Transparence, divulgation et honnêteté

Publié le 06/12/2011 à 09:03, mis à jour le 06/12/2011 à 09:03

Transparence, divulgation et honnêteté

Publié le 06/12/2011 à 09:03, mis à jour le 06/12/2011 à 09:03

Par Bernard Motulsky

 


Lors de la grand messe annuelle qui réunit les journalistes de partout au Québec - le Congrès de la FPJQ http://bit.ly/tdlnY7 - un atelier a retenu mon attention : À quoi servent les politiques de communication gouvernementales? Lors de cet atelier on a publié un document intitulé Les politiques de communications

gouvernementales au Québec - Dans l'intérêt du public ou du gouvernement? qui soulève des questions pertinentes, mais que je vois d'une façon bien différentes des auteurs de l'étude.

En gros, on reproche aux communicateurs du gouvernement de ne pas favoriser l'échange d'informations entre les journalistes et les organismes publics, de vouloir contrôler le message, d'être lourds, lents et bureaucratiques, bref de ne pas être "transparent". Voilà, le grand mot est lancé.

Or, la transparence, si je ne me trompe pas, c'est de "voir au-travers". Aucune organisation, aucun individu ne peut être totalement et librement exposé publiquement, sous peine d'être entièrement paralysé. Imaginez si tout ce qui se discute en privé, toutes les hypothèses que l'on pose, toutes les stratégies que l'on imagine étaient accessibles par n'importe qui ! Imaginez également ce qui arriverait si tous ceux qui travaillent dans une organisation pouvaient librement exprimer publiquement ce qu'ils pensent de cette organisation, de leur patron, de leurs collègues, de leurs subordonnés. Il est sain et normal que ce soient seulement ceux qui sont dûment mandatés pour représenter une organisation qui s'expriment en leur nom.

Si on comprends le désir légitime que nous avons tous d'en savoir plus (et à ce titre les journalistes sont ceux que nous mandatons d'une certaine façon pour satisfaire cette soif), il faut également comprendre la nécessité pour les organismes de choisir qui va parler en leur nom et qui les représente.

On peut attendre de leur part, non pas de la transparence totale, mais la divulgation (révélation publique) de tous les faits pertinents et le respect de deux qualités essentielles : la bonne vieille honnêteté et la célérité dans la diffusion de l'information.

Lors de la grand messe annuelle qui réunit les journalistes de partout au Québec - le Congrès de la FPJQ - un atelier a retenu mon attention : À quoi servent les politiques de communication gouvernementales? Lors de cet atelier on a publié un document intitulé "Les politiques de communications gouvernementales au Québec - Dans l'intérêt du public ou du gouvernement ?" qui soulève des questions pertinentes, mais que je vois d'une façon bien différentes des auteurs de l'étude.


En gros, on reproche aux communicateurs du gouvernement de ne pas favoriser l'échange d'informations entre les journalistes et les organismes publics, de vouloir contrôler le message, d'être lourds, lents et bureaucratiques, bref de ne pas être "transparent". Voilà, le grand mot est lancé.


Or, la transparence, si je ne me trompe pas, c'est de "voir au-travers". Aucune organisation, aucun individu ne peut être totalement et librement exposé publiquement, sous peine d'être entièrement paralysé. Imaginez si tout ce qui se discute en privé, toutes les hypothèses que l'on pose, toutes les stratégies que l'on imagine étaient accessibles par n'importe qui ! Imaginez également ce qui arriverait si tous ceux qui travaillent dans une organisation pouvaient librement exprimer publiquement ce qu'ils pensent de cette organisation, de leur patron, de leurs collègues, de leurs subordonnés. Il est sain et normal que ce soient seulement ceux qui sont dûment mandatés pour représenter une organisation qui s'expriment en leur nom.


Si on comprends le désir légitime que nous avons tous d'en savoir plus (et à ce titre les journalistes sont ceux que nous mandatons d'une certaine façon pour satisfaire cette soif), il faut également comprendre la nécessité pour les organismes de choisir qui va parler en leur nom et qui les représente.


On peut attendre de leur part, non pas de la transparence totale, mais la divulgation (révélation publique) de tous les faits pertinents et le respect de deux qualités essentielles : la bonne vieille honnêteté et la célérité dans la diffusion de l'information.


 

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Protéger les données sensibles des clients à l'ère des communications mobiles

Édition du 16 Mai 2015 | Marie Lyan

La protection des données informatiques est devenue un défi important pour les cabinets d'avocats, à l'instar ...

Télécoms: un secteur qui ne tient qu'à un fil?

Édition du 16 Mai 2015 | François Pouliot

BLOGUE. Le secteur des sociétés de téléphonie et de câblodistribution est-il sur le point de subir une correction? ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Louer un VR pour ses vacances, c'est combien?

Mis à jour à 08:21 | Audrey Neveu

Louer un véhicule récréatif, plus cher que de séjourner à l'hôtel? Cela dépend du confort recherché.

Les REER après 60 ans : devraient-ils être encore une priorité?

Il y a 6 minutes | Morningstar

Rembourser sa dette ou cotiser à un CELI peut être plus bénéfique.

Bourse: les tops et les flops québécois de la semaine

22/05/2015 | Julien Abadie

Retrouvez les meilleures et les pires performances des titres québécois. Coup d'oeil sur New Look, Canam et Bombardier.