B Corp, ce questionnaire peut réveiller votre entreprise

Publié le 14/11/2017 à 11:55

B Corp, ce questionnaire peut réveiller votre entreprise

Publié le 14/11/2017 à 11:55

«Je veux la certification B Corp parce que j’ai envie de nous offrir un projet plus grand que l’entreprise.» Dominic Tremblay, président et cofondateur de l’agence Tux, spécialisée en publicité et marketing


Plus de 2000 (2334) entreprises sont certifiées B Corp. On les trouve dans 50 pays et 130 secteurs d’activités.


Au Québec, on en compte plus d’une douzaine. Des organisations aussi différentes que le Groupe Optel (un regroupement d’entreprises de Québec dans le secteur de la haute technologie et du pharmaceutique) et Baleco (un fabricant de produits nettoyants écoresponsables de Montréal).


Cette certification confirme qu’une entreprise pratique un jeu d’équilibriste. Elle s’engage à conjuguer à la fois impact financier, social et environnemental positif.


C’est une certification exigeante. C’est ce qui lui confère une certaine valeur. Pour devenir B Corp, il faut répondre à 200 questions et obtenir au moins 80 points. La certification est accordée pour deux ans. Pour la conserver, il faut chaque fois augmenter son pointage.


Le contenu du questionnaire est revu tous les trois ans, « Nous intégrons les derniers développements législatifs et technologiques, explique Kasha Huk, associée senior au B Lab. Nous nous assurons que les entreprises certifiées intègrent les meilleures pratiques et qu’elles se tiennent à jour.» Kasha était de passage à Montréal la semaine dernière pour donner un atelier aux entreprises en processus de certification.


Pendant cet atelier, j’ai échangé, entre autres, avec Dominic Tremblay, qui se trouve à mi-chemin de sa démarche de certification. Voici ce qu’il m’a appris.


Ce qui arrive lorsqu’une entreprise soumet sa candidature B Corp


Juin 2017, Dominic Tremblay remplit le questionnaire disponible sur le site B Corp et il l’envoie.


Juillet 2017, il reçoit un appel d’un analyste de B Lab (l’OBNL américain qui accorde la certification B Corp). La note de passage est 80. B Lab appelle généralement les postulants à partir de 70 points. On tente de voir comment les entreprises peuvent mériter les 10 points manquants.


Cet appel, qui dure entre 60 et 90 minutes, peut toutefois faire perdre des points. C’est ce qui est arrivé à Dominic. «Il me manque 15 points pour décrocher la certification.» L’heure est grave, mais pas désespérée. «Je sais exactement ce que je dois améliorer ainsi que les points que chaque changement me rapportera.»


À quoi ressemble le questionnaire


Le questionnaire comporte cinq sections :


1-gouvernance


2--employés\force de travail


3-communauté


4-environnement


5-impact des modèles d'affaires


Il s’agit à la fois d’un questionnaire personnalisé et standardisé. Personnalisé, car il s’ajuste au fur et à mesure de vos réponses pour refléter la réalité de l’entreprise. Il existe donc 78 versions. Toutefois, il a fallu le standardiser pour toutes les régions du globe.


Les questions liées au salaire et avantages sociaux


Certaines entreprises se trouvent avantagées pour des raisons qui n’ont rien à voir avec elles et vice versa. Je vous donne trois exemples: les programmes sociaux, le salaire et l’énergie.


Les Québécois bénéficient d’un filet social bien plus important que les Américains. Du coup, toute entreprise québécoise obtient des points pour les questions liées à ce sujet. Et toute entreprise américaine n’en a pas.


Par contre, à la question, «Comment le salaire le plus bas que vous offrez, se compare-t-il au salaire décent (living wage) de votre ville?» Dominic Tremblay ne peut répondre à cette question, car il n’a trouvé aucune statistique montréalaise. «Plusieurs villes américaines en ont, mais pas Montréal.» Il a soumis ce problème à B Lab et attend une réponse.


La question énergétique


Le Québec est une terre d’hydro-électricité. On aurait crû que cela accorderait d’office des points aux entreprises d’ici. Eh bien, non! «B Lab ne considère par l’électricité comme une énergie propre, à cause de la construction des barrages, dit Dominic. Il faut que j’oublie ces points-là!»


