Enfin, des progiciels adaptés aux PME

Publié le 31/08/2013 à 00:00

Enfin, des progiciels adaptés aux PME

Publié le 31/08/2013 à 00:00

De plus en plus de PME du Québec intègrent des logiciels de gestion afin d'être plus efficaces. Elles rattrapent le retard qu'elles avaient sur les grandes entreprises grâce au développement de progiciels abordables adaptés à leur réalité. Tour d'horizon.

«Le besoin de bons progiciels a toujours été là. Mais les solutions n'existaient pas réellement», indique Laurent Bounin, directeur du marketing et des ventes chez Gestion-Ressources, une entreprise de services en logiciels libres.

«Jusqu'à récemment, les coûts de développement étaient élevés. Évidemment, ça dépend de chaque entreprise, mais ils pouvaient se chiffrer à plusieurs dizaines de milliers de dollars», précise-t-il.

Résultat : plusieurs petites entreprises «se bricolaient» une solution à partir d'Access ou d'Excel, créant ainsi «des systèmes archaïques, un peu bâtards», dit M. Bounin. Qui plus est, il était souvent impossible de les intégrer. «Par exemple, un système de gestion de la relation client ne pouvait transmettre d'informations au système qui traitait les bons de commande ou à celui de la comptabilité.»

Avant de lancer la version québécoise de QuickBooks - un logiciel comptable destiné aux petites entreprises -, Intuit Canada a ciblé les particularités du marché québécois. Premier constat : la majorité (51 %) des petites entreprises québécoises comptent moins de quatre employés.

Deuxième constat : elles ont peu de moyens. La plupart d'entre elles ont vu le jour grâce à un investissement de moins de 10 000 $ et près de la moitié ont débuté avec un capital qui ne dépassait pas 5 000 $. «Dans un tel contexte, chaque dollar compte», dit Julien Blaise, responsable marketing pour le Québec chez Intuit Canada.

Des solutions abordables

Mais les temps ont changé. Aujourd'hui, des entreprises comme Intuit Canada, OpenERP et Acceo Solutions ont mis au point des progiciels clés en main, abordables et adaptés aux PME.

Ces solutions sont davantage flexibles, fait remarquer M. Bounin : «Avant, les produits étaient moins modulaires. Maintenant, une PME peut installer Microsoft Dynamics CRM - un produit de gestion de la relation client - et intégrer d'autres produits par la suite.»

Julien Blaise d'Intuit Canada constate que les PME se rendent compte que les progiciels aident à pallier certaines lacunes dans un contexte où les ressources humaines et financières sont limitées.

Dans son étude, Intuit avance que, lorsqu'il est question de finance, 54 % des entrepreneurs québécois disent «avoir besoin de beaucoup d'aide» et 18 %, «avoir besoin d'aide».

Dans une étude récente, le CEFRIO révèle qu'une PME canadienne sur quatre est équipée d'un progiciel de gestion intégré. L'emploi ou non de progiciels est lié à deux facteurs : le secteur d'activité et la taille des entreprises, constate Claire Bourget, directrice de la recherche marketing au CEFRIO. Ce sont surtout les PME du secteur manufacturier qui s'équipent en progiciels de gestion intégrés (34,4 %). Suivent celles des secteurs du commerce de gros et de détail (29,3 %) et des services (22,6 %).

Le principal frein à la mise en place d'un progiciel de gestion tiendrait maintenant à la participation de la direction des PME. C'est là que tout se joue, selon Laurent Boutin : «Si les dirigeants sont peu impliqués, les projets échouent, car ça avance trop doucement et, au final, ça coûte cher.»

À suivre dans cette section


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

eCommerce

Mardi 30 janvier


image

Financement PME

Mercredi 31 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril

À la une

La Chine veut détrôner le dollar américain avec le pétroyuan

ANALYSE. Le projet de la Chine a le potentiel de créer un mouvement de plaques tectoniques financier dans le monde.

Theratechnologies, le point de bascule en 2018

En dépit d’un délai de trois mois dans l’approbation de son médicament, le décollage des ventes est pour 2018.

Traquer les anomalies de marché

BLOGUE INVITÉ. C'est le travail d'un investisseur à long terme de les trouver.