Bérard: les 4 raisons du départ du pdg de Rio Tinto

Publié le 17/01/2013 à 11:15, mis à jour le 17/01/2013 à 11:20

Bérard: les 4 raisons du départ du pdg de Rio Tinto

Publié le 17/01/2013 à 11:15, mis à jour le 17/01/2013 à 11:20

BLOGUE. On apprend aujourd’hui la départ de Tom Albanese, le pdg de Rio Tinto. Il écope pour une dépréciation de 3G$ des mines de charbon de Rio Tinto au Mozambique. Depuis l’acquisition d’Alcan par Rio Tinto par Alcan, la dépréciation totale des actifs atteindrait 20 G$.


Tom Albanese est loin d’être le seul pdg d’une société minière au « chômage ». Ils tombent tous les uns après les autres. En octobre dernier, Cynthia Carroll, pdg de la minière britannique Anglo American – le plus grand producteur de platine au monde- cédait sa place. BHP Biliton a très clairement annoncé qu’elle cherche un successeur à Marius Kloppers. Il en a pour moins d’un an, dit-on. Mick Davis, l’ex pdg de Xstrata cherche aussi du boulot.


Pourquoi les pdg du secteurs miniers quittent-ils les uns après les autres?


Je me suis entretenue cette semaine avec l’économiste zambienne Dambisa Moyo qui a étudié le secteur des ressources naturelles en profondeur. Elle est l’auteure du livre « Winner takes it all : China’s race for resources and what it means for the world ». Vous pourrez lire l’entrevue dans une prochaine édition de ma chronique dans Les Affaires. En attendant, voici quatre facteurs annonçant une fin de cycle dans ce secteur et qui expliquent la relève de la garde à laquelle nous assistons:


1-La Chine, principal consommateur de ressources naturelles depuis une décennie passe d’une économie de sous-traitance à une économie de consommation. Ses besoins évoluent, sa demande en ressources aussi.


2-Il faut se rendre de plus en plus loin, dans des zones de plus en plus instables, pour combler nos besoins en ressources naturelles. Ce qui augmente les coûts financiers mais aussi les risques. Cela exige un autre type de gestion et un autre type de gestionnaire. D’où une relève de la garde. La question : existe-t-il suffisamment de gestionnaires à l’aise et expérimentés avec la gestion en zones « fragiles » ? Et, par extension, des administrateurs capables de composer avec des enjeux d’une telle complexité ?

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueuse au journal Les Affaires et a dirigé le magazine Commerce pendant sept ans. Elle est régulièrement invitée à commenter l'actualité économique dans les médias. Auteure de trois livres (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi et J'ai perdu ma montre au fond du lac), elle emploie son énergie débordante à transmettre sa passion du monde des affaires et de l'économie. «Le fil de Diane» vous aidera à trouver votre chemin à travers la masse d'informations économiques disponibles sur Internet.

Diane Bérard

Sur le même sujet

Bérard - Une pétition pour légaliser le 8e groupe hôtelier au monde, airbnb

Mis à jour le 14/11/2013

BLOGUE. Connaissez-vous le site de location de maisons/appartements airbnb ? Lancé en 2008 à San ...

Bérard - Les 10 détaillants québécois perçus comme les plus responsables

Mis à jour le 13/11/2013

BLOGUE. Plus de 4 Québécois sur 10 seraient prêts à boycotter un détaillant qui ...

Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

Feu Vincent Lemieux, pilier de la science politique au Québec

25/07/2014 | René Vézina

Sa mort est passée presqu'incognito dans les médias québécois. Seuls Le Devoir et Le Soleil ...

À surveiller: Bombardier, Bombardier et Bombardier

24/07/2014 | François Pouliot

Que faire avec le titre de Bombardier à la suite de l’annonce de sa réorganisation? Voici quelques ...

Voir dans le futur? C'est tout à fait à votre portée!

BLOGUE. Qu'est-ce qui vous attend demain? Une belle surprise? Une mauvaise nouvelle? Il y a moyen de le savoir.