Griffintown, modèle réduit, se précise

Publié le 02/03/2010 à 15:39

Griffintown, modèle réduit, se précise

Publié le 02/03/2010 à 15:39

Par Dominique Lemoine

Le projet Griffintown, mis en attente depuis un an en raison des difficultés éprouvées par son promoteur pour réunir le financement nécessaire, se mettra finalement en branle à l'automne, a appris Les Affaires.


Devimco a décidé de réduire son projet et de le réaliser par phases en raison d'une conjoncture difficile, a expliqué Christian Lalonde, chef de projet de la Ville de Montréal pour Griffintown, en entrevue.


Selon lui, la première étape, au sud de la rue Wellington, devrait commencer cet l'automne. Elle s'étendra sur 30 % du territoire initialement prévu et nécessitera un investissement de 400 millions de dollars, au lieu du 1,3 milliard prévu au départ. M. Lalonde précise que la Ville est à l'étape des études de faisabilité et de la vérification de la solidité du financement.


" Le ralentissement économique est un peu derrière nous, ce qui fait que les entreprises sont plus disposées à investir ", dit-il pour expliquer pourquoi le financement aboutit enfin. Il ajoute que le projet étudié est conforme au Programme particulier d'urbanisme (PPU) adopté par la Ville en 2008 et que celui-ci est encore en vigueur.


Mais " ce sont les autorités municipales et le conseil municipal qui décideront au bout du compte ", précise-t-il. Le promoteur risque d'avoir de la difficulté à convaincre le nouveau responsable de l'urbanisme au comité exécutif de la Ville, Richard Bergeron, qui a vertement critiqué le projet Griffintown dans le passé. M. Bergeron a déjà dit qu'il ne laisserait pas à des promoteurs privés la responsabilité de planifier l'aménagement d'un quartier.


M. Lalonde dit ignorer si l'arrivée de ce nouveau venu dans l'équipe du maire modifiera les relations entre Devimco et la Ville.


Un projet surtout résidentiel


La première étape du projet Griffintown sera mixte, " à dominance résidentielle ", mais des espaces commerciaux sont aussi prévus, précise M. Lalonde. " Il n'y aura pas de grand centre commercial, la trame des rues est conservée et une place publique sera aménagée ", ajoute-t-il. Les immeubles à appartements et les bâtiments pourront être d'une hauteur " assez importante ".


M. Lalonde affirme que les décrets d'expropriation ont été résiliés par la Ville, et qu'aucune expropriation n'est prévue pour la première phase. Il dit ne pas encore connaître le nombre de phases souhaitées par le promoteur.


Devimco n'a pas voulu donner de détails sur ses projets. Son porte-parole, André Bouthillier, a précisé qu'une annonce est prévue en mars.


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

À la une: quand la finance investit dans la finance

Édition du 22 Septembre 2018 | Les Affaires

Le dernier numéro de Les Affaires est là! En manchette, quand la finance investit dans la finance.

Combien de temps les Québécois demeurent-ils propriétaires?

Mis à jour le 18/09/2018 | Joanie Fontaine

BLOGUE. Environ la moitié des acheteurs d'unifamiliales auront revendu leur propriété d'ici douze ans.

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: