Bidou.ca : des enchères payantes pour un dollar

Publié le 11/05/2010 à 00:00

Bidou.ca : des enchères payantes pour un dollar

Publié le 11/05/2010 à 00:00

Par Alain McKenna

Avis aux parieurs : un nouveau site d'enchères 100 % québécois a fait son apparition sur la Toile. Il s'agit de Bidou.ca lancé en février dernier, un site dont le modèle fait jaser...


Bidou.ca met en vente de 20 à 30 articles par jour, d'une console de jeux vidéo PlayStation 3 à des certificats-cadeaux de Petro-Canada. Il oblige les internautes intéressés à miser, un sou à la fois. Un détail : chaque mise coûte aussi à l'internaute un bidou, qui vaut généralement un dollar. C'est ce qui permet à l'entreprise d'être rentable : à la fin de l'enchère, celui qui remporte la mise paie la somme misée (souvent moins d'un dollar), mais tous les bidous dépensés pendant l'enchère sont empochés par l'entreprise.


Populaire aux États-Unis et ailleurs au Canada, ce type d'enchères suscite la grogne chez certains internautes, qui écrivent sur les forums de discussion qu'ils sont frustrés de perdre à la fois leur mise et les bidous utilisés au cours de l'enchère. Certains ont rapidement crié à l'arnaque.


" Il n'y a pas d'arnaque, assure Jean-François René, cofondateur de Bidou.ca. Il existe une zone grise dans la loi concernant ce type d'enchères. Certains sites comme le nôtre utilisent des formules controversées, mais tout ce que nous faisons est légal. Nous nous en assurons en permettant aux internautes de pouvoir acheter l'article à son prix normal, moins les bidous qu'ils ont perdus, s'ils ne remportent pas la mise. "


Les créateurs de Bidou.ca voient grand : d'une version anglophone à un portail de commerce électronique plus traditionnel, tout est présentement sur la table.


Entièrement financé par ses trois fondateurs, Jean-François René, Alexandre St-Pierre et Éric Gariépy, Bidou.ca vend à perte un peu plus de la moitié des articles mis à l'enchère, mais affirme être rentable.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

L'occasion est belle pour Apple de se comporter Ă  nouveau comme Wayne Gretzky

Pour illustrer le sens de l'innovation chez Apple, Steve Jobs aimait citer Wayne Gretzky. Celui qui est encore ...

Sur LesAffaires cette semaine: Couche-Tard, Le Château et Descartes Systems

Il y a 30 minutes | Yannick Clérouin

Couche-Tard et Descartes devraient afficher une bonne croissance, mais pour les deux, les acquisitions sont dans la mire

Holvi, la start-up finlandaise qui veut remplacer les banques

31/08/2014 | Julien Brault

BLOGUE. Rencontre avec un jeune entrepreneur qui a lancé une banque en ligne.