Bernard Mooney : Le calme pétrolier

Publié le 11/11/2010 à 10:00, mis à jour le 11/11/2010 à 08:53

Bernard Mooney : Le calme pétrolier

Publié le 11/11/2010 à 10:00, mis à jour le 11/11/2010 à 08:53

Blogue. Les prédictions à long terme de l’International Energy Agency m’ont fait réfléchir au calme relatif des marchés pétroliers, au milieu de la tempête qui fait exploser les cours de bien des matières premières.


Ainsi, le prix du pétrole a gagné seulement 2,1% depuis le début de l’année à comparer avec à une hausse de 26,9% du prix de l’or, de 17,6% du cuivre, de 89% du prix du coton, etc.


Pourtant, ce qui est vrai pour l’or, et la plupart des matières premières l’est aussi pour le pétrole, n’est-ce pas? Est-ce que le pétrole profite de la croissance en Asie? Est-ce qu’il ne devrait pas s’apprécier lorsque le dollar américain se déprécie? Ce sont du moins deux raisons qu’on martèle à l’infini pour expliquer l’explosion des prix des ressources…


Rappelez-vous que le pétrole a atteint un sommet à plus de 145$US le baril en 2008 et qu’il est encore 40% sous ce sommet historique.


Mon explication n’est pas très sophistiquée : le prix de l’or (pour prendre cet exemple) monte parce qu’il a monté auparavant. Les investisseurs embarquent parce qu’ils ont vu un machin passer de 200$ à plus de 1000$ et ils salivent à l’idée de faire beaucoup d’argent vite. C’est tout.


Alors, que dans le cas du pétrole, plusieurs ont épousé la thèse du Peak Oil en vogue en 2007-08 et se sont fait prendre. Aujourd’hui, ils sont moins enthousiastes pour tout ce qui ressemble à du pétrole.


Bernard Mooney


 

À propos de ce blogue

Chroniqueur au Journal Les Affaires, Bernard Mooney traite de la Bourse sous toutes ses facettes en s’adressant particulièrement aux investisseurs à long terme. Il est connu pour une vision misant sur le gros bon sens.

Bernard Mooney

Sur le même sujet

Doit-on s'étonner que la Bourse résiste au conflit commercial?

BLOGUE. Le S&P 500 fait un pied de nez à la guerre des tarifs et franchit le cap de 2800 à sa troisième tentative.

Thomson Reuters rapetisse de moitié pour se mettre en valeur

Après dix ans de rattrapage en Bourse le fournisseur d'informations se recentre dans l'espoir de relever ses rendements.

OPINION Titres en action: Velan, Goeasy, Wells Fargo, AT&T...
Mis à jour le 13/07/2018 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: Wall Street en hausse malgré les résultats des banques
Mis à jour le 13/07/2018 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Goodfood atteint deux caps financiers

Blogues similaires

Québecor : ce à quoi pourrait ressembler la suite

Édition du 02 Juin 2018 | François Pouliot

CHRONIQUE. Les activités médiatiques ne sont plus vraiment pertinentes dans la discussion, ni le retour des Nordiques.

Est-ce un mauvais moment pour investir en Bourse?

BLOGUE INVITÉ. Devriez-vous vendre vos titres lorsque les experts prédisent une correction boursière?

Doit-on s'étonner que la Bourse résiste au conflit commercial?

BLOGUE. Le S&P 500 fait un pied de nez à la guerre des tarifs et franchit le cap de 2800 à sa troisième tentative.