Oser sortir des frontières pour croître

Publié le 16/11/2013 à 00:00, mis à jour le 14/11/2013 à 15:27

Oser sortir des frontières pour croître

Publié le 16/11/2013 à 00:00, mis à jour le 14/11/2013 à 15:27

Écotech Québec, la grappe des technologies propres du Québec, vient de signer un accord-cadre de collaboration stratégique avec l'International Cleantech Network (ICN), un réseau qui regroupe 13 grappes de classe mondiale.


L'entente a pour but de favoriser le développement des marchés asiatiques, européens et nord-américains. Elle est l'aboutissement de plusieurs mois de discussion, raconte Denis Leclerc, pdg d'Écotech : «Cela ouvre la porte à un potentiel considérable de partenariat entre les régions. C'est un élément qui permettra d'accélérer le nécessaire développement à l'international.»


Car, force est de constater que les entreprises doivent sortir des frontières québécoises et canadiennes, aller là où la croissance est la plus forte. Contrairement au gouvernement canadien, les pays d'Asie comme la Chine et l'Inde investissent massivement dans ce type de technologies.


Dans son plus récent rapport mondial annuel sur la question, la firme Ernst & Young constate que la création d'entreprises qui oeuvrent uniquement dans ce secteur a augmenté de 16 %, alors que la croissance européenne, africaine et moyen-orientale était de 8 %. Les États-Unis et la Chine mènent le bal des technologies propres.


Déjà, 53 % des revenus des entreprises canadiennes en technologies propres proviennent de l'international, ce qui dépasse de près de 10 % la moyenne canadienne.


Un marché qui explose


Cette tendance s'intensifiera au cours des prochaines années. En 2011, on estimait à 5,2 milliards de dollars la valeur des exportations en technologies propres, une croissance de 9 % par rapport à l'année précédente. En cinq ans, celle-ci aura doublé, voire triplé, avec une valeur qui oscillera entre 10,5 et 17,5 milliards de dollars.


Denis Leclerc connaît l'importance des marchés étrangers. La grappe industrielle espère, de cette façon, générer de nouvelles occasions d'affaires et des projets de recherche conjoints au bénéfice des entreprises du Québec. «Au cours des six prochains mois, des représentants d'autres grappes viendront ici, au Québec, afin de voir ce que développent les entreprises», dit-il, en citant l'exemple d'organisations italiennes, allemandes, norvégiennes et chinoises.

À suivre dans cette section


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

À la une

L'empreinte montréalaise dans Blade Runner 2049

Il y a 40 minutes | Denis Lalonde

Il n'y a pas que le réalisateur Denis Villeneuve qui a légué une empreinte québécoise au film Blade Runner 2049.

La Chine commence à «manquer de bras»

Il y a 40 minutes | François Normand

ANALYSE. La population active en Chine diminue depuis 2012. Et les prévisions donnent le vertige.

Vidéo: encore un bon moment pour investir dans le REER?

Il y a 40 minutes | Denis Lalonde

GESTIONNAIRES EN ACTION. Après les soubresauts boursiers, est-ce encore un bon moment pour investir dans son RÉER?