Comment disposer des choses non désirées

Publié le 02/03/2018 à 09:00

Comment disposer des choses non désirées

Publié le 02/03/2018 à 09:00

Récemment, j’ai lu un article publié dans le New York Time qui m’a fait réfléchir sur les « problèmes » auxquels font face les parents vieillissants, particulièrement ceux qui ont eu l’habitude d’accumuler beaucoup de choses matérielles au courant de leur vie. L’article était intitulé Aging parents with lots of stuff, and children who don’t want it.


Avec le vieillissement de la population de baby-boomers, le volume d’objets de famille considérés comme indésirables est en croissance. Il s’agit aussi d’un sujet qui occasionne certainement un bon nombre de conversations délicates. Comment annoncer que l’on ne veut pas de tel ou tel article? Ou bien, quoi faire pour s’en débarrasser?


Il arrive souvent que les personnes vieillissantes souhaitent réduire la taille de leur maison. Lorsque c’est le cas, il n’y a souvent pas de place pour tous les meubles et biens accumulés au cours des années. Il est aussi fréquent que les enfants ne souhaitent pas prendre possession de ces meubles et biens divers. Durant la transition de la grande maison familiale vers un logement plus petit ou un centre d’hébergement pour personnes âgées, par exemple, il faut donc gérer le «problème» de disposition des meubles et biens personnels que personne ne veut.


L’article mentionne en effet que les enfants sont de moins en moins intéressés à garder ces choses appartenant à leurs parents, n’ayant eux-mêmes pas de place pour les recevoir. Il faut aussi mentionner que les styles changent à travers les générations! Mais comment dire à maman, sans la blesser ou l’offusquer, que tu ne veux pas de l’ancienne vaisselle en porcelaine qui appartenait à ton arrière-grand-mère?


Nous passons tous notre vie à accumuler toutes sortes de choses. Certains en accumulent plus que d’autres. Et ces choses, ce sont des livres, des albums photo, un chandail tricoté, des bibelots, des souvenirs de voyage, des meubles… Mais lors d’un décès ou lorsque quelqu’un déménage dans un endroit plus petit, ces choses acquièrent souvent une valeur spéciale. Elles deviennent imprégnées de l’histoire de celui ou celle qui les laisse derrière, ou de ses ancêtres.


La génération actuelle a la particularité d’être moins attachée émotionnellement aux biens matériels. Ceci s’explique entre autres par le fait que les gens sont de plus en plus attirés vers une vie sans encombrement. De plus, les millénaires actuels vivent souvent dans moins de pieds carrés que leurs parents et par conséquent, ils n’ont pas nécessairement de place pour la vaisselle de grand-maman. Il arrive aussi que ce soit une question de « style ». La chaise de grand-papa ne cadre tout simplement pas dans le décor moderne et épuré de fiston, par exemple. Par contre, il arrive aussi que certaines personnes cherchent ou arrivent à mettre en valeur des biens ou meubles d’autres générations.


Lorsque quelqu’un accepte un bien car il craint de blesser ou d’offusquer un parent, l’inévitable survient tôt ou tard : on finit par jeter, donner ou vendre.


L’article du New York Times partage quelques idées d’endroits où il est possible de se débarrasser de ces choses qualifiées d’« indésirables » :



  1. Les ventes à l’encan;

  2. Les petites annonces en ligne, comme Craigslist, Kijiji, Les Pacs;

  3. Dons à des organismes de bienfaisance;

  4. Ventes de déménagement;

  5. Entreposage, quoique cette solution semble temporaire, puisqu’elle ne fait que reporter de quelque temps l’inévitable!


Une chose est certaine, la conversation à avoir sera délicate si la personne qui possédait un bien n’est pas d’accord sur la façon d’en disposer. Le don à l’organisme de charité, par lequel le fameux bien bénéficierait à une personne ou famille dans le besoin serait sans doute une avenue douce à envisager. La porcelaine de grand-maman aurait certainement une autre vie utile.


 

À propos de ce blogue

Des études ont démontré qu’environ la moitié des Canadiens adultes ont un testament valide, ce qui est peu. Alors que certains aimeraient qu’à leur décès, leur conjoint ou leurs enfants héritent de tous leurs biens, d'autres préfèrent ne pas penser à ce genre de détail pour le moment. Peu importe votre situation, la rédaction d'un testament et l'établissement d'un plan visant la distribution de vos biens sont des étapes très importantes. En effet, clarifier le genre d’héritage que vous souhaitez léguer, ainsi que planifier les soins qui devront être prodigués si vous avez des personnes à votre charge, par exemple, représentent des gestes que vous pouvez poser et qui peuvent grandement bénéficier aux gens qui vous sont chers. Carmela vous amènera à réfléchir et analyser votre situation dans le but de vous aider à bien planifier vos affaires. Ce faisant, elle vous offrira un aperçu pratique des éléments dont vous devriez tenir compte ainsi que des questions personnelles que vous devriez aborder dans le cadre de la préparation de votre testament et de la planification de votre succession. L'objectif étant l’atteinte d’une tranquillité d'esprit une fois vos affaires financières en ordre.

Carmela Guerriero

Sur le même sujet

Le patrimoine numérique, comment y accéder

30/03/2018 | Carmela Guerriero

BLOGUE INVITÉ. En cas de décès décès, notre patrimoine numérique peut contenir des complications inattendues.

Personne ne choisit de devenir inapte

27/10/2017 | Carmela Guerriero

BLOGUE. L’inaptitude survient souvent sans avertir. Mieux vaut prévoir l’imprévisible en se protégeant avec un mandat.