Les conseils d'administration plus roses dans le public que dans le privé

Publié le 10/03/2012 à 00:00, mis à jour le 09/05/2012 à 16:17

Les conseils d'administration plus roses dans le public que dans le privé

Publié le 10/03/2012 à 00:00, mis à jour le 09/05/2012 à 16:17

Les femmes représentent encore moins de 15 % des administrateurs des entreprises au Québec. Le sujet fait beaucoup parler. Les associations de femmes agissent, mais il y a encore loin de la coupe aux lèvres.


Solange Côté, 64 ans, administratrice de la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ), a l'énergie de la femme décidée à faire sa place parmi les hommes. Après avoir siégé aux conseils d'administration d'OBNL et d'entreprises, elle a fait le grand saut. Grâce au Réseau des femmes d'affaires du Québec (RFAQ), qui a présenté sa candidature, elle a été nommée au conseil d'administration de la RAMQ l'année dernière, dans lequel elle siège avec 7 autres femmes (sur 16 membres).


«J'aime être à un niveau où on a un impact sur les décisions. Ça demande beaucoup de travail, car nous, les femmes, on évite de liquider trop vite les dossiers. Sans être tatillonnes, on fait bien nos devoirs», raconte la conseillère et coach d'affaires.


Son parcours dans le domaine hospitalier puis le secteur privé faisait d'elle une bonne candidate. Mais si la RAMQ s'est adressée au Réseau, c'est aussi parce que la Loi sur la gouvernance des sociétés d'État de 2006 impose à 22 d'entre elles la parité aux conseils d'administration. L'objectif a été atteint : 52,4 % des administrateurs de ces sociétés sont maintenant des femmes. Elles étaient 27,5 % en 2006.


«Les sociétés d'État touchées sont heureuses de ce changement, affirme Ruth Vachon, pdg du RFAQ. Les femmes apportent une autre vision, plus humaniste.»


Sur le même sujet

Conseils d'administration: les femmes avancent péniblement

03/03/2014 | Dominique Froment

En moyenne, les conseils d'administration au Canada sont composés de cinq hommes pour une femme.

BlackBerry: la vente en morceaux rejetée par le conseil d'administration

Mis à jour le 11/11/2013

Vendre BlackBerry en pièces détachées n’est pas la meilleure option pour le fabricant de ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Immobilier: n’achetez jamais à l’aveuglette

18/04/2014 | Yvan Cournoyer

BLOGUE. En immobilier, on jongle avec des milliers de dollars à chaque étape. Un mauvais coup peut être onéreux.

Rio Tinto expérimente la mine sans mineur

Édition du 19 Avril 2014 | Suzanne Dansereau

Afin de mieux traverser la crise financière qui les secoue, les minières doivent investir davantage dans l'innovation.

Pourquoi vouloir imiter Warren Buffett quand on peut acheter Berkshire au rabais

Édition du 12 Avril 2014 | Yannick ClĂ©rouin

Comment constituer un portefeuille qui imiterait celui de Berkshire Hathaway, Ă  l'image des FNB? RĂ©ponse Ă  notre lecteur