Adopte inc: cet adopté lancera l'Airbnb des soins accessibles

Publié le 24/01/2018 à 17:25

Adopte inc: cet adopté lancera l'Airbnb des soins accessibles

Publié le 24/01/2018 à 17:25

Jean-Félix Perreault, ostéopathe et entrepreneur social est un des 25 nouveaux adoptés Adopt inc.

Le 30 août 2016, j’ai publié un billet sur un jeune ostéopathe de Rouyn-Noranda Jean-Félix Perreault, dont le modèle d’affaires repose sur l’économie du don.


Le modèle d'affaires particulier de la clinique Sera


Chaque client de sa clinique, la clinique Sera, choisit le montant qu’il défraie pour ses traitements dans une fourchette qui varie entre 65$ et 100$, pour l’ostéopathie, par exemple (Sera offre aussi d’autres services de professionnels de la santé).


Le client qui choisit de débourser plus de 65$ sait que l’argent supplémentaire servira à financer des traitements gratuits à des gens référés par les organismes communautaires.


 Ce matin, Jean-Félix est monté sur la scène d’Expo Entrepreneurs, une méga rencontre sur l’entrepreneuriat qui se déroule aujourd’hui (24 janvier) et demain (25 janvier) à la Place Bonaventure. Jean-Félix fait partie des 25 entrepreneurs de la seconde cohorte Adopte inc. dévoilée ce matin.


Au cours de la prochaine année, comme «adopté», il bénéficiera de trois services :


1- Un contact régulier à une communauté de mentors, des gens d’affaires expérimentés;


2- Des formations «utiles». «Pas question de donner des formations qui ne mènent à rien, comme « Entrée en bourse » alors que l’entrepreneur n’arrive pas à payer son loyer!», dit Nicolas Duvernois, co-fondateur du Mouvement Adopte inc. avec Anne Marcotte;


3- Des expériences immersives, comme la participation à des conférences.


Le projet spécial de Sera


La participation de Jean-Félix à la cohorte Adopte inc. tombe pile. Cet entrepreneur social a un grand projet. En mars 2018, il lancera une campagne de sociofinancement sur Ulule pour amasser 25000$.


L’argent servira à financer une plateforme qui affichera des professionnels québécois de la santé physique et mentale qui acceptent de moduler leur rémunération pour une proportion de leur clientèle afin de financer des clients moins fortunés.


 «La clinique Sera a servi de prototype pour valider notre modèle, explique l’entrepreneur. Il fallait vérifier si certains clients étaient prêts à payer davantage pour financer les traitements d’autres clients. Ça fonctionne.» Il poursuit, «Toutefois, je suis réaliste, ce ne sont pas tous les professionnels de la santé qui vont accepter de moduler l’ensemble de leur rémunération en recevant parfois 65$ pour un traitement dont le prix moyen est 85$. Mais cela ne les empêche pas de vouloir contribuer à rendre les services de santé plus accessibles à tous. C’est ce que notre plateforme permettra. Les thérapeutes nous indiqueront combien de clients «modulaires» ils souhaitent accepter et nous leur enverrons. La plateforme Sera gérera l’offre et la demande»


Qu’attend Jean-Félix Perreault de sa participation à Adopte inc.?


«Je me suis inscrit à ce concours sans attente particulière. Mais depuis que je sais que j’ai été sélectionné, j’entrevois trois bénéfices précis. J’ai besoin d’apprendre à faire du marketing pour qu’on comprenne mon modèle. Je dois aussi me préparer à gérer la croissance, car notre plateforme nous fera passer à un autre niveau. Et puis, je me sens un peu seul, j’en suis à l’étape où j’ai besoin d’échanger avec d’autres entrepreneurs. »


Que compte-t-il apporter à sa cohorte Adopte inc.?


«Mon modèle repose sur l’altruisme et le concept de juste prix. J’ai un bon feeling pour l’avenir de la société. Je crois qu’il est possible d’aller vers un monde plus juste et équitable. J’aimerais influencer les entrepreneurs et les mentors pour qu’ils entrevoient le même avenir que moi. J’aimerais leur montrer que c’est possible d’être engagé envers la communauté, d’agir de façon responsable, de faire des profits et d’en redistribuer une partie. »


Des gens et des entreprises qui l’inspirent


Le clown humanitaire Guillaume Vermette


L’entreprise NousRire, un groupe d’achats d’aliments biologiques et écoresponsables en vrac


Solutionera, formations en design de bâtiments écologiques


«J’apprécie les gens qui se montrent cohérents à l’extérieur et à l’intérieur.»


L’intelligence artificielle au profit de la mission de Sera


«La technologie est essentielle à notre mission. Elle nous permet de connecter les gens et de réduire les coûts. Je surveille, entre autres, les percées en intelligence artificielle. Peut-être que dans un futur par si lointain l’IA nous permettra de jumeler des thérapeutes et des clients qui ont des atomes crochus. Ou de proposer à chaque client une tarification juste en fonction de sa situation financière. »


 Un message à tous les organismes communautaires du Québec


«Nous pensions éprouver des difficultés à convaincre les clients de payer davantage pour financer des traitements gratuits. Pas du tout! En deux ans, nous avons amassé 15 000$ entre nos deux cliniques (il existe désormais une clinique Sera à St-Adèle). Mais avec cet argent, nous n’avons offert que 130 traitements gratuits. Il faut développer chez les organismes communautaires le réflexe de nous référer des patients. Je vais travailler ça avec Adopte inc.»


 

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueuse au journal Les Affaires et a dirigé le magazine Commerce pendant sept ans. Elle est régulièrement invitée à commenter l'actualité économique dans les médias. Auteure de trois livres (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi et J'ai perdu ma montre au fond du lac), elle emploie son énergie débordante à transmettre sa passion du monde des affaires et de l'économie. «Le fil de Diane» vous aidera à trouver votre chemin à travers la masse d'informations économiques disponibles sur Internet.

Diane Bérard

Blogues similaires

Regain de vie chez les PME manufacturières québécoises

Édition du 19 Mai 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. La vie n'est pas toujours facile dans le secteur manufacturier, et par le passé, bien des PME québécoises ...

Netflix : 650 $ US ou 125 $ US ?

Édition du 12 Mai 2018 | François Pouliot

CHRONIQUE. Combien vaudra Netflix (NFLX, 313,36 $ US) dans 12 à 18 mois : 650 $ US ou 125 $ US ? La question nous est...

Leaders, souffrez-vous (sans le savoir) du complexe de Napoléon?

15/05/2018 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Napoléon Bonaparte se voyait petit, mais costaud. Et vous? Gare, si tel est le cas!