Innover de l'extraction à la transformation

Publié le 25/05/2013 à 00:00

Innover de l'extraction à la transformation

Publié le 25/05/2013 à 00:00

L'innovation est un incontournable pour les petites entreprises manufacturières qui souhaitent se distinguer en offrant des produits à haute valeur ajoutée. L'Ardoisière l'a bien compris et n'hésite pas à investir fortement en R-D pour exploiter son ardoise bien particulière.

En cette fin de jeudi après-midi du mois de mai, le propriétaire de L'Ardoisière, Denis Bisson, est à sa carrière d'ardoise située près d'Elmsdale, en Nouvelle-Écosse. Il constate avec satisfaction que lui et son manoeuvre ont réussi, depuis leur arrivée, à remplir deux poids lourds d'ardoise qui sera acheminée à leurs installations de Prévost, dans les Laurentides. C'est là que L'Ardoisière fabrique ses produits : revêtements de sol, murs, parements de foyer, comptoirs polis, tuiles et autres produits d'ardoise.

Dans ce secteur, la compétition est rude. Elle vient souvent de l'extérieur, notamment de la Chine. Pour se démarquer, il faut d'abord une matière de haute qualité. «Nous travaillons à partir d'un schiste assez rare en Amérique du Nord, qui a des couleurs très diverses, alors que les schistes d'ardoise sont souvent monochromes», explique Denis Bisson.

Cette matière offre la possibilité de faire des produits finis de très grande qualité, mais représente un défi technique beaucoup plus grand que d'autres types d'ardoise. «Elle est très difficile à fendre, donc découper des feuillets dans cette matière est une opération très complexe», précise l'entrepreneur. Si l'on s'y prend mal, l'ardoise peut fendre de travers, briser, voire éclater en miettes.

Des méthodes innovantes

Extraire et transformer ce matériau exige des méthodes innovantes. L'Ardoisière consacre de 10 à 15 % de son chiffre d'affaires annuel à la R-D. Dans une province où 45 % des PME manufacturières consacrent moins de 2 % de leur revenu à la R-D, cela témoigne de la volonté d'innovation de cette entreprise.

Denis Bisson reconnaît que les crédits d'impôt lui sont d'une aide précieuse. «Cela nous permet d'avancer beaucoup plus vite que ce que nous aurions normalement pu faire sans ces avantages fiscaux», souligne-t-il.

Les méthodes novatrices de L'Ardoisière débutent dès l'extraction. L'entreprise coupe au câble diamanté, comme les Italiens le font avec leur marbre de Carrare. «C'est beaucoup plus sophistiqué et écologique qu'un dynamitage», explique Denis Bisson.

Ce type de forage de précision exige notamment l'utilisation d'un lecteur électromagnétique de positionnement pour connecter des trous de forage sur une distance de plus de 30 pieds. Cette méthode permet de découper des blocs de 500 à 750 tonnes. «On récupère entre 50 % et 60 % de matière, contrairement au dynamitage, qui ne permet d'en récupérer que 2 ou 3 %».

Découpage au jet d'eau

L'innovation s'étend aussi à la transformation. Denis Bisson donne l'exemple de sa plus récente acquisition majeure, un système de découpage au jet d'eau, d'une valeur de 250 000 $. L'entreprise a dû adapter toutes les vitesses de coupe et les pressions pour que la méthode corresponde à leur matériau.

Mais même là, il y avait une part de risque, puisque ce ne sont pas toutes les ardoises qui peuvent être découpées au jet d'eau. «Certaines ne sont pas assez denses et se fendent ou éclatent», explique-t-il. Il a confiance dans la qualité de son matériau, et armé des résultats de certains tests, il a tenté le coup, avec un résultat fort satisfaisant.

«Ce type d'innovation nous met un peu à l'abri de la compétition, car la découpe au jet d'eau nous permet de faire des produits à haute valeur ajoutée», soutient Denis Bisson.

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0 - 2018

Mercredi 14 mars


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril

À la une

La montréalaise Lightspeed obtient un financement de 207M$

La Caisse de dépôt et Investissement Québec sont au nombre des investisseurs.

Bombardier: des fournisseurs pâtiront de l’arrivée d’Airbus

Des spécialistes expliquent pourquoi il y aura aussi des perdants à la suite de la prise de contrôle du CSeries.

La marque Roots doit se faire moins gourmande

Mis à jour à 21:14 | Dominique Beauchamp

Les actionnaires de Roots vendent toujours 200 à 230M$ d'actions, mais le prix est 14 à 25% moindre que prévu.