Assurez-vous que vos partenaires sont dignes de confiance

Publié le 05/01/2012 à 16:05, mis à jour le 06/01/2012 à 14:20

Assurez-vous que vos partenaires sont dignes de confiance

Publié le 05/01/2012 à 16:05, mis à jour le 06/01/2012 à 14:20

Par Catherine Morissette

« Mieux vaut prévenir que guérir » ; « Les paroles s’envolent mais les écrits restent » ; « L’inconscience en amour comme en affaires coûte très cher ». Je pourrais vous citer d’autres expressions du genre, qui reviennent toutes à la même morale : ne vous fiez pas uniquement à la bonne foi des gens.


Particulièrement lorsque vous entamez un projet d’affaires, ne prenez pas de risques, assurez-vous que vos partenaires sont dignes de confiance. Et la meilleure façon de s’en assurer est, premièrement, d’établir entre vous, futurs actionnaires, des engagements de confidentialité (souvent appelée NDA, non-disclosure agreement) et, deuxièmement, d’établir entre vous, actionnaires, des engagements de non-concurrence et de non-sollicitation, qui peuvent prendre place dans votre convention entre actionnaires.


En matière d’ententes de confidentialité, certaines personnes sont du style à indiquer dans les moindres détails ce qui sera l’objet des discussions. Pour ma part, je ne suis pas devin, donc je préfère les formulations plus larges, qui ne laissent aucun doute sur la nature des pourparlers, mais qui ne se restreignent pas non plus à des points précis.


Ce genre d’entente est aussi souvent utilisé lorsque vient le moment de rencontrer des partenaires financiers.


Protéger les intérêts de l’entreprise


Les clauses de non-concurrence entre actionnaires, quant à elles, ne se retrouvent ni dans la Loi sur les sociétés par actions du Québec (LSAQ) ni dans le Code civil du Québec (CcQ). Mais le CcQ, à son article 2089, prévoit les modalités de ces clauses qui peuvent apparaître dans les contrats de travail.


Le 2e paragraphe de cet article énumère des critères qui peuvent aussi servir de guide dans l’établissement des clauses de non-concurrence dans les conventions entre actionnaires. Une clause imprécise, trop large ou exagérée pourrait être annulée par le tribunal, car il faut garder à l’esprit que le but est de protéger les intérêts de l’entreprise, et non pas d’empêcher une personne de gagner sa vie.


Finalement, les clauses de non-sollicitation ont pour objectif d’empêcher un associé qui quitterait l’entreprise de la dépouiller en même temps de ses employés. Vous comprendrez que ces clauses ne peuvent pas faire en sorte d’empêcher un employé de quitter par lui-même pour aller voir ailleurs.


Idéalement, une bonne utilisation de tous ces engagements pourrait vous éviter bien des tracas et des frais. Il ne s’agit cependant pas d’une armure à toute épreuve.


Ne pensez pas que vous êtes dépourvus de tout recours si vous n’avez établi aucune de ces ententes, mais, au risque de me répéter : « L’inconscience en amour comme en affaires coûte très cher. »


Catherine Morissette est avocate chez Lévesque Lavoie.

À suivre dans cette section


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier


image

Usine 4.0 - 2018

Mercredi 14 mars

Sur le même sujet

Entrepreneurs en démarrage: attention aux pièges

Édition du 23 Septembre 2017 | Anne Gagnaire

DOSSIER DROIT DES AFFAIRES - Il y a deux écoles en matière d’entrepreneuriat, notamment ...

Vers une grappe de legal tech à Montréal

Édition du 08 Octobre 2016 | Caroline Larocque-Allard

L'intérêt pour l'innovation dans le domaine judiciaire est passé de l'étape des adeptes de la première heure à ...

OPINION Législation environnementale : des pouvoirs renforcés
Édition du 08 Octobre 2016 | Caroline Larocque-Allard
Encadrer les fintechs sans tuer l'innovation
Édition du 08 Octobre 2016 | Caroline Larocque-Allard
Signaler les cyberattaques, une nouvelle obligation
Édition du 08 Octobre 2016 | Caroline Larocque-Allard

À la une

Pourrez-vous survivre Ă  la nouvelle concurrence chinoise?

Mis à jour à 17:53 | François Normand

ANALYSE– La Chine vient de lancer une réforme majeure qui affectera plusieurs entreprises canadiennes et occidentales.

Bombardier goûte à la médecine qui a fait son propre succès

Mis à jour à 10:53 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. La vente récente du contrôle de la CSeries poursuit une tendance historique.

Vidéo: vers une récession en 2020?

GESTIONNAIRES EN ACTION– La prochaine récession pourrait survenir en 2020 au Canada, selon Fiera Capital.