On oublie que nos alumineries créent de la richesse nette

Publié le 03/12/2011 à 00:00

On oublie que nos alumineries créent de la richesse nette

Publié le 03/12/2011 à 00:00

Par Jean-Paul Gagné

Chaque fois que le gouvernement du Québec accorde un contrat d'approvisionnement à une aluminerie, les mêmes clameurs se font entendre : Québec braderait son électricité, qu'il ferait mieux d'exporter aux États-Unis.

C'est un mythe. Il est vrai que cette industrie est une très grande consommatrice d'électricité, mais ses ennemis négligent ses importantes retombées économiques au Québec.

Voyons les faits suivants :

1. Les fameux contrats secrets d'approvisionnement en électricité consentis pour attirer de nouvelles alumineries au Québec, quand Hydro-Québec disposait d'importants surplus, disparaîtront entre 2013 et 2017. Ils seront remplacés par le tarif L, payé par les 249 plus importants consommateurs industriels. Celui-ci est de 4,5 cents le kilowattheure (kWh), mais les alumineries paient 4,3 cents parce qu'elles sont branchées directement sur les lignes de transport. C'est moins cher que ce que paient les consommateurs et les petits utilisateurs commerciaux ; cependant, cette situation ne soulève aucun scandale, en raison de la richesse créée par les alumineries.

2. À ce tarif de 4,3 cents le kWh, il est probable qu'aucun producteur ne voudra construire une nouvelle aluminerie au Québec, car plusieurs pays offrent des coûts d'énergie inférieurs, notamment l'Arabie saoudite, où la société nationale Ma'aden Alcoa construit un complexe d'aluminium d'une capacité de 750 000 tonnes par année au coût de 10,8 milliards de dollars (G$). Aux Émirats arabes unis, Dubaï Aluminium et Emirates Aluminium viennent de démarrer une usine de 750 000 tonnes.

Les investissements des producteurs déjà installés au Québec seront essentiellement des ajouts de capacité ou de l'optimisation de leurs usines. Ainsi, c'est pour ajouter 350 tonnes de capacité à son complexe de Sept-Îles qu'Aluminerie Alouette a reçu d'Hydro-Québec un bloc d'énergie supplémentaire de 500 mégawatts (MW). Alouette investira 2,1 G$ et créera 1 500 emplois directs et indirects, en plus des 15 000 emplois-année requis pour la construction. Pour sa part, Alcoa investira 2,1 G$ dans ses usines de Baie-Comeau, Deschambault et Bécancour pour ajouter 120 000 tonnes de production et réduire ses coûts de production et ses gaz à effet de serre.

475 M$ de retombées par année

3. L'industrie de l'aluminium est l'un des plus importants exportateurs du Québec avec une valeur de 6 G$ (lingots et alliages). C'est une grappe au Québec de 4 160 fournisseurs, 1 826 utilisateurs et 7 centres de recherche.

4. Quand le gouvernement du Québec alloue un nouveau bloc d'énergie à un projet d'investissement, il veille à ce que celui-ci produise de la richesse pour notre société. Cet exercice a été fait dans le cas du bloc d'énergie de 500 MW accordé à Aluminerie Alouette qui, en passant, est la plus efficace du monde sur le plan de l'énergie.

5. Pour en arriver à la richesse souhaitée créée par le projet, Québec et Alouette ont évalué les retombées directes et indirectes de l'investissement, les dépenses d'exploitation des nouvelles installations et les engagements spécifiques du promoteur dans la communauté, et les ont ramenés en valeur équivalente par kWh consommé.

6. Ainsi, les investissements (ingénierie, construction, achats d'équipements, etc.) ont été évalués à 61,3 millions de dollars (M$) l'an, soit l'équivalent de 1,4 cent par kWh consommé ; les dépenses d'exploitation (électricité, salaires, sous-traitance, fournitures diverses, etc.) ont été estimées à près de 510 M$/an, soit 8,5 cents/kWh ; les engagements dans la communauté (chaire de recherche, pavillon universitaire, fonds de soutien à l'emploi, fonds Plan Nord) ont été évalués à 44,6 M$, soit 1 cent/kWh. Ces trois sources de retombées représentent un total de 474,7 M$/an, soit 10,9 cents/kWh. Comme le coût de l'électricité sera de 4,3 cents/kWh, l'ajout de valeur pour la société québécoise équivaudra à 6,6 cents/kWh.

7. Ces retombées sont estimées sur une période relativement courte, mais une aluminerie engendrera des retombées économiques pendant une période beaucoup plus longue.

8. La richesse totale produite par le projet d'Alouette, qui équivaut à 10,9 cents/kWh, est bien supérieure au prix qu'Hydro-Québec reçoit à l'exportation (le dernier contrat avec le Vermont s'est fait à 5,8 cents/kWh).

On peut donc conclure que pour l'économie québécoise, contrairement au mythe répandu, le tarif L consenti aux alumineries est plus rentable que l'exportation d'électricité brute aux États-Unis.

MON COMMENTAIRE

J'aime

La Ville de Québec réduira de 27 à 21 le nombre de ses conseillers et Longueuil fera passer les siens de 26 à 15. Cela devrait inspirer le gouvernement Harper, qui entend porter de 308 à 338 le nombre de députés fédéraux, ce qui coûterait 15 M$ de plus par année et 11 M$ à chaque élection. Avec raison, le Parti libéral fédéral propose plutôt d'allouer à nouveau les 308 sièges actuels. Québec aurait 23 % des sièges, proportionnellement à sa population dans le pays.

Je n'aime pas

La paranoïa qui s'est emparée de certains ténors de la confrérie des braillards qui pleurent sur l'exploitation des ressources naturelles du Québec mène à des débordements déplorables. Un exemple récent est le dépôt à la Sûreté du Québec d'une plainte de Daniel Breton (notre photo), porte-parole de Maîtres chez-nous 21e siècle, voulant que Québec ait perpétré le «vol du siècle» en cédant à Pétrolia des droits d'exploration à l'île d'Anticosti, où se trouveraient, selon ce qu'on fait miroiter, 30 milliards de barils de pétrole. C'est de la folie furieuse. Shell y a déjà creusé des puits et a abandonné son programme. Pétrolia y a foré trois puits, dont un seul a montré un suintement d'hydrocarbures. Pas une once de pétrole n'y a encore été trouvée.

jean-paul.gagne@transcontinental.ca

À suivre dans cette section


image

FinTech

Mercredi 31 mai


image

Communication interne

Mercredi 07 juin


image

Fusions-acquisitions

Mercredi 07 juin


image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Objectif Usine 4.0

Mardi 19 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 20 septembre


image

Résidences pour aînés

Jeudi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre

À la une

C2Montréal: Impak Finance lance une crypto-monnaie

22/05/2017 | Diane Bérard

PRIMEUR. Paul Allard, d'Impak Finance, dévoilera le lancement du MKP, première crypto-monnaie pour l'économie d'impact.

Bourse: «la hausse reste le mouvement par défaut»

Mis à jour le 22/05/2017 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Wall Street a monté lundi, continuant un rebond entamé quelques séances plus tôt ...

Quand l'innovation se transforme en fraude alimentaire

22/05/2017 | Événements Les Affaires

BLOGUE. La fraude du poulet étiqueté comme étant du dindon a été commise par des entreprises canadiennes. De bonne foi?