Mooney: Superbe année pour Bill Miller

Publié le 17/01/2013 à 09:34, mis à jour le 17/01/2013 à 11:56

Mooney: Superbe année pour Bill Miller

Publié le 17/01/2013 à 09:34, mis à jour le 17/01/2013 à 11:56

Bill Miller, gestionnaire du fonds Legg Mason Capital Management Value Trust [Photo : Bloomberg]

BLOGUE. Le Wall Street Journal vient de déclarer Bill Miller meilleur gestionnaire de 2012, consacrant le retour de cet investisseur après des années difficiles.


En 2012, le fonds Legg Mason Capital Management Opportunity Trust, géré par M. Miller, a réalisé un rendement de 40,7%, plus du double de celui de l’indice S&P 500. En 2011, ce fonds avait perdu plus de 30%.


Bill Miller est devenu célèbre pour avoir battu le S&P 500 pendant 15 années consécutives (de 1991 à 2005) comme gestionnaire du fonds Legg Mason Capital Management Value Trust qu’il ne gère plus depuis avril 2012. Après 2005, le Value Trust a moins bien fait que le S&P 500 cinq années sur six.


L’Opportunity Trust est un plus petit fonds que M. Miller gère depuis plusieurs années loin des projecteurs, un peu comme un hedge fund. L’an dernier, il a profité de la forte reprise des titres des fabricants de maisons et également des sociétés financières (au 31 décembre, il avait 38% de son capital dans ce secteur).


Bill Miller n’a pas peur de ramer à contre-courant, ce qui explique les mouvements erratiques de son fonds. Autant les fabricants de maisons ont bien fait l’an dernier autant ils ont nui à sa performance en 2011.


En 2012, parmi les constructeurs, Pulte a explosé de 188%, KB Home de 135% et Lennar de 97%.


Ses plus importantes participations


À propos de ce blogue

Chroniqueur au Journal Les Affaires, Bernard Mooney traite de la Bourse sous toutes ses facettes en s’adressant particulièrement aux investisseurs à long terme. Il est connu pour une vision misant sur le gros bon sens.

Bernard Mooney
Sujets liés

Bourse

Sur le même sujet

Bourse: Wall Street monte, aidée par la Fed

18/09/2014 | lesaffaires.com

Air Canada gagne plus de 1% après avoir annoncé qu'elle facturerait pour un premier bagage, comme sa rivale WestJet.

Alibaba, une raison de plus d'être prudent

18/09/2014 | Jean Gagnon

Les petits investisseurs qui s’y risqueront auront peut-être le sentiment d’être au casino pendant quelques heures.

Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

Sans-fil: Wind vient-elle de sortir Québecor?

16/09/2014 | François Pouliot

BLOGUE. L'arrivée de nouveaux actionnaires chez Wind semble sonner le glas de l'expansion sans-fil. Vraiment?

Des investissements de la Chine qui tournent au fiasco

BLOGUE. De nombreuses acquisitions réalisées par le géant asiatique ne génèrent pas les bénéfices prévus.

La baisse des ressources : pas un mauvais présage

Les cours des matières premières sont à leur plus bas en 5 ans. Mauvais signe pour l’économie mondiale?