Des exemples de questions de la section «employés/force de travail"


-Quelle proportion de non-cadres a accès à un boni?


-Votre entreprise s’allie-t-elle à des maisons d’enseignement pour accueillir des stagiaires?


-Quelle proportion de vos employés sont engagés/satisfaits? Il faut fournir le questionnaire utilisé et les résultats.


-Votre taux de roulement est-il public?


-Avez-vous une politique formelle de travail flexible? Ceci inclut le temps partiel, le télétravail et le temps flexible.


-Faites-vous un effort pour reprendre vos employés au retour de leur congé sabbatique?


-Quelle proportion de vos employés provient de votre communauté directe?


-Vos employés peuvent-ils pratiquer le bénévolat pendant les heures de travail?



Des exemples de questions de la section «gouvernance»


-Recevez-vous de la rétroaction de la part des parties prenantes locales?


-Vos parties prenantes siègent-elles à votre CA?


-Partagez-vous l’information financière avec vos employés?


- Avez-vous une politique écrite pour les lanceurs d’alerte (whislteblowers)? « J’en ai rédigé une. Ça m’a fait gagner 0,7 point !»


Dominic Tremblay a aussi formalisé sa politique d’achat local. Ce qui lui a permis de gagner trois points. Et il a revu les statuts constitutifs de Tux pour inclure que l’entreprise considérera l’ensemble des parties prenantes lors de toutes ses décisions. Il a gagné cinq points. «Ça m’a coûté des frais d’avocat, mais pour cinq points, ça valait la peine!»


Comment l’agence Tux compte récupérer les 15 points manquants pour décrocher sa certification B Corp


«Je vais faire travailler nos employés! Ils étaient tous super enthousiastes lorsque je leur ai dit qu’on visait cette certification. Je vais les prendre au mot et les mettre à contribution!»


De la mi-novembre à la fin décembre, Tux tiendra cinq sessions de travail, une par section du questionnaire, durant le lunch. Le lunch sera payé», souligne Dominic en riant. La participation sera volontaire. «Nous allons passer au crible chacune des questions où nous n’avons pas obtenu de points en tenant compte des conseils de B Lab. J’aimerais qu’on décroche notre certification d’ici 3 à 6 mois.»


Le mot de la fin


J’ignore où vous en êtes dans votre réflexion quant aux impacts extra financiers de votre entreprise. Peut-être que vous vous en souciez, peut-être pas encore, peut-être pas du tout.


Mais vous vous souciez certainement de votre performance financière. Dans ce cas, je vous recommande de vous brancher au site B Lab et tenter de répondre au questionnaire. Même si vous ne visez pas la certification.


Que vous abordiez votre impact social et environnemental du point de vue financier/gestion de risque ou que vous vous en souciez pour des raisons humanistes, j’en arrive parfois à m’en soucier peu.


Ce qui compte c’est qu’on est en 2017, bientôt  en 2018, et que ce questionnaire est plein de bon sens d’affaires. Tout simplement.


 


 


 


 


 


 

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueuse au journal Les Affaires et a dirigé le magazine Commerce pendant sept ans. Elle est régulièrement invitée à commenter l'actualité économique dans les médias. Auteure de trois livres (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi et J'ai perdu ma montre au fond du lac), elle emploie son énergie débordante à transmettre sa passion du monde des affaires et de l'économie. «Le fil de Diane» vous aidera à trouver votre chemin à travers la masse d'informations économiques disponibles sur Internet.

Diane Bérard

Blogues similaires

Comment soutenir la vraie croissance entrepreneuriale

Édition du 11 Novembre 2017 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est une des remarques les plus éclairantes qu'il m'ait été donné d'entendre depuis un bon moment sur ...

Cineplex : le Big Picture d'une dégelée

Édition du 11 Novembre 2017 | François Pouliot

CHRONIQUE. Avez-vous entendu parler du dernier thriller ? Non ? Pourtant, le scénario fait parler de lui sur Wall

Comment devenir un boss cool?

Mis à jour le 15/11/2017 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Rien de plus simple, au fond, si l'on en croit le nouveau livre de l'ex-Dragon François Lambert...