Des signes de redressement dans le secteur gazier

Publié le 22/05/2010 à 00:00

Des signes de redressement dans le secteur gazier

Publié le 22/05/2010 à 00:00

Les transactions se multiplient chez les producteurs de secteur du gaz naturel, ce qui laisse penser que le pire est passé dans ce secteur où les prix se sont écroulés de 64 % depuis le sommet atteint à l_été 2008.

« Au moment où tout le monde doute du gaz naturel en raison de la surabondance et du prix historiquement faible, les grands acteurs plongent, indique Thomas Chaize, auteur de la lettre fi nancière Mining & Energy.

Il rappelle qu_en décembre dernier, l_américaine Exxon Mobil a acquis XTO Energy. Puis, en janvier, la française Total s_est alliée avec l_américaine Chesapeake Energy. Enfin, le 6 mai dernier, la britannique BG Group a formé une coentreprise avec son partenaire américain EXCO Resources.

« Si ces entreprises, qui ont une bonne vision du marché, réalisent des transactions depuis quelques mois, c_est qu_elles pensent que le gaz a touché un creux », dit M. Chaize.

Le prix du gaz naturel se négocie actuellement à près de 4 $ US le gigajoule, un niveau supérieur à son creux historique de 1,71 $ US touché le 4 septembre 2009, mais de beaucoup inférieur au sommet de 10,99 $ US atteint le 3 juillet 2008.

Cette faiblesse des prix s_explique entre autres par la surabondance de gaz naturel provenant de nouvelles techniques d_extraction du gaz de schiste.

Les récentes transactions dans le secteur sont peut-être le prélude à un retournement du marché. Cependant, à court terme, les sociétés gazières restent moins attrayantes que les pétrolières, croit Mason Granger, gestionnaire, pétrole et gaz, chez Sentry Select. M. Granger ne néglige pas pour autant le secteur gazier. Il privilégie l_achat de titres comme l_albertaine Celtic Exploration (Tor., CLT, 9,98 $). « Celtic compte sur de bons stocks et ses coûts de production sont peu élevés », dit-il.

À plus long terme, les sociétés gazières pourraient être nettement avantagées, affi rme Angelo Katsoras, analyste adjoint à la Banque Nationale Financière. « Le gaz naturel semble être la solution énergétique de l_avenir, dit-il. Il est moins coûteux que l_énergie solaire et moins polluant que le pétrole, le charbon et le nucléaire. Et les réserves de gaz ont l_avantage d_être abondantes. »

lesaffaires.redaction@transcontinental.ca

À suivre dans cette section

Nouvelles de la communauté
Édition du 11 Mars 2017 | Les Affaires

image

Marketing de contenu

Mercredi 19 avril


image

Objectif Nord

Mardi 25 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 26 avril


image

Femmes Leaders

Mardi 16 mai


image

FinTech

Mercredi 31 mai


image

Communication interne

Mercredi 07 juin


image

Fusions-acquisitions

Mercredi 07 juin


image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Gestion de l'innovation

Jeudi 21 septembre


image

Transports

Mardi 03 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre

À la une

Échec de Trumpcare: ce n'est pas la fin du monde

Mis à jour à 14:35 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Le fiasco de la réforme de la santé pourrait inciter certains à vendre, mais...

Nous exagérons la menace nord-coréenne

Mis à jour à 15:00 | François Normand

ANALYSE. La probabilité que la Corée du Nord attaque les États-Unis (ou leurs alliés) est très mince. Voici pourquoi.

Fonds d'urgence: épargner est difficile mais nécessaire. Exemple.

Un événement comme une grève nous rappelle l’importance du coussin de sécurité.