Les prochains moteurs de l'économie

Publié le 30/01/2010 à 00:00

Les prochains moteurs de l'économie

Publié le 30/01/2010 à 00:00

Vieillissement de la population, changements climatiques, progrès médicaux, émergence de nouveaux modes de communication... voilà quelques-unes des grandes tendances qui façonneront la prochaine décennie.

Ces changements créeront de nouvelles occasions d'affaires pour les entrepreneurs, et offriront de nouveaux débouchés aux entreprises. Certains courants pourraient même forcer les organisations à revoir leur modèle d'affaires.

La firme de recherche IBISWorld a dressé un palmarès des dix secteurs les plus porteurs de la prochaine décennie, le fruit d'une vaste enquête qui porte sur 700 industries aux États-Unis. À l'aide de spécialistes, nous vous présentons les perspectives de ces secteurs au Québec.

1 Téléphonie IP

Votre avion se pose au Japon. Une fois arrivé à votre chambre d'hôtel, vous ouvrez votre ordinateur portable, vous vous connectez à Internet, vous composez votre numéro de téléphone à Montréal (avec l'indicatif 514) et faites vos appels sans frais interurbains.

C'est le genre d'avantages que procure la téléphonie sur protocole IP. C'est entre autres pourquoi les fournisseurs de téléphonie IP (VoIP) sont voués à un bel avenir. IBISWorld prévoit que la téléphonie IP croîtra d'environ 150 % entre 2010 et 2020. C'est le secteur qui connaîtra la plus forte progression au cours de la prochaine décennie.

" Cette technologie permet des économies de coûts et des progrès majeurs, dit George Van Horn, analyste et porte-parole d'IBISWorld. Nous prévoyons que les grandes entreprises de téléphonie traditionnelle, comme AT&T aux États-Unis, et celles de téléphonie sans fil migreront vers le protocole IP. " Bref, la demande pour des fournisseurs de téléphonie IP explosera.

Au Québec, le câblodistributeur Vidéotron est une des entreprises qui profiteront de cet essor. En moins de cinq ans, un million de foyers québécois se sont abonnés à son service de téléphonie IP. " Nous ne nous attendions pas à un succès si rapide ", dit Pierre Roy, vice-président, technologies IP, de Vidéotron. L'an dernier, l'entreprise a créé 600 emplois et en promet autant en 2010, alors qu'elle se lancera dans la téléphonie sans fil sur protocole IP.

2 Planification et gestion des fonds de retraite

S'il est un domaine où on ne manquera pas de travail au cours de la prochaine décennie, c'est bien celui de la planification de la retraite. Les conseillers financiers et les gestionnaires de fonds de retraite auront beaucoup à faire en raison du départ à la retraite de nombreux baby-boomers.

Toutefois, ils devront composer avec un changement d'approche important : alors qu'ils ont été formés pour aider leurs clients à accumuler du capital pour leur retraite, les financiers devront désormais opérer en mode décaissement des avoirs, prévient Jean-Rémy Deschênes, responsable de la gestion de patrimoine du Mouvement Desjardins.

Au Québec, l'âge de la retraite est assez jeune - 59,6 ans - et l'espérance de vie s'allonge tous les ans. Il y aura une demande importante pour des conseillers capables d'aider cette population vieillissante à vivre à l'aise financièrement.

Chez Desjardins, une réflexion vient d'être amorcée dans le but de réorganiser les services (placement, sécurité financière, planification de la retraite, etc.) pour mieux répondre aux besoins croissants.

" Aux États-Unis, le filet de sécurité sociale diminue, et des milliers de personnes ont perdu de l'argent sur le marché boursier ou dans l'immobilier. Elles devront continuer à investir pour leur retraite et elles voudront qu'on les aide à préserver leur capital ", dit George Van Horn, d'IBISWorld.

