Pixel 2: Google mise tout sur l'intelligence artificielle (et la recherche)

Publié le 04/10/2017 à 15:45

Pixel 2: Google mise tout sur l'intelligence artificielle (et la recherche)

Publié le 04/10/2017 à 15:45

La famille de produits Google cet automne. (Photo: Google)

Peu importe le produit, Google a trouvé la clé qui les unit tous : son Assistant. Les nouveaux Pixel et le reste des nouveautés que Google a présentées sur scène ce midi mettent plus que jamais l’emphase sur l’invisible : la recherche et les commandes vocales.


Sur scène à San Francisco plus tôt mercredi, Sundar Pichai et Rick Osterloh, respectivement PDG et directeur de la division produits de Google, n’étaient pas peu fiers de dévoiler une gamme plus qu’étendue de nouveaux matériels qui confirment leur intention de jouer du coude dans à peu près tous les créneaux à la mode ces jours-ci dans l’électronique grand public.


Au programme : trois enceintes connectées Google Home, deux nouveaux téléphones Pixel, un casque de réalité virtuelle Daydream View révisé, des écouteurs Bluetooth (219$), une nouvelle caméra (appelée Clips) et un ordinateur Pixelbook. Ces deux derniers ne seront pas vendus chez nous (la grosse enceinte Home Max non plus d’ailleurs).


L’intelligence artificielle en tête


Pendant la conférence de près de deux heures, tous les porte-parole de Google à être passés sur scène ont mentionné la stratégie de Google. Dans l’ordre : intelligence artificielle (IA), logiciel et matériel.


En d’autres mots, peu importe l’appareil par lequel vous entrez chez Google, l’entreprise de Mountain View souhaite que vous interagissiez avec son Assistant Google. Ou, plus simplement, à son moteur de recherche.


L’enceinte Google Home Mini, vendue 79$, permet d’interagir vocalement avec ses services Google, dont la musique, l’agenda, certains articles d’actualité, et même la téléphonie : on peut demander à contacter un commerce par le nom et Google fera la recherche pour vous, trouvera son numéro de téléphone, et le composera automatiquement. Tout ça est gratuit, et en français en prime. Presque tout le temps : plusieurs des commandes vocales liées à des gadgets connectés d’autres marques ne sont pas disponibles en français.


Naturellement, une enceinte de la taille de la Home Mini n’offre pas une expérience sonore spectaculaire, malgré sa compatibilité avec Google Play Musique ou Spotify. Pour ça, Google propose de jumeler l’appareil à une clé Chromecast (ou Chromecast Audio), ce qui est un peu limitatif. Si vous possédez une chaîne stéréo dans le salon dotée d’une connexion Bluetooth, il faudra tout de même acheter une Chromecast.


Parlant d’autres gadgets, la filiale Nest d’Alphabet (la maison-mère de Google) propose une sonnette vidéo pour la porte d’entrée de votre maison qui promet de faire de la magie, en l’associant à une enceinte Google Home. Utilisant la reconnaissance faciale, en combinaison avec Google Photos, sa caméra reconnaîtra vos amis, la famille, et vos autres contacts identifiés dans votre album photo, et vous annoncera à haute voix : «Stéphane est à votre porte» lorsque Stéphane appuiera sur la sonnette.


Au-delà des questions de vie privée que tout ceci pourrait soulever, c’est un petit exploit d’intelligence artificielle qui illustre à la perfection la stratégie de Google afin de se démarquer de ses principaux rivaux, qui sont au nombre de trois, et qui semblent pas mal toujours être les mêmes : Amazon, Apple et Microsoft.


Pixel 2 : la chasse au iPhone est ouverte


Du côté de la téléphonie, Google va droit au but : son intention est de déloger l’iPhone de son piédestal. Ses Pixel 2 (écran de 5 pouces, 899$ en version 64 go) et Pixel 2 XL (6 pouces, 1159$ en version 64 go) sont dotés d’un affichage bourré de pixels, et d’enceintes frontales stéréo. Pour regarder de la vidéo sur son téléphone, ou pour y jouer à des jeux, ça fait une chouette différence. Google ajoute aussi une version rehaussée de son casque de réalité virtuelle Daydream View.


