Cours de français? langue maternelle demandés

Publié le 22/05/2010 à 00:00

Cours de français? langue maternelle demandés

Publié le 22/05/2010 à 00:00

Par

Qui aurait cru qu'Internet aurait incité les gens d'affaires à retourner sur les bancs d'école pour apprendre leur grammaire française ? C'est ce que constatent plusieurs centres de formation.

À l'École de langues de l'Université Laval, la directrice Marise Ouellet note depuis deux ans une demande soutenue des francophones pour des cours de français langue maternelle. Ce sont pour la plupart des cadres qui souhaitent mettre à jour leur grammaire et leur syntaxe. « L'époque où la tâche de rédaction était confiée à l'adjointe administrative est révolue. Les gens doivent rédiger eux-mêmes leurs courriels, leurs messages, mais ils réalisent qu'ils ont des lacunes en français », raconte Mme Ouellet précisant que le cours de communication orale pour s'exprimer en public suscite, lui aussi, beaucoup d'intérêt auprès de la clientèle affaires.

La demande croissante pour les cours de français écrit commence à créer quelques problèmes de recrutement dans certaines écoles qui recherchent des professeurs. « C'est difficile pour nous d'offrir les mêmes conditions de travail que le réseau public », dit Mariette GrandMaison, propriétaire de l'école de langues GrandMaison, à Montréal. Elle a trouvé une solution : elle recrute des professeurs à la retraite. C.H.

À suivre dans cette section


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

À la une

Les entrepreneurs vont sauver le monde

Il y a 12 minutes | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Le futur de l’entrepreneuriat: un modèle d’affaires classique mais pour une cause humaine.

Condo: le gouvernement d’hyper proximité

BLOGUE. En copropriété, c’est vivre sous la gouverne d’une administration d'amateurs. Pour le meilleur et pour le pire.

Le bitcoin se tourne vers les 12000$, aidé par les Sud-Coréens

REVUE. Le rallye se poursuit alors que Séoul assouplit sa position à l'égard des investissements en cryptomonnaies.