Cette firme prévoit que le secteur financier connaîtra une croissance de 134 % au cours de la prochaine décennie. Chez Jobboom, qui vient de publier un guide sur les emplois de l'avenir au Québec, l'analyste Julie Gobeil signale que la relève dans ce secteur ne suffit pas à la demande. Il y a une pénurie de conseillers en placement, en sécurité financière, de planificateurs financiers, d'actuaires etc. Selon elle, cette industrie doit améliorer son image.

3 Biotechnologies

Les biotechnologies, qui ont connu un essor remarquable durant les années 2000, font encore partie des secteurs les plus prometteurs de la prochaine décennie. Celui-ci devrait croître de 128 % d'ici 2019. " C'est un domaine à haut risque qui demande beaucoup de capitaux, analyse George Van Horn, d'IBISWorld.

Selon lui, les deux clés de la réussite seront l'innovation et sa capacité de bien cibler ses produits.

Au Québec, le secteur tente de se relever d'un marasme qui dure depuis près de cinq ans, dit Martin Godbout, président du symposium BioContact sur le partenariat biopharmaceutique. Plusieurs sociétés qui ont été créées dans les années 1990 sont disparues depuis cinq ans.

Le gouvernement du Québec a annoncé, en octobre dernier, une aide de 122 millions de dollars (M$) qui s'ajoutera à la mise en place d'un fonds de capital d'amorçage pour aider les nouvelles entreprises du secteur.

M. Godbout, qui siège au comité de sélection des futurs dirigeants du fonds, prévoit une transformation importante au cours des prochaines années. " Vous ne verrez plus un fonds de 100 M$ en capital-risque placer cinq millions dans 20 entreprises. Vous verrez plutôt un fonds doté d'une enveloppe de 100 millions s'associer avec d'autres partenaires pour investir, non plus 5, mais 80 millions dans un nombre plus petit d'entreprises, explique-t-il. De plus, il n'y aura plus de petites entreprises, mais des consortiums de recherche financés par le public et le privé. " Et, comme le prévoit IBISWorld, les projets gagnants seront les plus stratégiques et les plus ciblés.

Au Québec, le biomédical est un des secteurs les plus porteurs, croit M. Godbout. Voici les emplois qui, selon lui, seront le plus en demande : bioinformatique, physique, optique, biologie moléculaire, génomique, médecine personnalisée. " Il faudra doubler le nombre de diplômés, surtout dans les programmes de maîtrise et de doctorat. "

4 Commerce électronique

L'ascension du commerce électronique est loin d'être terminée, car les consommateurs continuent d'accroître leurs achats en ligne d'année en année. IBISWorld prévoit que ce secteur croîtra de près de 125 % jusqu'en 2019 aux États-Unis.

Au Québec, le potentiel du commerce électronique est également prometteur, mais les entreprises d'ici affichent un retard sérieux en la matière, déplore Philippe Leroux, cofondateur de l'Indice du commerce électronique du Québec, et pdg de l'agence de marketing Phéromone. " D'un côté, il y a les usagers qui, depuis trois ans, sont de plus en plus nombreux à acheter en ligne et à y dépenser des montants importants. De l'autre, il y a les entreprises québécoises qui tardent à leur offrir la possibilité de le faire. "

Seulement 12 % des entreprises du Québec ont des sites transactionnels, note M. Leroux. En général, elles n'offrent pas une expérience aussi sophistiquée que les sites américains ou européens, ajoute-t-il. " Les entreprises croient qu'il suffit d'afficher leur catalogue. Au contraire, il faut proposer une interaction avec l'internaute. Par exemple, s'il achète un livre, on lui en propose un de plus.

Philippe Leroux juge que ce retard fait perdre aux commerçants québécois non seulement des ventes en ligne, mais aussi des ventes réelles, car le Web est devenu un outil de décision d'achat. Les consommateurs s'y renseignent avant d'acheter. Selon de récentes données, les internautes québécois font 30 % de leurs achats en ligne sur des sites étrangers.

