De curieuses pratiques chez Belcourt

Publié le 15/05/2010 à 00:00

De curieuses pratiques chez Belcourt

Publié le 15/05/2010 à 00:00

Il ne faut visiblement pas croire ce qu'on lit dans les actes de vente du promoteur immobilier Belcourt. Celui-ci a récemment vendu une case de stationnement souterrain au centre-ville pour 73 000 $, selon l'acte de vente déposé au registre foncier, alors que son représentant jure offrir les cases à un prix de 40 000 $.

La firme JLR Recherche immobilière a porté à notre attention la vente d'une place de stationnement souterrain au 1200, rue Saint-Alexandre, l'ancien pavillon de l'UQAM, que Belcourt a transformé en immeuble de 194 copropriétés divises.

Le prix apparaissant à l'acte de vente numéro 17098432, disponible au registre foncier du Québec, s'élève à 73 000 $, un prix qui paraissait élevé, selon JLR.

À 73 000 $, un propriétaire doit louer la case de stationnement 365 $ par mois pour obtenir un rendement sur l'actif de 6 % par an, ce qui est peu probable, compte tenu des conditions de marché au centre-ville de Montréal.

" Il faut payer entre 45 000 et 55 000 $ pour une case de stationnement au centre-ville de Montréal ", dit l'évaluateur Pierre Laliberté, du Groupe Altus.

Au bureau des ventes de Belcourt, le représentant Marc Ranger répète que le prix demandé pour une case de stationnement au 1200, rue Saint-Alexandre, est de 40 000 $ et non de 73 000 $. Au siège social de Belcourt, on refuse d'expliquer l'écart. " C'est une transaction privée ", nous a-t-on répondu.

Les informations figurant sur un acte de vente sont utiles pour les banques qui prêtent de l'argent en fonction de la valeur de l'immeuble placé en garantie. Les évaluateurs s'en servent pour estimer la valeur marchande des propriétés comparables.

" Je ne peux pas parler pour Belcourt. Mais il s'agit bien d'une vente de 73 000 $, c'est le montant qui a été payé et c'est le montant qui paraît dans l'acte de vente ", soutient Sandor Steinberg, notaire de la transaction.

Belcourt est propriété d'un vétéran de la scène immobilière, Michael Zunenshine.

À suivre dans cette section


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

À la une

La montée des inégalités est un (mauvais) choix de société (2)

ANALYSE - Les entreprises doivent mieux partager la richesse, selon des patrons. C'est bien, mais il faut en faire plus.

C'est le temps de penser à votre planification de fin d'année

C'est le moment d'examiner vos finances et de profiter des possibilités de planification fiscale avant le 31 décembre.

Après les Panama papers, les banques françaises encore épinglées

19/10/2018 | AFP

Trois banques françaises sont à nouveau épinglées par des révélations de presse sur un scandale d'optimisation fiscale.