Marché des GES : les premières transactions pour bientôt

Publié le 01/12/2012 à 00:00

Marché des GES : les premières transactions pour bientôt

Publié le 01/12/2012 à 00:00

L'avènement du marché du carbone prévu le 1er janvier 2013 pourrait accélérer l'adoption des technologies propres au Québec. Au total, «117 entreprises seront concernées dans divers domaines, de la fabrication de produits métallurgiques au raffinage de produits pétroliers», indique Hélène Lauzon, présidente du Conseil patronal de l'environnement du Québec. Une seconde vague visera les distributeurs et importateurs de produits pétroliers en 2015.

Mais si le marché est officiellement ouvert le 1er janvier 2013, la première vente aux enchères se fera attendre. En effet, pour que le système de plafonnement et d'échange de droits d'émission de gaz à effet de serre (SPEDE) soit pleinement opérationnel, les marchés québécois et californien doivent être, comme le prévoit la réglementation, «complètement liés», rappelle Hélène Simard, porte-parole au ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs. Une nouvelle exigence de la Californie a retardé le processus. Le Ministère prévoit que les marchés pourront être liés «d'ici le printemps 2013».

Montée en puissance graduelle

En attendant, «les entreprises se préparent en ajustant leurs logiciels, leur facturation dans certains cas, et en embauchant des courtiers», assure Hélène Lauzon. Elles devraient recevoir leurs allocations (le nombre de crédits décernés en fonction de leur taux d'émission de GES) à la mi-décembre.

L'avènement de ce système est attendu avec impatience par les concepteurs de technologies propres. «Les entreprises qui voudront atteindre le niveau d'émission de gaz à effet de serre exigé pour obtenir des crédits et celles qui voudront accumuler des crédits pour les échanger sur la Bourse du carbone vont doper le secteur. Elles vont en investir beaucoup dans des procédés propres pour diminuer leurs émissions et gagner des crédits», prévoit Denis Leclerc.

Les retombées se feront néanmoins sentir dans plusieurs années, puisque le SPEDE se mettra graduellement en place. Dans un premier temps, «la très grande majorité des unités d'émission (permis d'émettre une tonne de gaz à effet de serre) seront distribuées gratuitement aux émetteurs industriels. Ceux-ci en recevront annuellement de moins en moins afin d'inciter des réductions à l'horizon 2020», précise Hélène Simard. Mais celles qui seront vendues le seront au prix de 10,70$, en 2013. «Le prix minimum augmentera annuellement de 5 %, plus l'inflation», indique le Ministère, qui mettra en circulation environ 23 millions d'unités (gratuites et payantes) en 2013.

À suivre dans cette section


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 20 septembre


image

Résidences pour aînés

Jeudi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier

À la une

La Fed tourne une page d'histoire... et prépare une hausse de taux

14:50

Les marchés financiers accueillent mercredi sans panique les gestes de resserrement de l'autorité monétaire.

Les Affaires du 23 septembre en 10 citations

Il y a 34 minutes | lesaffaires.com

Bonheur au travail, Amazon à Montréal, la manne du pot, se remettre en question et la correction silencieuse...

Amazon à Montréal: oui à une offre généreuse, mais pas d'excès svp

Édition du 23 Septembre 2017 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Le géant du commerce en ligne a le gros bout du bâton. Gare au piège...