5 Consultation en environnement

La récession mondiale a ralenti ce secteur, mais ce sera temporaire, dit George Van Horn, d'IBISWorld. " Les circonstances sont favorables. " Sa firme prévoit que ce domaine connaîtra une croissance de 120 % d'ici 10 ans.

La réglementation en environnement augmentera et se complexifiera au cours des prochaines années, prévoit l'analyste d'IBISWorld. Il n'y a qu'à penser à la mise en place de Bourses où s'échangent les crédits de carbone, et aux politiques de plus en plus restrictives imposées par les gouvernements de la plupart des pays occidentaux. Si bien que les entreprises devront recourir davantage aux services d'experts dans ce domaine.

Ce ne sont pas seulement les entreprises évoluant dans le domaine environnemental qui embauchent des experts, constate Julie Gobeil, analyste chez Jobboom. " Récemment, le groupe financier Desjardins cherchait un conseiller en environnement pour aider à mesurer son empreinte écologique ", dit-elle.

6 Divertissement interactif

Le secteur du divertissement interactif n'a pas résisté à la récession aussi bien que certains experts l'avaient anticipé. IBISWorld prévoit néanmoins qu'il croîtra de près de 113 % au cours de la prochaine décennie, car il est multigénérationnel et se répand à d'autres créneaux que celui des jeux vidéo.

" Toute la famille s'adonne au divertissement interactif ", souligne Alain Tascan, pdg de Electronic Arts à Montréal. De plus, les jeux vidéo peuvent être utilisés dans des démarches d'éducation ou pour de simples <C_00_bold+>interactions virtuelles. À ce sujet, <C_00_bold->M. Tascan rapporte que le fabricant automobile Nissan a fait appel à un ergonome spécialisé dans les jeux interactifs pour concevoir les écrans de ses voitures.

Le téléphone portable est également en train de devenir une plateforme de choix pour les jeux interactifs. " Fort de plus d'un milliard d'utilisateurs, c'est un marché plus prometteur que l'ordinateur ", dit André Lauzon, dirigeant de Electronic Arts mobile à Montréal. M. Lauzon et son équipe soulignaient récemment à Montréal les 100 millions de téléchargements du jeu Tetris sur téléphone cellulaire.

Le Québec, qui compte 80 entreprises et 7 000 emplois dans le domaine, est un chef de file du secteur. Cependant, la concurrence est de plus en plus vive. Le Québec n'est plus la seule province à offrir des avantages fiscaux, et d'autres pays offrent des conditions très avantageuses pour attirer les entreprises.

" En Chine, on paie 100 % des salaires des employés pendant deux ans aux nouvelles entreprises de jeux interactifs, relate Pierre Proulx, directeur général de l'Alliance numérique du Québec. En Ontario, le gouvernement offre un crédit d'impôt de 40 %, alors que ce crédit est de 30 % au Québec. Le gouvernement devra ajuster son offre afin que la province reste dans le peloton de tête. "

L'industrie québécoise du jeu peut compter sur un atout de taille : une main-d'oeuvre bien formée. Le prochain défi, selon Pierre Proulx, sera d'offrir une deuxième génération de formations plus ciblées. Pour y parvenir, il faudra recruter des experts du Japon et de la Californie. Comme ils sont en forte demande, leurs salaires ne cessent de croître.

7 Fiducies et successions

L'arrivée des baby-boomers à la retraite entraînera un important transfert d'actifs au cours des prochaines années. De nombreux parents transféreront de leur vivant des épargnes à leurs enfants pour les aider à acheter une propriété, par exemple.

Au cours des prochaines années, les baby-boomers ne chercheront plus seulement des conseillers qui les aideront à bien transmettre leur patrimoine, mais qui les aideront à bâtir plus de richesse, afin qu'ils puissent à la fois vivre aisément et laisser un héritage à leurs proches.

Pour les mêmes raisons que le secteur de la planification et de la gestion de fonds de retraite, celui des fiducies et de la planification successorale sera appelé à croître pendant la prochaine décennie. IBISWorld estime cette croissance à 106 %.

