Les divers rôles des titres à dividendes

Publié le 03/12/2011 à 00:00

Les divers rôles des titres à dividendes

Publié le 03/12/2011 à 00:00

Les titres qui versent des dividendes sont populaires, mais ils ne sont pas tous égaux. C'est du moins l'opinion de George Vasic, stratège de la firme UBS.

L'analyste a analysé le comportement de 17 titres des secteurs financier, des télécommunications et des services aux collectivités, depuis 2000. Selon M. Vasic, il vaut la peine de voir derrière le seul rendement de leur dividende. C'est encore plus vrai à un moment où les gains à espérer en Bourse sont plus qu'incertains.

La crise financière a en effet changé les facteurs qui influeront le plus sur ces titres à l'avenir, dit-il. Les investisseurs devraient les connaître pour mieux juger du rôle que ces titres peuvent jouer dans leur portefeuille.

Depuis que les taux d'intérêt ont dégonflé, les titres qui versent des dividendes sont devenus beaucoup plus sensibles aux variations des taux et aux indicateurs de risque financier qu'auparavant, explique M. Vasic.

C'est le cas des titres des assureurs-vie qui évoluent plus que jamais en fonction à la fois de la direction des taux d'intérêt et des indicateurs de risque financier, tel que l'écart du rendement entre les obligations de sociétés et de gouvernements.

Ces titres conviennent mieux aux investisseurs qui prédisent un rebond éventuel des taux d'intérêt.

Les titres des banques sont aussi influencés par les taux et les indicateurs de risque, mais dans une moindre mesure que les titres des assureurs-vie.

Enfin, les titres des services aux collectivités, soit les fournisseurs d'électricité et les exploitants de pipelines, sont les moins sensibles aux variations des taux d'intérêt et aux indicateurs de risque.

Le rendement que procurent leurs dividendes, par rapport aux taux d'intérêt en vigueur, reste leur principale force d'attraction.

Plus les taux sont faibles, plus leur dividende est attrayant, ce qui explique leur appréciation en Bourse ces dernières années et la valorisation élevée de leurs actions par rapport à leurs bénéfices.

Les banques et Thomson pour le statu quo

L'attrait des titres dépend donc du scénario que les investisseurs entrevoient.

Ainsi, les investisseurs qui misent sur de faibles taux et un risque financier élevé à long terme devraient préférer les titres des banques et du fournisseur d'information professionnelle électronique Thomson Reuters, révèle l'analyse d'UBS.

Parmi les banques, les titres de la Banque Royale et de la Banque Nationale sont également attrayants.

Les assureurs-vie pour une reprise

Les investisseurs qui, au contraire, s'attendent à une éventuelle amélioration de la conjoncture devraient se tourner vers les titres des assureurs-vie, de Rogers Communications et de Shaw Communications, suggère l'analyste.

Un rebond des taux d'intérêt améliorerait le rendement que tirent les assureurs-vie de leurs placements en obligations, tout en diminuant leur besoin de comptabiliser des réserves pour leurs fonds distincts et leurs rentes.

M. Vasic estime que les titres de Manuvie et de Sun Life pourraient s'apprécier de 33 % et de 25 % dans un tel scénario. Rogers s'apprécierait de 15 % et Shaw, de 12 %.

Des titres à surveiller

Les titres des services aux collectivités, par contre, auraient le plus à perdre dans le cas d'une augmentation des taux d'intérêt et d'une diminution du risque financier. Ainsi, le titre d'Enbridge baisserait le plus, de 14 % étant donné sa valorisation élevée et son degré de sensibilité aux taux d'intérêt.

BCE évolue de plus en plus comme un titre refuge, note au passage M. Vasic. Son titre reculerait de 5,4 %, car c'est le plus surévalué par rapport aux taux et aux écarts de rendement actuels.

LES TITRES À FAVORISER DANS UN SCÉNARIO DE STATU QUO¹

Société, symbole / Rendement du dividende

Sun Life, SLF 7,8 %

Banque Royale, RY 4,9 %

Thomson Reuters, TRI 4,8 %

LES TITRES À FAVORISER SI LES TAUX REMONTENT¹

Société, symbole / Rendement du dividende

Sun Life, SLF 7,8 %

Banque Royale, RY 4,9 %

Manuvie, MFC 4,8 %

Thomson-Reuters, TRI 4,8 %

Banque Scotia, BNS 4,3 %

Banque T-D, TD 4,0 %

¹ Ces préférences reposent sur la valorisation actuelle des titres par rapport à deux scénarios de taux et d'indicateurs de risque. C'est pourquoi Banque Royale, Sun Life et Thomson Reuters se retrouvent dans les deux listes. Source : UBS


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

À la une

New York et Toronto terminent en ordre dispersé

22/06/2018 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

La dégradation des relations commerciales entre les États-Unis et le reste du monde continuent d'inquiéter les marchés.

Risque élevé de guerre commerciale à l'échelle mondiale, estime Leitao

Le risque d'une guerre commerciale globale est élevé, selon le ministre des Finances Carlos Leitao, qui ...

Bourse: l'été ne sera pas de tout repos

BLOGUE. Gracieuseté de la bravade de Donald Trump, les stratèges craignent un été mouvementé.