Noël, Noël

Publié le 26/10/2013 à 00:00

Noël, Noël

Publié le 26/10/2013 à 00:00

Organiser un party de Noël à la dernière minute ? C'est possible, à condition de privilégier les jours de la semaine : lundi, mardi, mercredi, jeudi...

Que les organisateurs de partys de Noël de dernière minute se rassurent... Bien que l'on soit à deux mois, top chrono, de la célèbre fête, il reste encore de la place dans la plupart des hôtels et des restos pour festoyer avec les collègues de bureau... Pourvu que ce ne soit pas un vendredi ni un samedi soir !

La plupart des adresses en milieu urbain affichent déjà complet depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois, pour ces deux soirs de la semaine répartis entre le 1er novembre et le 25 décembre.

«Les groupes de 100 personnes et plus ont d'ailleurs déjà réservé un an à l'avance pour s'assurer d'avoir la bonne salle, le bon soir pour leur fête de Noël», indique Teresa Cafagna, directrice des ventes du Delta Montréal.

N'empêche que le nombre de réservations provenant d'entreprises retardataires augmente. Plus de 40 % des entreprises effectuent désormais leurs réservations de partys de Noël entre la fête du Travail et l'Halloween, souligne Mme Cafagna.

En villégiature, la situation est un peu différente. Certes, on oublie les samedis qui affichent complet depuis la fin de l'été. Par contre, il y a encore de l'espoir pour réserver des salles un vendredi soir. C'est le cas notamment au Château-Bromont, indique Pierre Gilles Gauvin, directeur des ventes de l'endroit. «Il y a aussi tous les autres soirs de la semaine», ajoute-t-il en précisant que l'établissement de Bromont réduit jusqu'à 40 % le coût de ses chambres du dimanche au jeudi. Remarquez, pour s'assurer d'un bon taux de participation, les entreprises qui optent pour la villégiature devront inviter les conjoints des employés lors de la fête.

Un party de Noël... après Noël

Pourquoi faudrait-il absolument organiser le party de Noël avant Noël ? À l'auberge Godefroy, à Bécancour, les fêtes de Noël de bureau s'échelonnent de la mi-novembre... à la mi-janvier. «Les entreprises qui attendent après les fêtes vont d'ailleurs bénéficier d'un rabais sur la facture allant jusqu'à 20 %», souligne Francine Bouffard, directrice des ventes. De plus, ajoute-t-elle, les troupes sont plus relax après les fêtes. Le rush des partys consécutifsest derrière. D'ailleurs, la majorité des participants en profitent pour prolonger leur séjour à l'auberge.

Des prix, des prix et encore des prix !

Des PME ont trouvé une façon originale de récompenser leurs employés pour la période des fêtes. Elles emploient la formule du jeu télévisé The Price Is Right, développée par l'Agence Lion de Granby. «Depuis cinq ans, au moins cinq entreprises louent nos équipements, qui ressemblent à ceux du vrai jeu. Certaines entreprises favorisent de petits cadeaux-surprises, mais la plupart en profitent pour offrir des voyages ou des appareils électroniques pour récompenser leur personnel», fait savoir Mélanie Armstrong, directrice de l'agence qui propose ce concept à partir de 4 500 $ la soirée.

Partys... regroupés

Et si votre PME partageait les frais de sa fête de Noël avec d'autres petites entreprises ? C'est ce que suggère la formule «partys regroupés» de l'Auberge Le Baluchon à Saint-Paulin, en Mauricie. Lancé il y a plus de cinq ans, ce concept permet à des entreprises de moins de 35 employés de profiter de la grande salle Nouvelle-France à l'occasion des fêtes. Pour 39,95 $ par personne, les participants bénéficient d'une fondue au boeuf à volonté, de l'animation et de la musique jusqu'à la fermeture. «Chaque année, ces soirées affichent complet», souligne Patricia Brouard, responsable du marketing à l'Auberge. Si la soirée du samedi 7 décembre est déjà à guichets fermés, il reste encore une soixantaine de places pour celle du vendredi 6 décembre.

Party regroupés... prise deux

Il n'y a pas qu'à l'Auberge Le Baluchon où la formule des partys regroupés obtient un succès boeuf. Le concept fait aussi des étincelles à l'hôtel Fairmont Tremblant. Pour une 2e année, l'établissement convie les entreprises de moins de 40 personnes lors de son Gala des fêtes, prévu le samedi 14 décembre. «Nous avons conçu cette activité pour permettre aux entreprises de la région de réduire leurs coûts liés à la fête de Noël. De plus, ce type de fête favorise le réseautage entre les entreprises», souligne Michelle Hudon, directrice des banquets. Elle précise que les entreprises intéressées viennent d'aussi loin qu'Ottawa. Cette année, le souper buffet avec DJ-animateur est offert à 49 $ par personne (taxes et pourboires non inclus). Des prix de présence sont également tirés lors de la soirée.

Partagez le DJ

Votre budget vous empêche de louer les services d'un DJ pour votre soirée de Noël ? Informez-vous pour savoir si l'hôtel que vous visez dispose de son propre bistro-bar et s'il offre de l'animation pendant le temps des fêtes. C'est le cas notamment au Domaine Château-Bromont, où la direction peut faire appel à un DJ tous les jeudis, vendredis et samedis soirs jusqu'au 25 décembre. «De cette façon, les petits groupes qui réservent dans un de nos deux restaurants ou dans nos petites salles peuvent prolonger la soirée sur place après le souper», indique Pierre Gilles Gauvin, directeur des ventes du Domaine Château-Bromont.

À suivre dans cette section


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

eCommerce

Mardi 30 janvier


image

Financement PME

Mercredi 31 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes leaders

Mercredi 16 mai

À la une

La blockchain au profit de l'humanité

17/01/2018 | François Remy

BLOGUE. Non, ce n’est pas le sermon du nouveau messie de la tech mais le critère d'un financement pour start-up.

Attachez vos ceintures, les cryptos nous emmènent vers le futur

15/01/2018 | François Remy

BLOGUE. Il serait bon d’embarquer dans l’industrie des cryptos tout comme il l’était avec l’auto… en 1920.

Apple va investir 350 milliards US aux États-Unis

17/01/2018 | LesAffaires.com et AFP

Le géant annonce aussi une facture fiscale salée de 38G$US après la nouvelle réforme et un bonus de 2500$US par employé.