Comment choisir le liquidateur de votre succession

Publié le 15/09/2017 à 10:00

Comment choisir le liquidateur de votre succession

Publié le 15/09/2017 à 10:00

Une copine ayant récemment finalisé son divorce a pris la décision de revoir son testament afin que ses volontés reflètent sa nouvelle situation de célibataire. Elle m’a demandé si j’acceptais d’être son liquidateur testamentaire. J’ai accepté cette tâche que je considère honorable et délicate.


Cette situation m’a fait réfléchir sur l’importance de cette étape qu’est la nomination d’un liquidateur lorsque l’on fait notre testament. Mon amie a fait preuve de minutie en prenant soin de me faire part de ses intentions de me nommer, ceci permet en effet d’éviter les surprises le moment venu.


Agir en tant que liquidateur pour cette copine serait évidemment une énorme responsabilité qui viendrait avec une charge émotive importante. Ce n’est pas simple de s’occuper des effets personnels et financiers pour la succession de quelqu’un, surtout lorsque c’est un être cher. Il faut s’assurer que le tout soit traité comme la personne l’aurait souhaité, tout cela en s’assurant que les bénéficiaires soient respectés.


Je me suis questionnée à savoir si les gens qui sont en train d’écrire ou de mettre à jour leur testament réfléchissaient à cet aspect : nommer la personne (ou les personnes) appropriée(s) pour administrer et gérer leur succession? Il ne s’agit pas de nommer n’importe qui!


Les tâches d’un liquidateur sont lourdes, et la responsabilité est grande, d’où l’importance de bien réfléchir à qui on veut nommer. En effet, votre liquidateur sera chargé de traiter des aspects juridiques et financiers, ainsi que de veiller à ce que les dispositions de votre testament soient menées à bien. En raison de cet engagement important, voici quelques points à considérer pour la nomination de votre liquidateur :



  • Il doit s’agir de quelqu’un en qui vous avez totalement confiance, comme un conjoint, un enfant adulte ou un ami proche. L’honnêteté et l’intégrité sont des qualités essentielles à posséder pour être un bon liquidateur. La personne choisie devra aussi savoir trancher équitablement auprès des bénéficiaires. Le liquidateur ne doit pas être facilement influencé par les bénéficiaires, et ne doit pas succomber aux talents de persuasion de ces derniers.



  • Si vous décidez de nommer deux liquidateurs ou plus, il est fortement recommandé qu’ils se connaissent, qu’ils s’entendent bien et qu’ils demeurent dans la même ville. Quel cauchemar lorsque les liquidateurs sont en chicane et que le règlement de la succession n’avance pas.



  • Considérez également l’âge de la personne que vous nommerez comme liquidateur. Si la personne est très jeune, elle pourrait manquer d’expérience, et à l’inverse, si elle est trop âgée, elle pourrait manquer d’énergie pour mener à terme la tâche ardue.



  • Essayez, si possible, de choisir quelqu’un qui demeure dans la même ville que vous : la multitude de tâches à accomplir exigera déjà bien des déplacements, l’option de quelqu’un qui demeure dans votre ville s’avère donc logique, plus efficace et moins dispendieuse. Évitez également de choisir une personne qui n’a pas la résidence canadienne. Les liquidateurs non-résidents peuvent engendrer des problèmes de fiscalité pour le règlement de votre succession.



  • La personne choisie doit aussi avoir le temps et l’intérêt. Si votre liquidateur s’y connaît en fiscalité, droit successoral et finances, il s’agira également d’un net avantage.


En raison de toutes ces considérations, plusieurs personnes, particulièrement celles qui ont des successions complexes, des familles recomposées ou des situations familiales délicates, choisissent un liquidateur professionnel, comme une société de fiducie, un comptable ou un notaire. C’est en effet souvent une décision judicieuse. 


Il va sans dire que votre liquidateur sera la personne clé pour assurer le bon déroulement de l’administration successorale. La nomination de cette personne est donc d’une étape très importante. Pour éviter des problèmes, demander la permission à la personne que vous avez en tête est une excellente idée. Je suis contente que ma copine ait décidé de m’aviser! Cela évitera les surprises, et je serai prête à honorer ses dernières volontés.


 


 

À propos de ce blogue

Des études ont démontré qu’environ la moitié des Canadiens adultes ont un testament valide, ce qui est peu. Alors que certains aimeraient qu’à leur décès, leur conjoint ou leurs enfants héritent de tous leurs biens, d'autres préfèrent ne pas penser à ce genre de détail pour le moment. Peu importe votre situation, la rédaction d'un testament et l'établissement d'un plan visant la distribution de vos biens sont des étapes très importantes. En effet, clarifier le genre d’héritage que vous souhaitez léguer, ainsi que planifier les soins qui devront être prodigués si vous avez des personnes à votre charge, par exemple, représentent des gestes que vous pouvez poser et qui peuvent grandement bénéficier aux gens qui vous sont chers. Carmela vous amènera à réfléchir et analyser votre situation dans le but de vous aider à bien planifier vos affaires. Ce faisant, elle vous offrira un aperçu pratique des éléments dont vous devriez tenir compte ainsi que des questions personnelles que vous devriez aborder dans le cadre de la préparation de votre testament et de la planification de votre succession. L'objectif étant l’atteinte d’une tranquillité d'esprit une fois vos affaires financières en ordre.

Carmela Guerriero

Sur le même sujet

Le cadeau empoisonné du patron

BLOGUE. Des avantages offerts par l’employeur sont parfois accompagnés d’une note fiscale salée. Faut-il les refuser?

Fini les excuses: voici trois façons de rédiger son testament

08/12/2017 | Carmela Guerriero

BLOGUE INVITÉ. Il y a toujours des excuses pour ne pas faire son testament, mais pas pour 58% des Québécois...