L’entreprise familiale et la génération montante : favoriser un «match» parfait!

Publié le 13/11/2016 à 09:37

L’entreprise familiale et la génération montante : favoriser un «match» parfait!

Publié le 13/11/2016 à 09:37

Dans mon premier texte, j’ai abordé le fait de prendre sa place dans l’entreprise familiale. Ce sujet me touche particulièrement vu que je suis moi-même membre de la génération montante d’une entreprise familiale et que je côtoie tous les jours des gens de ma génération qui font face à cette même réalité. Mais avant de vouloir faire ma place dans l’entreprise familiale, il a fallu que je m’y fasse introduire et c’est justement l’objet de cet article. Comment, en tant qu’entrepreneur, puis-je sensibiliser et attirer la génération montante dans l’entreprise familiale afin d’en assurer la continuité?


Dans la dernière année, j’ai eu l’occasion d’aller à la rencontre de nombreuses entreprises familiales. Mon objectif était de rencontrer celles qui avaient vécu un ou plusieurs transferts générationnels, pour ainsi mieux comprendre les facteurs qui assurent la continuité de ces fleurons familiaux. Rapidement, lors de ces rencontres, un élément est devenu flagrant : ces entreprises avaient réussi à mobiliser la nouvelle génération autour de l’entreprise familiale et de faire de cette dernière un projet commun. Ainsi, sans être une recette magique, voici quelques pistes de réflexion basées sur ces rencontres, pour vous aider à attirer la prochaine génération dans vos entreprises.


1) L’entreprise en relation intime avec la famille


En écrivant ce premier point, j’ai tout de suite vu la lame à double tranchant. En effet, certains pourraient dire que mettre l’entreprise au cœur de la vie familiale est un plan pour miner l’environnement familial et donc ne serait en rien une action positive. Toutefois, mes rencontres m’ont démontré le contraire. Bien qu’il existait toujours certaines délimitations entre la vie familiale et la vie d’entreprise qui empêchaient de tout mettre dans le même panier, pour nombre de repreneurs rencontrés, l’entreprise familiale était comme l’autre enfant de la famille. Il en était toujours question et les discussions autour de la table tournaient souvent autour d’elle. Par conséquent, cela devait avoir quelque chose de positif. Eh bien oui ! Il est important de mettre l’entreprise en relation intime avec la famille, tout en gardant certaines frontières, et de faire en sorte que, même si les enfants ne travaillent pas encore dans la firme, ils en prennent rapidement conscience. C’est ainsi que l’on voit apparaître les balbutiements de la création du lien entre le jeune et l’entreprise.


2) L’entreprise comme premier emploi


Après avoir été sensibilisés à l’entreprise, les repreneurs ont rapidement été mis en contact de manière plus formelle avec cette dernière. En effet, tous les repreneurs rencontrés y ont travaillé pendant leurs études. Offrir un emploi à l’intérieur de l’entreprise familiale à la génération montante alors qu’elle est encore aux études semble être un trait commun aux familles entrepreneuriales. C’est pendant ces périodes de travail que la prochaine génération développe un attachement au produit et à l’industrie, un attachement qui est essentiel pour assurer la continuité de l’entreprise.


3) L’adéquation entre l’entreprise et les aspirations


Mais attention, il importe d’offrir différents postes à la génération montante afin que celle-ci soit en mesure de découvrir ce qui la passionne et d’aligner son plan de carrière avec ses réelles aspirations. Les entreprises familiales qui réussissent au fil du temps sont celles qui offrent à la nouvelle génération la possibilité de vivre différentes expériences et qui tentent, le plus possible, d’aligner les intérêts et ambitions de celle-ci avec les différentes activités qui composent l’entreprise. Une organisation a plusieurs facettes; saisissez donc cette occasion pour les faire découvrir à vos jeunes et ainsi susciter leur curiosité.


4) Laissons-leur le choix


Enfin, après avoir tout mis en place pour attirer la génération montante dans l’entreprise, il n’en demeure pas moins que la décision finale leur revient. En effet, les idées, la créativité et l’innovation ne peuvent être à leur optimum si un individu n’est pas entièrement commis. La libre décision de joindre ou non l’entreprise a donc un impact considérable sur le succès entrepreneurial à long terme de l’entreprise familiale.


Enfin, n’oubliez pas que le transfert intergénérationnel n’est pas une fin en soi. Ce n’est plus considéré comme l’unique façon d’assurer la continuité en entreprise familiale. En effet, nous voyons de plus en plus apparaître de nouveaux modèles de continuité…, mais n’en disons pas plus, car cela est un tout autre sujet pour une prochaine fois!


 

À propos de ce blogue

Aux missions de recherche théorique et appliquée des universités s’ajoute désormais une mission de création de valeur pour la société. Grâce à nos recherches, nos données sur l’entrepreneuriat, grâce aux histoires des entrepreneurs que nous accompagnons, de même qu’aux voyages que nous réalisons chaque année avec nos étudiants dans les endroits les plus réputés pour leur culture entrepreneuriale, nous offrirons, deux fois par mois, un regard critique sur ce qui se fait ici (et ailleurs) en termes d’entrepreneuriat, repreneuriat et gestion des familles en affaires. Dans cette chronique, nous partagerons au grand public notre point de vue sur l’actualité entrepreneuriale québécoise.

Sur le même sujet

Les brèves de la semaine

Édition du 11 Février 2017 | Les Affaires

La Fédération canadienne des entreprises indépendantes (FCEI) accorde une note de C- au service à la clientèle de ...

«La transition s'est effectuée en douceur pour ne pas brusquer nos quelque 50 employés»

Édition du 14 Janvier 2017 | Claudine Hébert

AUTO. Bien que la tendance actuelle soit au regroupement des concessions automobiles, les transferts d'entreprise ...

OPINION Une nouvelle académie pour entrepreneurs est lancée à Québec
07/12/2016 | Matthieu Charest
Passage du flambeau chez Brio Conseils
Édition du 19 Novembre 2016 | Jean-François Venne
Le modèle coopératif inspire la relève
Édition du 08 Octobre 2016 | Caroline Larocque-Allard