Oser sortir des frontières pour croître

Publié le 16/11/2013 à 00:00, mis à jour le 14/11/2013 à 15:27

Oser sortir des frontières pour croître

Publié le 16/11/2013 à 00:00, mis à jour le 14/11/2013 à 15:27

Écotech Québec, la grappe des technologies propres du Québec, vient de signer un accord-cadre de collaboration stratégique avec l'International Cleantech Network (ICN), un réseau qui regroupe 13 grappes de classe mondiale.


L'entente a pour but de favoriser le développement des marchés asiatiques, européens et nord-américains. Elle est l'aboutissement de plusieurs mois de discussion, raconte Denis Leclerc, pdg d'Écotech : «Cela ouvre la porte à un potentiel considérable de partenariat entre les régions. C'est un élément qui permettra d'accélérer le nécessaire développement à l'international.»


Car, force est de constater que les entreprises doivent sortir des frontières québécoises et canadiennes, aller là où la croissance est la plus forte. Contrairement au gouvernement canadien, les pays d'Asie comme la Chine et l'Inde investissent massivement dans ce type de technologies.


Dans son plus récent rapport mondial annuel sur la question, la firme Ernst & Young constate que la création d'entreprises qui oeuvrent uniquement dans ce secteur a augmenté de 16 %, alors que la croissance européenne, africaine et moyen-orientale était de 8 %. Les États-Unis et la Chine mènent le bal des technologies propres.


Déjà, 53 % des revenus des entreprises canadiennes en technologies propres proviennent de l'international, ce qui dépasse de près de 10 % la moyenne canadienne.


Un marché qui explose


Cette tendance s'intensifiera au cours des prochaines années. En 2011, on estimait à 5,2 milliards de dollars la valeur des exportations en technologies propres, une croissance de 9 % par rapport à l'année précédente. En cinq ans, celle-ci aura doublé, voire triplé, avec une valeur qui oscillera entre 10,5 et 17,5 milliards de dollars.


Denis Leclerc connaît l'importance des marchés étrangers. La grappe industrielle espère, de cette façon, générer de nouvelles occasions d'affaires et des projets de recherche conjoints au bénéfice des entreprises du Québec. «Au cours des six prochains mois, des représentants d'autres grappes viendront ici, au Québec, afin de voir ce que développent les entreprises», dit-il, en citant l'exemple d'organisations italiennes, allemandes, norvégiennes et chinoises.

À suivre dans cette section


image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 19 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 20 septembre


image

Résidences pour aînés

Jeudi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre


image

Sommet Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre

À la une

Big Brother est québécois

Dans le 1984 d’Orwell, Big Brother est fictif. En 2017, c’est une technologie québécoise bien réelle.

Le dollar canadien a monté vite, peut-être trop vite

Le huard se hisse à 80 cents US, mais plusieurs observateurs croient que l'ascension a été trop rapide.

Les pièges à aubaine font mal!

BLOGUE INVITÉ. Dure journée pour certains investisseurs dans la vente au détail. Attention aux mirages d'aubaine!