Mooney: Les vrais fleurons n'ont pas besoin de protection

Publié le 26/11/2012 à 09:21, mis à jour le 26/11/2012 à 12:07

Mooney: Les vrais fleurons n'ont pas besoin de protection

Publié le 26/11/2012 à 09:21, mis à jour le 26/11/2012 à 12:07

Rona a été au coeur des débats entourant la propriété des entreprises québécoises au cours des derniers mois. Photo: Benjamin Nantel

BLOGUE. C’est une très mauvaise idée de vouloir protéger les sociétés québécoises contre les offres hostiles des sociétés étrangères. Très mauvaise idée!


En effet, le ministre des Finances Nicolas Marceau a indiqué vendredi (23 novembre) qu’il avait «l’intention de proposer des modifications à la Loi sur les sociétés par actions, laquelle régit des fleurons québécois comme Rona, Metro et Jean Coutu», tel que l’indiquait La Presse Canadienne.


Le ministre répondait en fait à une question de LesAffaires.com. Lisez le blogue de François Pouliot Protection des sièges sociaux: Marceau lance un gros débat


La PC continue son explication ainsi:


«Québec souhaite faire en sorte que lors du dépôt d'une offre d'achat hostile, le conseil d'administration d'une entreprise ait le droit de ne pas tenir compte seulement des intérêts des actionnaires, mais aussi de ceux des employés, des retraités, des fournisseurs et de la «communauté d'accueil».


Le gouvernement songe aussi à permettre aux administrateurs d'une société cotée en Bourse de ne pas transmettre aux actionnaires une offre d'achat hostile qu'ils jugent inadéquate.


L’intention du gouvernement Marois est probablement bonne. On ne veut pas que des sociétés étrangères se «sauvent» avec d’importantes entreprises d’ici, uniquement parce qu’elles ont les moyens et que nos titres sont déprimés. De plus, on veut conserver le plus possible de sièges sociaux ici, avec toutes les retombées positives que cela entraîne.


Mais encore une fois, l’enfer est pavé de bonnes intentions et ce qu’on prépare pour les investisseurs, petits et grands, mais surtout les petits, c’est l’enfer en trois dimensions.


Pauvres petits actionnaires


À propos de ce blogue

Chroniqueur au Journal Les Affaires, Bernard Mooney traite de la Bourse sous toutes ses facettes en s’adressant particulièrement aux investisseurs à long terme. Il est connu pour une vision misant sur le gros bon sens.

Bernard Mooney
Sujets liés

Bourse

Sur le même sujet

Trop d'argent dort dans les comptes des Canadiens

Il y a 20 minutes | Stéphane Rolland

Les investisseurs canadiens conservent deux fois plus de liquidités que les objectifs qu’ils se sont donnés.

Comment relancer les introductions en Bourse

Dans le numéro du 1er novembre, Les Affaires s’intéresse à la faiblesse des insscriptions en Bourse au Québec.

Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

Duel entre Mathusalem et la Grande Faucheuse

Édition du 01 Novembre 2014 | François Pouliot

BLOGUE. Investir dans les titres de salons funéraires et de cimetières est-il du «dead money»? En cette période ...

La valeur au livre est-elle importante?

La valeur au livre n'est pertinente que dans certains cas. Il faut savoir les reconnaître.

La courbe des taux est favorable aux actions

Lorsque les taux à long terme baissent plus vite que les taux à court terme, le S&P 500 s'apprécie 92 % du temps