipalité où ils sont situés. Pour être éligible, un artisan doit avoir un produit commercialisé et réaliser des ventes. Et il devra débourser 1000$ pour ce programme, payable en quatre versements. Ceci lui donnera accès à cinq experts et une quinzaine de professionnels. En plus des sessions à Lac-Mégantic, les candidats recevront 15 heures de coaching personnalisé dans leur entreprise. Ils pourront répartir ces heures à leur guise, en faisant appel à l’expertise des experts et professionnels de leur choix.


L’accélérateur sera installé à Lac-Mégantic. C’est un projet du Centre Magnétique, cofondé par Bernard d’Arche et Cécile Branco. Le Centre Magnétique fut d’abord un projet étudiant né sur les bancs d’université McGill, dans un cours d’entrepreneuriat social. Poussés par leur professeur, Anita Nowak, Bernard et Cécile sont passés de l’idée à l’action. Pour sa phase 1, le Centre Magnétic a développé 4000 pieds carrés d’espace de travail partagé et de bureaux fermés. L’accélérateur fait partie de la phase 2. Tout comme un futur incubateur et un lieu plus grand.


Cet accélérateur d’artisans s’inscrit dans une tendance mondiale, celle du «fait à la main» (makers’ movement). La démocratisation des outils de fabrication, comme l’imprimante 3D, et la multiplication des fablabs et autres espaces de production partagés stimulent cet intérêt grandissant pour les objets faits à la main. Et des sites comme Etsy facilitent la commercialisation et l’accès à ces produits.


Dès le début, les fondateurs du Centre Magnétique voulaient inclure un accélérateur dans leur projet. « Il fallait se différencier, explique Bernard d’Arche. Trouver un besoin non comblé pour donner une spécificité à notre programme et attirer des candidats en région. Nous avons regardé quelles étaient les nouvelles entreprises à succès dans la région, mais aussi quel était le secteur émergent en général. Le fait à la main est en croissance de 23%. Nous tenions notre thème. » Non seulement le fait à la main est-il populaire, mais l’offre de soutien à ce secteur est incomplète. « Il existe de nombreux programmes d’aide à la production, note Bernard, mais aucun ne s’adresse aux artisans comme entrepreneurs. C’est ce besoin que nous comblons. Notre accélérateur aidera les artisans à passer d’un marché limitrophe è un marché mondial. »


L’accélérateur Quartier Artisan s’inspire de l’esprit de l’école d’entrepreneurship de Beauce. «Tout comme eux, nous sommes situés en région, poursuit Bernard. Pour attirer des candidats de tout le Québec, nous ne pouvions pas établir une formule intensive exigeant une présence régulière sur place. C’est pourquoi notre programme est composé de six modules étalés sur neuf mois. » Le contenu a été développé en partenariat avec le Pôle HEC Montréal, particulièrement le professeur Pierre Ballofet, spécialiste du marketing et de l’image de marque ainsi que Déborah Cherenfant, fondatrice de Coloré Design et Alexis Martel, pdg de Lunetterie Générale.


L’accélérateur Quartier Artisan s’inspire aussi de l’esprit du programme EMBA, « Nous choisissons les candidats les uns en fonction des autres. Nous visons à créer un groupe où chacun apporte un élément particulier. »


Le programme coûte 1000$ au candidat. Mais son coût réel s’élève plutôt à 10 000$/artisan. Le fait d’être installé en région augmente les frais requis pour les experts. Afin de couvrir ses besoins financiers, le Centre Magnétique peut compter sur quatre partenaires financiers : Desjardins, Emploi Québec, SADC et SDEG (Société de développement du Granit).


Le défi de l’accélérateur Quartier Artisan


Même si le Québec compte de plus en plus d’ébénistes, de boulangers, de joailliers et autres artisans, une culture de l’entrepreneuriat artisanal reste à développer. Ce qui n’est pas le cas en Europe. En France, par exemple, il existe une secrétaire d’État auprès du ministre de l’économie et des finances, chargée du commerce, de l’artisanat, de la consommation et de l’économie solidaire. Quartier Artisan se donne comme défi d’amorcer un virage culturel chez les Québécois. Le but : associer artisanat et entrepreneuriat et inciter les artisans à passer à l’échelle. Ainsi, l’artisan deviendra un acteur économique à part entière. Certains pionniers et pionnières ont ouvert la voie. Mariouche Gagné, créatrice d’Harricana, par exemple. Voyons s'il est possible de développer une relève.


 


 

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueuse au journal Les Affaires et a dirigé le magazine Commerce pendant sept ans. Elle est régulièrement invitée à commenter l'actualité économique dans les médias. Auteure de trois livres (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi et J'ai perdu ma montre au fond du lac), elle emploie son énergie débordante à transmettre sa passion du monde des affaires et de l'économie. «Le fil de Diane» vous aidera à trouver votre chemin à travers la masse d'informations économiques disponibles sur Internet.

Diane Bérard

Blogues similaires

L'héritage de Bernard Morency : nous assurer une retraite décente

Édition du 08 Juillet 2017 | René Vézina

Le tiers des Québécois misent sur le jackpot à la loterie pour mieux profiter de leurs vieux jours. Invraisemblable ...

SNC-Lavalin : décollage imminent ?

Édition du 22 Juillet 2017 | François Pouliot

Avec l'aide de la Caisse de dépôt et placement, SNC-Lavalin (SNC, 56,95 $) vient de conclure la plus importante ...

Comment faire en sorte que la chance vous sourie enfin?

Mis à jour le 25/07/2017 | Olivier Schmouker

BLOGUE. En cultivant cinq de nos talents, selon le Montréalais d'origine David Brown, co-PDG de Techstars.