Bérard: mes prix orange et citron de 2012

Publié le 21/12/2012 à 15:40, mis à jour le 21/12/2012 à 15:42

Bérard: mes prix orange et citron de 2012

Publié le 21/12/2012 à 15:40, mis à jour le 21/12/2012 à 15:42

BLOGUE. Plus que quelques heures avant mes vacances de Noël. Je termine mon année « professionnelle » en vous offrant ma liste des prix orange et citron du monde des affaires. Elle est incomplète, bien sûr. Je ne pouvais pas tout mettre. J’ai fait des choix. Il me fera plaisir de lire les vôtres.


J’en profite pour vous souhaiter de Joyeuses Fêtes et vous remercier de votre fidélité. Je suis privilégiée : je fais un emploi que j’aime dans une entreprise dont je partage les valeurs d’éthique et d’intégrité. C’est précieux. Mais, rien de tout cela ne pourrait exister sans vous, nos lecteurs. C’est pour vous que j’écris, je ne l’oublie jamais. Parfois je vous irrite, parfois vous partagez mes points de vue. Cela fait partie des règles du jeu. Puissions-nous nous retrouver en 2013 pour continuer d’échanger.


Mes cinq prix citron 2012


1-La gestion du dossier de la hausse des droits de scolarité. Le gouvernement Charest a manqué de vision et de sensibilité. Il a présenté le dossier de façon cavalière, ne jugeant pas bon d’expliquer adéquatement le pourquoi de cette hausse. Et quand il a daigné le faire, il était beaucoup trop tard, le diable était aux vaches. De plus, le gouvernement Charest a fait preuve d’amateurisme en sous-estimant son vis-à-vis, les étudiants, Le gouvernement Marois n’a guère fait mieux en réclamant des coupes dans les budgets des établissements d’enseignement avant même de tenir les états généraux sur l’éducation et d'en connaître les conclusions. La charrue devant les boeufs...


2-Toute mesure rétroactive : qu’il s’agisse des impôts ou des taxes sur les bouteilles de vin. On ne cesse de vanter auprès des particuliers et des entreprises l’importance de planifier sa gestion financière. Que c’est le manque de planification qui dérègle tout.


3-Le détaillant Anthropologie et tous les détaillants étrangers (Victoria's Secret, Urban Outfitters... ) qui s’installent au Québec mais refusent de franciser leur site. Vous pouvez lire ici l’article de ma collègue Marie-Ève Fournier qui relate la controverse suscitée par l’incident Anthropologie. D’autres détaillants américains, comme Ethan Allen et William Sonoma, se sont montrés beaucoup plus respectueux de la réalité linguistique et des lois québécoises. C’est possible.

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueuse au journal Les Affaires et a dirigé le magazine Commerce pendant sept ans. Elle est régulièrement invitée à commenter l'actualité économique dans les médias. Auteure de trois livres (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi et J'ai perdu ma montre au fond du lac), elle emploie son énergie débordante à transmettre sa passion du monde des affaires et de l'économie. «Le fil de Diane» vous aidera à trouver votre chemin à travers la masse d'informations économiques disponibles sur Internet.

Diane Bérard

Sur le même sujet

Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

L'occasion est belle pour Apple de se comporter à nouveau comme Wayne Gretzky

01/09/2014 | René Vézina

Pour illustrer le sens de l'innovation chez Apple, Steve Jobs aimait citer Wayne Gretzky. Celui qui est encore ...

La Bourse est-elle réellement surévaluée?

Édition du 30 Août 2014 | François Pouliot

BLOGUE. Est-ce le moment de réduire son exposition au marché boursier ou de l'augmenter ?Lors de la publication des ...

Pas envie de bosser? J'ai un truc génial pour vous!

BLOGUE. Vous avez une tonne de choses à faire au travail. Et pas le coeur de vous y mettre. Pas de panique!