Un pdg qui déchaîne les passions

Publié le 22/12/2012 à 00:00

Un pdg qui déchaîne les passions

Publié le 22/12/2012 à 00:00

La désignation du patron d'Alimentation Couche-Tard, Alain Bouchard, comme personnalité d'affaires ayant le plus marqué l'année 2012, suscite de vives réactions diamétralement opposées dans le milieu.

«C'est un vrai entrepreneur, qui a bâti un réseau extrêmement important dans le commerce de détail. C'est impressionnant ! C'est sans doute pour ça que les gens d'affaires ont voté pour lui», dit Martine Hébert, vice-présidente Québec de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante.

Yves-Thomas Dorval, président du Conseil du patronat du Québec, affirme que c'est l'acquisition, l'été dernier, du détaillant norvégien Statoil Fuel & Retail qui a probablement permis à l'entrepreneur de se démarquer. «Dans le monde des affaires, on remarque les entrepreneurs qui connaissent une expansion à l'étranger.»

Bernard Motulsky, spécialiste en relations publiques et communication marketing à l'UQAM, trouve surprenant qu'Alain Bouchard arrive au premier rang. Selon lui, l'entrepreneur n'a pas toujours fait les manchettes pour les bonnes raisons, et en veut pour preuve l'affrontement avec la CSN sur la syndicalisation de dépanneurs. «Cela dit, la question du sondage était "Qui a le plus marqué l'année 2012 ?", c'est-à-dire la personne qui a le plus fait parler d'elle...»

Dans les syndicats, ça ne passe pas

Dans les milieux syndicaux, l'attribution du titre de personnalité d'affaires de l'année au patron d'Alimentation Couche-Tard ne passe pas. «Je trouve ça étrange, lâche Jean Lacharité, deuxième vice-président de la CSN. Alain Bouchard n'a pas eu un comportement exemplaire en matière de relations de travail. Il a tout fait pour casser le syndicat dans son entreprise !»

Le président de la FTQ, Michel Arsenault, se dit tout aussi surpris des résultats du sondage, déplorant l'attitude de l'entrepreneur à l'égard des syndicats. «Ce n'est pas le cas, mais je peux vous dire que, si M. Bouchard demandait un partenariat avec le Fonds de solidarité de la FTQ, il ne répondrait pas à nos critères en matière de bilan social. Il faudrait qu'il apporte des correctifs à ses relations avec les syndicats, ça, c'est sûr.»

Monique Leroux et Daniel Gauthier

En revanche, la deuxième place attribuée à Monique Leroux, présidente et chef de la direction de Desjardins, a fait l'unanimité parmi les analystes contactés. «C'est la star des dernières années, et elle tient encore le haut du pavé, note Jean-Jacques Stréliski, spécialiste en stratégie de l'image à HEC Montréal. C'est une femme qui impose un leadership, lequel est souvent plus rassurant que celui des hommes.»

La troisième place décernée à Daniel Gauthier, pdg du Groupe Le Massif et instigateur d'un projet récréotouristique de 300 millions de dollars dans Charlevoix, est aussi bien accueillie, même si elle en surprend plusieurs. «C'est un peu la saveur du mois, car son projet est perçu comme une belle histoire, dit Simon Prévost, président des Manufacturiers et exportateurs du Québec. Il a bénéficié en 2012 d'une bonne couverture médiatique pour Le Massif, mais Daniel Gauthier pourrait disparaître du classement l'année prochaine.»

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

La Société du Plan Nord aidera les entreprises, promet Pierre Arcand

Québec aidera les PME qui veulent profiter des occasions d'affaires créées par le Plan Nord.

Bombardier Transport obtient un contrat de 331 M$ au New Jersey

Bombardier Transport décroche un contrat auprès de New Jersey Transit Corporation pour l'exploitation d'un tramway.

Tangerine adopte la biométrie dans ses applications mobiles

La banque virtuelle Tangerine a annoncé aujourd’hui l’intégration de technologies de ...