Les deux nouveaux Pixel ont aussi droit à des appareils photo revus afin d’être plus performants, et plus polyvalents que ceux des iPhone 8 et iPhone 8 Plus. Contrairement à Apple, Google promet «les mêmes fonctions, peu importe la taille de votre Pixel», façon de dire que les deux modèles offrent notamment la prise de photo en mode portrait à courte focale, qui crée un fond flou. Fruit d’une retouche logicielle, cette fonction est aussi offerte sur la caméra frontale, pour des égoportraits artistiques étonnamment bien faits.


Comme Google inclut en prime le stockage illimité des photos sur ses serveurs, c’est une combinaison qui risque de faire mouche auprès des gens déçus du peu de générosité d’iCloud, qui limite la quantité de photos qui peuvent y être stockées (dans sa version de base).


Les premiers pas de la réalité augmentée


Les deux Pixel peuvent intégrer des petits personnages de réalité augmentée dans l’image, ce qui pourrait donner lieu à des conversations vidéo amusantes, mais c’est surtout le lancement d’une trousse logicielle pour développer des applications (et des jeux vidéo…) utilisant cette technologie émergente qui permettront à ces appareils de jouer du coude avec l’iPhone. À ce niveau, il faudra voir quelle sera l’offre logicielle d’ici Noël…


Il y a deux nouvelles interactions permises par ces téléphones qui valent réellement le détour. La première est cette possibilité de serrer le téléphone (mon grand-père aurait dit qu’il suffit de lui «pincer les ouïes») pour lancer automatiquement l’Assistant Google. On n’a ensuite qu’à poser une question, et la recherche est lancée. C’est drôlement naturel comme geste, et ça facilite l’interaction avec la commande vocale de l’appareil.


L’autre est un onglet ajouté à l’application de caméra appelée Google Lens. Il suffit de pointer la caméra vers un bâtiment, un objet ou une personne, de prendre une photo, et de lancer l’application. Celle-ci ira puiser dans l’énorme mémoire de Google et produira à l’écran une fiche détaillée du sujet photographié. Ça marche avec une photo, ou même à travers une fenêtre pleine de reflets.


C’est bien mieux que Bixby, l’assistant vocal de Samsung. Il ne manque que quelques réglages à cet Assistant pour qu’il comprenne le franglais québécois un peu plus clairement pour qu’il surpasse Siri au niveau de la compréhension sonore. Pour tout le reste, par contre, Google semble avoir pris toute une longueur d’avance, non seulement sur Apple, mais aussi sur Amazon.


En mettant l’intelligence artificielle et la recherche à l’avant-scène de tous ses produits, Google pourrait bien avoir frappé dans le mille.


Suivez-moi sur Twitter:





Suivez-moi sur Facebook:


À propos de ce blogue

Autrefois, on appelait ça de l'électronique mais de nos jours, les nouvelles technologies vont bien au-delà des transistors et des circuits imprimés. Des transactions bancaires à l'écoute en rafale d'émissions de télé les plus populaires, la technologie est omniprésente. Et elle comporte son lot de questionnements. Journaliste spécialiste des technologies depuis bien avant l'avénement du premier téléphone intelligent, Alain McKenna a observé cette évolution sous tous ses angles et livre ici ses impressions sur le sujet.

Alain McKenna
Sujets liés

Technologie , techno

Sur le même sujet

GOLO : cet Instacart montréalais livre bien plus que de la nourriture

20/04/2018 | Alain McKenna

BLOGUE. «Un outil de plus pour les petits commerçants qui craignent la menace d’Amazon.»

10 choses à savoir mercredi

18/04/2018 | Alain McKenna

La gravité martienne à Concordia, les employés d'Amazon urinent dans des bouteilles, vélo et course auto vont de pair!