Creative Mornings: qu'avez-vous appris de nouveau aujourd'hui?

Publié le 25/08/2017 à 11:57

Creative Mornings: qu'avez-vous appris de nouveau aujourd'hui?

Publié le 25/08/2017 à 11:57

Christine Renaud, fondatrice et dg, E-180 lors du Creative Mornings du 24 août (crédit: Tora Chirila)

Ce matin avait lieu de 52e Creative Mornings de Montréal. La conférencière était Christine Renaud, fondatrice et dg de E-180. Christine Renaud est «jardinière d'humains». Elle les fait «pousser» en permettant des échanges de savoirs.


Ce que l'ex-chef de la stratégie de Microsoft et la fondatrice de E-180 ont en commun.


Craig Mundie a été chef de la stratégie chez Microsoft de 2006 à 2014. Depuis, il est conseiller spécial du président. Pour développer une stratégie, il faut se tenir au courant des tendances. On y arrive généralement en lisant des bouquins ou en assistant à des conférences. Mais Craig Mundie n’aime pas lire. Il me l’a confié quand je l’ai interviewé en 2011. Pour flairer l’air du temps, il a développé son propre truc: il invite les auteurs et les conférenciers à succès dans son bureau et leur demande de partager leurs grandes idées. Il s’en suit une conversation où Mundie relance son interlocuteur pour en tirer des connaissances applicables aux enjeux particuliers de Microsoft.


Christine Renaud n’a jamais rencontré Craig Mundie. Elle ne le connaît probablement pas. Mais si c’était le cas, ce serait un de ses clients les plus fidèles. L’ex-stratège en chef de Microsoft et la fondatrice de E-180 valorisent tous les deux le partage de connaissances entre les humains. Christine se décrit comme une «jardinière d’humains», elle veut les aider à «pousser». Son entreprise, E-180, organise des «brain dates». Lors de grands événements, comme C2Montréal, les participants peuvent rencontrer de façon organisée d’autres participants pour échanger des savoirs. La rencontre se planifie à l’avance sur la plateforme de l’événement. Chaque participant intéressé par ces rencontres doit détailler le savoir qu'il offre aux autres participants. Bientôt, E-180 offrira ce service aux plus petits événements. «Pour que les meet-up soient plus qu’un endroit où l’on va pour prendre une bière et peut-être faire des rencontres utiles», explique l’entrepreneure.


La nuance entre éducation et apprentissage


Ce matin, Christine Renaud était conférencière au 52e Creative Mornings Montréal. Elle a évoqué la nuance entre l’éducation et l’apprentissage :«Education is something being done to you. Learning is something you do to yourself.» Ceci soulève la question suivante : «Quand avez-vous entrepris une démarche pour apprendre quelque chose de nouveau?»


La conférence de Christine Renaud reposait en fait sur deux messages:


1-Il nous appartient de prendre en main le contrôle de nos apprentissages;


2-Nous avons tous un savoir à partager qui peut être utile à d’autres.


Les trois piliers de l'apprentissage


L’apprentissage n’est pas l’éducation. Il repose sur d’autres piliers :


1-Il ne peut pas être imposé. Il origine de celui qui apprend, de ses désirs, de ses besoins, de se goûts.


2-Il est concret. Il répond à une question.


3-Il est collaboratif. La conversation crée un processus itératif.


Comment transposer cette conférence dans le monde de l’entreprise?


«Les employés ne sont pas nés apathiques. Personne ne naît apathique, estime Christine Renaud. On le devient par désabusement. Parce que nos intérêts ne sont pas valorisés. Parce que notre organisation n’a pas de culture d'expérimentation.»


Permettre à chaque employé de prendre en main son apprentissage c’est accepter qu’il aille à la pêche. Que les conversations se multiplieront. Que certaines d’entre elles mèneront loin et d’autres moins. Que tout le monde ne sera pas toujours en train de produire.


Et ce qu’il y a de merveilleux, c’est qu’il existe de nombreuses façons d’aller à la pêche aux apprentissages.


Êtes-vous un explorateur ou un chercheur?


E-180 a identifié deux types de personnalités pour des «brain dates» :


1-Les explorateurs placent les connexions humaines au cœur de leur apprentissage. Ils veulent rencontrer des humains. La connaissance est un prétexte pour amorcer une conversation qui les fera grandir et découvrir des choses qu’ils ne connaissent pas;


2-Les chercheurs visent plutôt la rigueur et la précision. La connaissance est vraiment au cœur de leur démarche. La conversation devient le moyen d’acquérir cette connaissance.


Il existe de purs explorateurs et de purs chercheurs. Mais il existe aussi des explorateurs et des chercheurs «circonstanciels», à ce moment-ci de leur vie, devant ce problème à résoudre ou devant ce besoin ils sont l’un ou l’autre.


Alors, qu’allez-vous apprendre de nouveau la semaine prochaine? Pour ma part, hier, j’ai fait du yoga pour la première fois.


 

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueuse au journal Les Affaires et a dirigé le magazine Commerce pendant sept ans. Elle est régulièrement invitée à commenter l'actualité économique dans les médias. Auteure de trois livres (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi et J'ai perdu ma montre au fond du lac), elle emploie son énergie débordante à transmettre sa passion du monde des affaires et de l'économie. «Le fil de Diane» vous aidera à trouver votre chemin à travers la masse d'informations économiques disponibles sur Internet.

Diane Bérard

Blogues similaires

Biomasse forestière, nanocellulose cristalline et rouge à lèvres

Édition du 16 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. Une petite révolution dans le monde des cosmétiques se prépare, avec des recherches conduites au Québec ...

Québecor : ce à quoi pourrait ressembler la suite

Édition du 02 Juin 2018 | François Pouliot

CHRONIQUE. Les activités médiatiques ne sont plus vraiment pertinentes dans la discussion, ni le retour des Nordiques.

Quel est VOTRE meilleur truc pour être efficace et heureux au travail?

18/06/2018 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Confiez-le moi, et celui-ci figurera peut-être bien dans un grand article du journal Les Affaires...