Lunettes chics et funérailles poches

Publié le 19/05/2017 à 08:00

Lunettes chics et funérailles poches

Publié le 19/05/2017 à 08:00

Ce n'est pas le collègue, malgré la ressemblance. (Photo: 123rf.com)

Le collègue est un peu timide, alors je ne le nommerai pas. Pour vous le situer un peu tout de même, il n’aime pas étrenner de nouveaux vêtements, il préfère le confort et la discrétion d’un polo qui fréquente la machine à laver depuis longtemps. Si ce n’était de sa façon assez particulière de porter son casque anti-bruit, avec l’arceau dans le front, je vous dirais qu’il préfère passer inaperçu.


Il nous a étonnés un matin en arrivant au bureau avec de nouvelles lunettes sur le nez, on croyait jusqu’à ce moment qu’il allait mourir avec sa vielle paire en broche. Qu’il ait consenti à porter une monture mode Tom Ford des plus apparentes était déjà surprenant. Qu’il ait acquis son bout de plastique dans une de ces boutiques branchées de la rue Sainte-Catherine l’était encore plus. Bref, le collègue s’est fait détrousser de 395$, avant taxes et sans les verres.


Pour vous dire comment ce n’était pas son genre, il a songé camoufler le «T» doré caractéristique de la marque incrusté sur les tenons.


On a fini par s’y faire, mais récemment, lorsque le pont de sa monture a cassé, j’ai cru retrouver le collègue d’avant. Ses lunettes tenaient en un morceau grâce à un ruban adhésif vert, bien en évidence entre ses yeux. La nouvelle configuration, me semblait-il, s’agençait mieux avec sa façon de porter ses coquilles anti-bruit et son côté pince-sans-rire. Elle venait rehausser les traits du personnage.


Évidemment, sa monture a cassé quelques mois après la fin de la garantie. Pour recycler les verres qui lui avaient coûté la bagatelle de 800 dollars, le collègue a donc demandé qu’on lui commande une monture identique. Sous prétexte qu’il s’agissait d’un ancien modèle, on lui a répondu que l’inventaire était partout tari. On l’a plutôt invité à voir la nouvelle collection. Il est retourné chez lui, résolu à renouer avec ses lunettes de broche.


Mais il a eu ce flash: entrer tout bonnement le numéro de série de la monture cassée dans Google. En moins de cinq minutes, il en avait commandé une neuve en tous points semblable à l’ancienne. Coût: 230 $, taxes et livraison incluses, en provenance de Hong Kong.


Au moment d’écrire ces lignes, il revient de la boutique branchée pour y faire poser les verres. Les employés du commerce se sont exécutés, mais vous savez quoi? Non sans tenter de le faire sentir un peu cheap!


Demandez-moi si je vais pleurer derrière mes lunettes quand cette boutique va fermer.


Suivez-moi sur Twitter / Pour lire mes autres billets


***


Un communiqué de presse comme on les aime


Vous ne vous doutez pas du nombre de courriels inutiles qui emplissent chaque jour la boîte de réception d’un journaliste. Le plus ennuyeux, ce n’est pas tant la quantité que la pertinence.


Il arrive tout de même que nous tombions par hasard sur une perle, comme ce communiqué de la Coopérative funéraire du Grand Montréal qui nous annonce un nouveau service. Et ça s’appelle, tenez-vous bien: Funérailles Flex.


Funérailles Flex… On aurait voulu banaliser la chose, on n’aurait pas trouvé mieux.


J’avais l’intention de faire cette chronique par un copier-coller du communiqué en question, mais quand j’ai fait part de mon projet à mon boss, il m’a rétorqué que c’était une bien belle idée, mais un brin paresseuse. Il fait beau, Tant pis!


FUNÉRAILLES FLEX : FUNÉRAILLES SUR MESURE À L’ENDROIT DE VOTRE CHOIX


Une initiative de la Coopérative funéraire du Grand Montréal


Montréal, le 11 mai 2017 –La Coopérative funéraire du Grand Montréal propose aujourd’hui une nouvelle avenue possible pour célébrer des obsèques : Funérailles Flex, des funérailles sur mesure à l’endroit de votre choix. En offrant de nouveaux points de services diversifiés pour se rapprocher davantage des gens, il est dorénavant possible d’organiser des funérailles à des endroits qui ne sont pas nécessairement des lieux prévus à cet effet. L’idée c’est d’être près des gens tout en rejoignant une clientèle dans un endroit neutre et original, pour qu’une cérémonie puisse être personnalisée tout en répondant aux besoins des familles d’aujourd’hui.


 La Coopérative funéraire du Grand Montréal propose donc plusieurs emplacements au centre de l’île de Montréal. Déjà que la Coopérative compte à son actif une succursale dans l’arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve et des adresses en périphérie de l’île, sur la Rive-Sud et à Laval, elle ajoute des localisations encore plus accessibles. Puis, parmi une large sélection, la Coopérative fournit le décor, les accessoires et tout le matériel nécessaire pour créer un bel hommage, un souvenir mémorable et touchant qui répond aux besoins des gens. Les Funérailles Flex permettent de créer un événement funéraire différent, à l’image du défunt, selon les besoins et les budgets. C’est rendre hommage à un défunt dans un lieu qui lui ressemble. Funérailles Flex est un service de personnalisation clé-en-main. Déjà qu’il est possible de personnaliser les arrangements funéraires dans les salons prévus à cet effet, l’idée est de fournir aux endeuillés une cérémonie sur mesure avec par exemple, un célébrant, des écrans pour diffuser un visuel commémoratif où tout est en place, orchestré avec expertise par la Coopérative funéraire. Le tout, dans un univers créé pour l’occasion. La demande croissante de revoir les rites des funérailles traditionnelles est en hausse et cette nouvelle formule répond à ce besoin. Funérailles Flex, c’est également tous les avantages de la coopérative funéraire (respect du budget, accompagnement personnalisé, services de qualité à un prix juste, soutien des fournisseurs funéraires locaux et valeurs coopératives), la flexibilité et la proximité en plus !


On a hâte de mourir! 


Suivez-moi sur Twitter / Pour lire mes autres billets




À propos de ce blogue

Les finances personnelles, ça consiste à gérer son argent au jour le jour en fonction d’objectifs plus ou moins éloignés. En regardant du bon angle, on constate qu’il s’agit d’un instrument pour réaliser ses ambitions et ses rêves. C’est avec humanité et une pointe d’humour que Daniel Germain compte aborder les finances personnelles dans ce blogue, dont l’objectif est de vous informer et de vous faire réagir. Daniel Germain assume la direction du magazine de finances personnelles Les Affaires Plus depuis 2002 et a développé de vastes connaissances sur le sujet.

Daniel Germain

Sur le même sujet

Combien ça coûte être un pro du cocktail lors de vos barbecues

Édition de Mai 2017 | Claudine Hébert

Réaliser des prouesses en mixologie sur votre terrasse, ça coûte combien?

Faire l'épicerie autrement

Édition de Mai 2017 | Martine Roux

Walmart, Costco et bientôt Amazon modifient la façon dont vous faites l'épicerie. Portrait d'une ...