Six inscriptions en Bourse attendues en 2019 qui feront sourire les investisseurs

Publié le 24/01/2019 à 12:59

Six inscriptions en Bourse attendues en 2019 qui feront sourire les investisseurs

Publié le 24/01/2019 à 12:59

La valeur des nouveaux venus en 2018 a été de 45% supérieure à 2017. 2019 fera encore mieux.


C’est du moins ce sur quoi tablent plusieurs grands investisseurs et observateurs des secteurs technologique et financier d’un peu partout sur la planète, pour faire renaître un peu d’optimisme en Bourse, d’une part, et pour recentrer les technos autour d’enjeux qui feront oublier la déculottée boursière d’Apple et de Facebook, ces derniers mois.


On ne sait pas encore si on battra en quantité le total des 188 appels initiaux à l’épargne survenus en 2018, mais en qualité (lire : en nouvelle valeur boursière), ça pourrait être une excellente cuvée, si on se fie aux prévisions des analystes.


Pour vous mettre en appétit, voici les cinq gros noms (six, en fait) des technos dont l’arrivée en Bourse cette année fait saliver d’impatience une majorité d’investisseurs.


uber


Uber et Lyft


Davig et Goliath? Le bœuf et la grenouille? Zdeno Chara et Brendan Gallagher? Ce ne sont pas les illustrations qui manquent pour donner un portrait clair de la lutte qui pourrait s’installer de façon plus durable entre les deux spécialistes des véhicules tourisme en partage. Uber pourrait faire (presque littéralement) sauter la banque, avec une valeur estime à 120 milliards $US à l’heure actuelle. Une entrée en Bourse à ce niveau deviendrait sur-le-champ la plus grosse inscription à vie, toutes places boursières confondues, dit-on.


Lyft, de son côté, se transformera en société à capital ouvert un peu plus modestement, plus tard cette année, si on se fie aux rumeurs qui émanent de Wall Street. La valeur de Lyft en Bourse pourrait osciller entre 15 et 20 milliards $US, selon à qui vous vous adressez. Contrairement à Uber, qui a connu une expansion mondiale assez rapide pour justifier la création d’un nouveau verbe à son nom (on parle depuis d’«ubériser» tel ou tel marché…), Lyft a encore beaucoup de potentiel de développement de son produit central, à mi-chemin entre du covoiturage et du taxi.


Dans les deux cas, par contre, c’est la fameuse question du «dernier kilomètre», cette distance à parcourir entre le point de chute des transports en commun et la destination finale, qui déterminera le succès commercial. Vélos? Trottinettes? Voitures électriques? On verra bien.


Si on se fie aux annonces entourant Bixi et Téo Taxi, on parierait sur une solution à deux roues pour aider tout ce beau monde à générer un profit durable, chose qui reste encore à se matérialiser du côté de Lyft et, surtout, d’Uber.


À propos de ce blogue

Autrefois, on appelait ça de l'électronique mais de nos jours, les nouvelles technologies vont bien au-delà des transistors et des circuits imprimés. Des transactions bancaires à l'écoute en rafale d'émissions de télé les plus populaires, la technologie est omniprésente. Et elle comporte son lot de questionnements. Journaliste spécialiste des technologies depuis bien avant l'avénement du premier téléphone intelligent, Alain McKenna a observé cette évolution sous tous ses angles et livre ici ses impressions sur le sujet.

Alain McKenna
Sujets liés

Technologie , techno

Sur le même sujet

Entrée en Bourse: Dropbox vise 748M$US

12/03/2018 | AFP

La société de stockage de données perd encore beaucoup d'argent.

Siemens veut envoyer en Bourse une division très rentable

19/02/2018 | LesAffaires.com et AFP

Ça promet d'être la plus grosse opération de ce genre en vingt ans.