3 questions à Jianwei Zhang, président de Bombardier Chine

Publié le 10/12/2011 à 00:00

3 questions à Jianwei Zhang, président de Bombardier Chine

Publié le 10/12/2011 à 00:00

Par

Les Affaires - Les multinationales doivent- elles avoir une stratégie en Occident et une autre en Chine ?

Jianwei Zhang - Il est difficile de mener plusieurs stratégies de produit lorsque vous fabriquez un bien mondial comme des avions. Par contre, il est possible de mener plusieurs stratégies de marketing selon le marché.

L.A. - Quand la Chine aura-t-elle ses propres multinationales ?

J.Z. - Dans plusieurs secteurs, c'est presque fait. Certaines sociétés chinoises sont déjà des acteurs importants, sur le marché tant local qu'international. Dans l'équipement ferroviaire, par exemple, CSR et CNR comptent déjà parmi les manufacturiers les plus importants. Et la Chine est un fournisseur de premier plan de composants pour l'industrie aérospatiale occidentale. Elle n'en restera pas là. Avec ses séries AJR21-700, C919 et MA, elle passera de fournisseur de pièces à manufacturier d'avions.

L.A. - Le modèle d'affaires des multinationales des pays émergents diffère-t-il de celui des multinationales des pays occidentaux ?

J.Z. - Oui. Les multinationales traditionnelles reposent sur l'investissement direct étranger. Elles possèdent leur technologie, leur expertise et leurs marques. Dans les pays émergents, certaines multinationales adoptent plutôt un modèle reposant sur les acquisitions. Ces entreprises ne sont pas nécessairement propriétaires de leur technologie et de leurs marques. D.B.

Éthique «Nous n'adaptons pas notre éthique à celle de la Chine, affirme Liping Xie, directeur général d'UTC Aerospace Chine. Nous nous attendons à ce que la Chine adapte son éthique à la nôtre. [pause] Disons que je suis un optimiste...»

Main-d'oeuvre

"Dans les pays émergents, les entreprises étrangères apprennent à collaborer avec les maisons d'enseignement locales pour améliorer le système d'éducation. Mais cela ne suffit pas. Il faut aussi prévoir des stages de perfectionnement à l'étranger. Chaque année, le dirigeant d'UTC Aerospace Chine, Liping Xie, choisit jusqu'à cinq candidats et il les envoie suivre une formation en administration à Hong Kong, à Montréal ou à Varsovie.

À suivre dans cette section

À la une

Budget du Québec: mais pourquoi se met-on toujours à risque?

BLOGUE. L'utilisation de la réserve budgétaire est une grande imprudence. À qui la faute? À nous.

Si une équipe sportive peut faire de l'analytique, vous aussi!

BLOGUE. Le Big Data peut donner l’impression aux petites entreprises qu’elles ne sont pas concernées. Pourtant...

MTY: une erreur aux cartes-cadeaux ampute 13% au bénéfice, l'action perd 4%

Un retraitement comptable des cartes-cadeaux américaines de Cold Stone punit le franchiseur en Bourse.