Les professionnels et l'incorporation

Publié le 30/04/2012 à 16:05

Les professionnels et l'incorporation

Publié le 30/04/2012 à 16:05

Par Catherine Morissette

Blogue – Comment les professionnels « à leur compte » peuvent s’organiser, juridiquement parlant?


Il y a 46 ordres professionnels au Québec et plusieurs de ces personnes exerçant ces différentes professions décident de s’ouvrir leur propre bureau. De un tel cas, quelles sont les options d’organisation juridiques qui s’offrent à elles?


Certaines peuvent profiter des avantages de l’incorporation, mais d’autres doivent se contenter d’être une « personne physique exploitant une entreprise » ou de créer une société en nom collectif.


Certains s’incorporent individuellement, ou bien avec d’autres membres de leur propre profession ou même, selon ce que leur règlement permet, en multidisciplinarité.


Cependant, au-delà des exigences imposées par les différentes lois qui concernent les entreprises, il y a également des exigences émanant des ordres professionnels eux-mêmes.


Je suis consciente que vous n’êtes pas nécessairement des professionnels, chers lecteurs et chères lectrices, mais nous sommes tous amenés à en fréquenter, pour différentes raisons.


J’ai donc pensé qu’il serait intéressant de faire un survol des ordres professionnels qui ont adopté des règlements permettant à leurs membres de s’incorporer s’ils le souhaitent et de vous les lister (avec les liens vers les règlements pertinents)! 



Il y a probablement plusieurs raisons qui expliquent pourquoi certains professionnels ne peuvent pas s’incorporer.


Il est possible dans certains cas que ce n’est même pas pertinent, compte tenu de l’origine de la rémunération. Par exemple, les hygiénistes dentaires travaillent nécessairement pour des dentistes, quoique je ne vois pas pourquoi ils ou elles ne pourraient pas s’associer avec ces dentistes.


Certains ordres professionnels sont certainement en démarche en ce moment pour permettre à leurs membres de joindre les rangs des « inc ». Si vous êtes membres de l’un de ces ordres qui n’est pas listé ci-haut, informez-vous auprès de votre ordre!


--


Le droit est partout et se mêle de tout. Il régule nos vies et nos entreprises. S’il est mal compris ou négligé, il peut même aller jusqu’à nous nuire. Cette chronique, tenue par Me Catherine Morissette, avocate en droit des affaires chez Lévesque Lavoie, avocats, démystifie les différents aspects juridiques et d’actualité qui touchent le monde des affaires, afin de vous les rendre accessibles.

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Entrepreneurs en démarrage: attention aux pièges

Édition du 23 Septembre 2017 | Anne Gagnaire

DOSSIER DROIT DES AFFAIRES - Il y a deux écoles en matière d’entrepreneuriat, notamment ...

Vers une grappe de legal tech à Montréal

Édition du 08 Octobre 2016 | Caroline Larocque-Allard

L'intérêt pour l'innovation dans le domaine judiciaire est passé de l'étape des adeptes de la première heure à ...

OPINION Législation environnementale : des pouvoirs renforcés
Édition du 08 Octobre 2016 | Caroline Larocque-Allard
Encadrer les fintechs sans tuer l'innovation
Édition du 08 Octobre 2016 | Caroline Larocque-Allard
Signaler les cyberattaques, une nouvelle obligation
Édition du 08 Octobre 2016 | Caroline Larocque-Allard

À la une

L'offre de MTY pour Mikes déçoit, mais une surenchère semble peu probable

MTY n'est pas Ă  l'abri d'une contre-offre, mais le cours d'Imvescor indique que peu y croient.

MTY-Imvescor: les points forts de la téléconférence

Le prix de 4,10$ pour Imvescor est un compromis entre un prix juste et celui que MTY Ă©tait prĂŞte Ă  payer.

Bourse: Toronto atteint un sommet

Mis à jour à 18:18 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Le maintien des prévisions de croissance de la Fed aura permis à l'once d'or de sortir de sa longue léthargie.