8 Moteurs de recherche

En publicité sur Internet, les moteurs de recherche sont devenus des incontournables. " Alors que le modèle d'entreprise en publicité est complètement chamboulé, la clé du succès pour les annonceurs résidera dans leur capacité de bien quantifier, mesurer, cibler et atteindre leur clientèle, explique George Van Horn, analyste pour IBISWorld. C'est pourquoi les moteurs de recherche restent un secteur gagnant. "

Ce domaine a crû de plus de 1 600 % au cours des dix dernières années. IBISWorld prévoit qu'il progressera d'environ 101 % d'ici 2019, une croissance alimentée entre autres par l'arrivée de la publicité sur les téléphones cellulaires.

Les moteurs de recherche servent aussi à améliorer l'efficacité et la productivité des entreprises. Au Québec, le fournisseur de moteurs de recherche sécurisés Coveo surfe bien cette vague. Il a récemment annoncé une solution de recherche qui permet aux utilisateurs de trouver des renseignements précis à la vitesse de l'éclair. Ici, comme dans les autres secteurs, l'innovation et la technologie sont les thèmes de l'heure.

9 Infrastructures de recyclage

La gestion des matières résiduelles sera un des enjeux majeurs de la prochaine décennie. Le secteur du recyclage devrait croître de près de 81 % d'ici 2019 aux États-Unis, prévoit IBISWorld.

Au Québec, on est en aux balbutiements dans ce domaine d'activités qui consiste à récupérer, à recycler et à réutiliser nos déchets, soutient Denis Lapointe, président de la commission permanente sur l'environnement de l'Union des municipalités du Québec.

La croissance devrait se poursuivre dans les projets de recyclage de matières résiduelles, où l'objectif de 65 % de récupération n'a pas encore été atteint, dit Josée Méthot, directrice générale de Réseau environnement.

Cependant, la plus forte croissance proviendra des projets de biométhanisation et de compostage de matières organiques, ajoute Mme Méthot.

Au cours des cinq prochaines années, 650 millions de dollars d'investissements publics seront engagés dans ce secteur, en vertu de la politique québécoise de gestion des matières résiduelles, ce qui devrait entraîner la création d'au moins 5 000 emplois dans la province.

10 Développement immobilier

Une fois la crise du marché immobilier aux États-Unis résorbée, les occasions d'affaires se multiplieront dans les achats et les reconversions de terrain, indique IBISWorld, qui prévoit une croissance de 73 % dans ce secteur durant les dix prochaines années.

Selon George Van Horn, d'IBISWorld, la construction de plus petites unités en milieux urbains sera la grande tendance des prochaines années. Toutefois, selon lui, il faudra attendre encore deux ans avant d'assister à une remontée.

Si l'immobilier ne s'est pas effondré au Québec, par contre, la croissance n'y sera pas aussi forte qu'ailleurs dans le monde, où la population croît plus rapidement, estime Claude Marcotte, associé principal de la firme Daniel Arbour et Associés, membre du réseau immobilier mondial IBI.

Sur le plan institutionnel, les cinq ou six prochaines années seront plutôt occupées avec la construction de mégahôpitaux à Montréal.

M. Marcotte croit également que les plus importants projets résidentiels seront réalisés dans des centres urbains, pour des raisons démographiques et environnementales. Griffintown, qui renaît à Montréal, en est un bon exemple, fait-il valoir.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Uber : une entreprise en forte croissance

21/11/2014 | Denis Lalonde

Uber est en forte croissance et pourrait générer sous peu des revenus de 10 G$ par année, croit Business Insider.

Berkshire en «train» de se transformer

21/11/2014 | Philippe Leblanc

BLOGUE. Le conglomérat de Warren Buffett a un problème de taille. C'est pourquoi il achète des sociétés entières.

Hausse des frais de garde: le véritable coût pour les familles

21/11/2014 | Daniel Germain

EXCLUSIF. Quel sera l'impact de la hausse des frais de garde sur les familles? Voici un tableau qui dit tout.