Comment motiver les PME à l'égard du développement durable

Publié le 09/03/2013 à 00:00

Comment motiver les PME à l'égard du développement durable

Publié le 09/03/2013 à 00:00

Bien que plusieurs grandes entreprises aient pris le virage du développement durable (DD), trop peu de PME ont adopté ces nouvelles pratiques. Leur adhésion est pourtant essentielle au développement d'une véritable économie durable, puisque les PME sont responsables de 60 à 70 % des impacts sur l'environnement et qu'elles représentent plus de 95 % des entreprises canadiennes.

Pour inciter les PME à s'engager dans la voie du développement durable, nous devons donc mieux comprendre le phénomène : quelles sont les pratiques mises en oeuvre par les PME, quels sont les avantages à y adhérer, quels sont les freins, les mesures incitatives, etc.

À ce jour, nos recherches nous ont appris qu'intégrer le développement durable à son modèle d'entreprise porte ses fruits. Les retombées positives observées dans les PME sont nombreuses : diminution des coûts (énergie), accès à de nouveaux marchés ; développement de meilleures relations avec les citoyens et les fournisseurs ; accroissement du sentiment d'appartenance et de la motivation chez les employés, etc.

Un système «autorenforçant»

Nos travaux montrent aussi que l'engagement des parties prenantes (employés, direction, chercheurs, citoyens, etc.), inhérent au DD, génère d'importants bénéfices pour les PME. De ces échanges d'idées naissent de la créativité et des innovations auxquelles elles n'auraient jamais eu accès autrement. C'est la preuve que les PME ont intérêt à percevoir le développement durable comme un système «autorenforçant».

Bien que ces travaux nous en aient appris davantage sur ce que font les PME québécoises en matière de développement durable et sur les conséquences positives qui en résultent, nous savons toutefois très peu de choses sur la façon de les mobiliser. Quelles mesures doit-on privilégier pour les inciter à prendre ce virage ? Doit-on utiliser la contrainte, octroyer des subventions ou miser sur l'accompagnement ?

En raison de la grande disparité des PME, ces mesures auront un effet différent selon leur profil stratégique. Ainsi, certaines n'adopteront des pratiques de DD que sous les menaces d'un donneur d'ordres. D'autres s'y initieront pour exploiter un nouveau marché ou encore par acquit de conscience. Pour avoir un maximum d'impact, il est donc essentiel de mieux comprendre leurs motivations afin de déterminer quel stimulant est susceptible d'avoir le plus d'influence.

Pour répondre à ces questions, nous amorcerons ce printemps une vaste enquête auprès des PME québécoises. Les résultats obtenus permettront de suggérer des politiques publiques qui seront mieux ciblées. Car, si l'on veut que les PME emboîtent le pas, nous devons les accompagner de la bonne façon.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Rio Tinto expérimente la mine sans mineur

Édition du 19 Avril 2014 | Suzanne Dansereau

Afin de mieux traverser la crise financière qui les secoue, les minières doivent investir davantage dans l'innovation.

Immobilier: n’achetez jamais à l’aveuglette

18/04/2014 | Yvan Cournoyer

BLOGUE. En immobilier, on jongle avec des milliers de dollars à chaque étape. Un mauvais coup peut être onéreux.

Pourquoi le secteur de l’énergie peut continuer à se démarquer

Le secteur de l’énergie devrait profiter des cours du pétrole et du gaz et de la rotation vers les secteurs sous-évalués